En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR9001-JOOKIM-002 - Post-doc : Dynamique non linéaire des ondes de spin pour les réseaux de neurones artificiels (H/F)

Post-doc : Dynamique non linéaire des ondes de spin pour les réseaux de neurones artificiels (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 16 décembre 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR9001-JOOKIM-002
Lieu de travail : PALAISEAU
Date de publication : jeudi 25 novembre 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 février 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Entre 2743 et 3896 € bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

L'objectif principal du projet européen k-Net, dans lequel s'inscrit cette offre, est de développer un réseau de neurones artificiels basé sur les interactions non linéaires des ondes de spin (ou magnons) dans les matériaux ferromagnétiques. L'interaction entre magnons est régie, d'une part, par les paramètres de matériaux et, d'autre part, par l'amplitude des modes qui peut être modulée par des champs radiofréquences ou par des couples exercés par des courants de spin. Le défi est d'identifier des régimes dynamiques dans lequel un réseau de neurones magnoniques pourrait être établi, ainsi que les leviers nécessaires pour exploiter de tels réseaux pour le traitement de l'information. La mission principale confiée à la post-doc ou au post-doc sera de développer des outils théoriques et de simulation, qui permettront d'établir un cadre théorique afin de comprendre le fonctionnement d'un réseau de neurones magnoniques.

Activités

- Formuler une théorie des modes propres dans les micro- et nanostructures magnétiques, et quantifier leurs interactions à l'aide de la simulation micromagnétique
- Développer des modèles de réseau de neurones magnoniques et des stratégies pour les exploiter pour le traitement de l'information
- Proposer des expériences et interpréter des données expérimentales obtenues par les partenaires du projet

Compétences

- Solides connaissances en physique générale
- Expertise en simulation haute performance ou en modélisation des phénomènes magnétiques
- Connaissances en théorie des systèmes dynamiques
- Connaissances en réseaux de neurones artificiels
- Aptitudes au travail en équipe

Contexte de travail

Le Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies (C2N) est rattaché au CNRS et à l'Université Paris-Saclay, et se situe à Palaiseau en région parisienne. Les activités du laboratoire s'articulent autour de quatre axes principaux – la nanoélectronique, la photonique, les matériaux et les micro- et nano systèmes – qui sont soutenus par une des plus grandes centrales de technologies de France. Les projets développés autour de ces axes s'étendent de la physique fondamentale aux applications, et s'appuient sur les méthodes expérimentales et théoriques.

Le groupe « Novel Magnetic Devices » s'intéresse aux phénomènes physiques en magnétisme et en spintronique qui peuvent déboucher vers des applications pour le stockage et le traitement de l'information. En particulier, le groupe possède un savoir faire reconnu mondialement sur la théorie et la modélisation des processus dynamiques à l'échelle du nanomètre, des activités qui sont menées en synergie avec des expérimentateurs du groupe, ainsi qu'avec les collaborateurs dans le périmètre du plateau de Saclay. Dans le cadre du projet k-Net, les activités théoriques seront menées également en collaboration avec d'autres partenaires du CNRS et du CEA, ainsi que des équipes de recherche en Allemagne, en Italie et en Hongrie.

On en parle sur Twitter !