En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR8518-PHIDUB0-003 - Chercheur post-doctoral en interactions aérosols - nuages et télédétection satellitaire (H/F)

Chercheur post-doctoral en interactions aérosols - nuages et télédétection satellitaire (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : lundi 1 février 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8518-PHIDUB0-003
Lieu de travail : VILLENEUVE D ASCQ
Date de publication : lundi 11 janvier 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 36 mois
Date d'embauche prévue : 1 mars 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2675,28 € et 3084,60 € euros bruts mensuels
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Le LOA cherche à pourvoir un poste de chercheur post-doctoral (36 mois) dans le contexte du projet bilatéral CDNC4aci (Cloud Droplet Number Concentration reliAble retrievAls for Assessing Aerosol-Cloud Interactions) financé par l'ANR et la DFG. Ce projet cherche à améliorer les quantifications actuelles du forçage radiatif effectif lié aux interactions aérosols-nuages (ER-Faci) à travers une approche jointe de simulation numérique et d'observations visant à estimer la concentration en nombre de gouttelettes (Nd).

Activités

Le ou la candidate sélectionnée développera et évaluera une nouvelle méthodologie (algorithme) pour la restitution de Nd grâce à l'exploitation d'une multitude de mesures d'instruments satellitaires passifs. Une quantification précise d'incertitudes au niveau des pixels est également attendue. Ce travail sera effectué en collaboration proche avec des modèles de simulations numériques de champs nuageux fournies par le partenaire Allemand. Notamment, des simulations à haute résolution spatiales serviront à ajuster et tester l'algorithme de restitution nouvellement développé. Enfin, le ou la candidate créera une base de données globales de Nd et l'exploitera afin d'estimer une estimation basée sur les observations du l'ERFaci. Cette valeur sera comparée aux estimations issues de modèles numériques, obtenues par le partenaire.

Compétences

- Un doctorat en sciences de l'atmosphère ou équivalent, obtenu dans les deux ans précédant la date de démarrage du projet.
- Expérience en développement d'algorithme de restitution et/ou en analyses d'observations satellitaires.
- Bonnes connaissances en physique des nuages.
- Excellente maîtrise écrite et orale de l'anglais.
- Bonnes aptitudes à la communication et à la collaboration.
- Capacité à travailler de manière indépendante et en équipe.
- Expertise dans un langage de programmation (Fortran, Python, R, …)

Contexte de travail

Le ou la candidate sélectionnée se joindra à une équipe internationale composée des deux partenaires de ce projet : Le Laboratoire d'Optique Atmosphérique (LOA) à l'Université de Lille, France, et le Leipzig Institute for Meteorology (LIM) à l'Université de Leipzig, Allemagne. Le LOA est reconnu mondialement pour son expertise en télédétection des nuages et des aérosols. L'équipe de recherche au LOA pour ce projet sera menée par Odran Sourdeval, dont les intérêts actuels portent sur le développement et l'exploitation de produits satellitaires nouveaux pour l'étude des interactions aérosols - nuages. Le groupe “Cloud and Global Climat” au LIM, mené par le Prof. Johannes Quaas, est aussi mondialement reconnu pour ses travaux novateurs dans l'étude des interactions aérosols nuages à partir de mesures satellitaires et de modélisation.

Les interactions aérosols nuages impliquent un forçage radiatif qui constitue une des incertitudes clés dans la compréhension et l'interprétation du changement climatique actuel. Des données globales sont nécessaires à une meilleure quantification de ce forçage, mais jusqu'à maintenant une quantité clé - la concentration en nombre de gouttelette Nd - n'est pas disponible à partir de produits opérationnels satellitaires. En construisant sur des travaux préliminaires, CDNC4aci travaillera à l'obtention de restitutions fiables de Nd à partir de mesures satellitaires, en collaboration proche avec des simulations numériques réalistes de champs nuageux. Ces dernières serviront aux développements de la méthode de restitution et à son évaluation, et, à l'inverse, les restitutions serviront à comprendre les interactions aérosols-nuages observées dans les situations numériques. L'équipe de recherche au LOA mènera les aspects liés à l'exploitation d'observations satellitaires et l'équipes du LIM mènera les activités de simulations de champs nuageux. Des collaborations très proches seront attendues entre les deux équipes.

Des voyages entre la France et l'Allemagne, incluant de possibles échanges de courte durée, se tiendront dans le contexte de réunions bi-annuelles entre les deux partenaires du projet.

On en parle sur Twitter !