En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR8608-SLADRA-007 - Ingénieur-e en analyse chimique (H/F) “COMPLEXATION DU Pu(IV) AVEC LES ACIDES HYDROXAMIQUES”

Ingénieur-e en analyse chimique (H/F) “COMPLEXATION DU Pu(IV) AVEC LES ACIDES HYDROXAMIQUES”

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8608-SLADRA-007
Lieu de travail : ORSAY
Date de publication : vendredi 13 septembre 2019
Type de contrat : CDD Technique/Administratif
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 1 janvier 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2 470 et 2 850 € bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 5 à 10 années

Missions

La position à plein temps est à l'Institut de Physique Nucléaire d'Orsay France (IPNO), au pôle « Energie et environnement ».
Le sujet proposé fait partie d'un large programme de recherche consacré aux études de formation complexes de d- et de f-éléments en présence des agents complexants organiques. Ce programme a été financièrement soutenu par le programme NEEDS Environnement (2013-2018) et est actuellement financé par l'ANR (L'agence Nationale de Recherche) projet « PLUTON » (2018-2022).
L'émission dans l'environnement d'actinides (AN) et d'autres radionucléides (RN) extrêmement toxiques, en conséquence des accidents nucléaires, les essais d'arme, or gestion de déchets issues du cycle combustible nucléaire l'uranium, contribue à la contamination radioactive de sols et d'eau. Le transfert de cations métalliques dans les sols et les sédiments est contrôlé non seulement par des paramètres géologiques et physico-chimiques (teneurs en argile et en matière organique, pH, Eh, etc.), mais également par des microorganismes. En effet, ces derniers participent à la mobilisation/immobilisation des traces de métaux [1]. Par conséquent, la présence de contaminants actinides (IV) (Pu, Th, etc.) après des rejets accidentels soulève la question de leur transfert dans l'environnement et du risque de contamination de la chaîne alimentaire qui en résulte.
Les sidérophores, en tant que chélateurs naturels spécifiques du fer, doivent être considérés dans ce contexte [2]. Les bactéries et les levures excrètent ces composés de faible poids moléculaire solubles dans l'eau afin de surmonter la biodisponibilité limitée du fer dans des conditions aérobies en aidant à la dissolution des oxohydroxydes de fer présents dans les sols.

[1]Gadd GM (2010) Microbiology 156: 609-643.
[2](a) Braud A, Hubert M, Gaudin P, Lebeau T (2015) J Appl Microbiol 119: 435-445. (b) Ferret C, Sterckeman T, Cornu JY, Gangloff S, Schalk IJ, Geoffroy VA (2014) Env Microbiol Rep 6: 459-467. (c) Hazotte AA, Péron O, Abdelouas A, Montavon G, Lebeau T (2016) Chem Geology 428: 8-14.

Activités

À l'Institut de physique nucléaire d'Orsay (IPNO), des études ont été menées récemment sur divers systèmes U(VI) - acides hydroxamique [3-4]. Les équilibres de complexation d'U(VI) et du Pu(VI) avec les ligands d'intérêt environnemental ont également été étudiés au cours des dernières années [5]. La combinaison de différentes techniques expérimentales et de calculs théoriques (DFT) a conduit à la détermination de données fondamentales relatives à des complexes d'ions métalliques avec des ligands organiques permettant de prédire le comportement de migration de ces éléments radiotoxiques dans l'environnement.
Dans la continuité des études précédentes, les travaux proposés portent sur la spéciation de Pu(IV) en présence de dérivés de sidérochélates hydroxamiques. Les données de la littérature sur la complexation de Pu(IV) avec des ligands hydroxamiques sont très rares. L'objectif de ce projet est de caractériser la complexation des sidérophores avec Pu(IV) du point de vue structural et thermodynamique afin de vérifier leur efficacité en termes d'affinité et de sélectivité. Zr(IV) et U(IV), en tant que « models » du Pu(IV), peuvent également être étudiés. Notre partenaire de l'Institut de Chimie Moléculaire de l'Université de Bourgogne (ICMUB, UMR CNRS 6302) fournira de nouveaux ligands polyhydroxamiques qui seront étudiés dans le cadre du projet ANR «PLUTON». Les constantes de protonation de ces ligands seront également déterminées par électrophorèse capillaire d'affinité. Les études de complexation de Pu (IV) seront effectuées par extraction liquide-liquide avec détection par la scintillation. La spectrophotométrie UV-vis et l'électrophorèse capillaire seront également utilisées.

[3]Sornosa-Ten A, Jewula P, Fodor T, Brandès S, Sladkov V, Rousselin Y, Stern C, Chambron J-C, Meyer M (2018) New J Chem 42: 7765-7779.
[4]Sladkov V, He M, Jewula P, Penouilh M-J, Brandès S, Stern C, Chambron J-C., Meyer M (2018) J Radioanal Nucl Chem 318: 259-266.
[5](a) Sladkov V (2013) J Chromatogr A 1289: 133-138. (b) Sladkov V (2014) J Chem Therm 71: 148-154. (c) Sladkov V (2016) Electrophoresis 37: 2558-2566. (d) Sladkov V, Bessonov AA, Roques J, Charushnikova IA, Fedosseev AM (2018) New J Chem 42: 7780-7788.

Compétences

Connaissances:
- Chimie de solution
- Chimie des ions des actinides et métaux lourds
- Thermodynamique
Compétences:
- Manipulation d'éléments radioactifs
- Extraction liquide-liquide
- Comptage par scintillation
- Électrophorèse capillaire, spectrophotométrie UV-visible
- Langue: Anglais
Qualités souhaitées:
- Autonomie, capacité organisationnelle et capacité de rapporter
- Capacité de communication et de discussion, d'analyse, de synthèse et de pensée critique
- Capacité d'apprendre et de développer des compétences, flexibilité et faculté d'adaptation, créativité

Contexte de travail

L'Institut de Physique Nucléaire d'Orsay (IPN), créé il y a plus de cinquante ans à l'initiative d'Irène et Frédéric Joliot-Curie, est aujourd'hui au cœur du pôle scientifique et technique du Grand Paris. Il est l'un des laboratoires les plus importants au monde, de la recherche en physique nucléaire.
Il est centré sur la connaissance de la matière et de ses composants ultimes.Unité appartenant au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et à l'Université Paris-Sud, l'IPN est un acteur majeur au niveau national et international  ; il joue un rôle de premier plan au sein d'expériences menées dans des collaborations d'envergure auprès de très grands instruments internationaux en Europe, aux États-Unis et au Japon notamment.
L'IPN qui exploite en outre deux accélérateurs (ALTO et le Tandem), est fort de plus de 350 collaborateurs, chercheurs, ingénieurs et techniciens. Ces ressources lui permettent de mener des recherches en physique nucléaire, en physique des astroparticules, mais aussi dans les domaines de la radiochimie et des champs pluridisciplinaires.

350 personnes au quotidien
Deux accélérateurs in situ reconnus sous le label « Transnational Access (TNA) »
200 articles par an

Informations complémentaires

Pour plus d'informations, veuillez contacter Dr. Sladkov (sladkov@ipno.in2p3.fr).

Les candidats sont invités à soumettre une lettre de motivation et un CV via le Portail Emploi CNRS:

On en parle sur Twitter !