En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR8171-ROMTIQ-001 - 3 postes de chercheur·e postdoctorant·e (H/F)

3 postes de chercheur·e postdoctorant·e (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : lundi 26 avril 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8171-ROMTIQ-001
Lieu de travail : AIX EN PROVENCE
Date de publication : lundi 5 avril 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 octobre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2730 et 3885 euros bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Le projet “A History of Madness in West Africa: Governing Mental Disorder during Decolonisation (1940s – 1970s)” financé par l'ERC (European Research Council) a débuté le 1er Octobre 2020 à l'IMAF (site Aix-en-Provence). Ce programme de recherche de 5 ans (2020-2025) ambitionne de retracer l'histoire de la folie en Afrique de l'Ouest, pendant la période de décolonisation et après les indépendances. Le projet se situe à la croisée de l'histoire de l'Afrique, de la décolonisation et de l'histoire de la folie. Le projet MaDAf propose également un cadre théorique et méthodologique pour l'utilisation de sources (au-delà des archives administratives et des enquêtes orales) jusqu'alors inexplorées (dossiers de patients d'hôpitaux psychiatriques en Afrique) afin de construire une histoire comparative de la folie par le bas. Le projet entend dessiner une histoire sociale comparative de la folie qui dépasse l'histoire de la psychiatrie et, ainsi, esquisser un ensemble de réflexions plus large utile à l'histoire globale de la folie.

Les chercheur·e·s postdoctorant·e·s devront inscrire leur recherche dans un des trois axes du projet MaDAf :
- Histoire multi-située des lieux et des acteurs de la prise en charge thérapeutique de la folie (hôpitaux, services de psychiatrie, lieux de soins religieux, etc.)
- Gouvernement de la folie par un ensemble d'acteurs non-médicaux (justice, police, autorités « traditionnelles » et religieuses) envisageant le trouble mental sous le prisme de la répression de la marginalité.
- Folie et traumatismes de guerre générés par les conflits mondiaux et les guerres de décolonisations chez les soldats coloniaux. La problématique peut s'étendre aussi aux autres conflits impliquant des soldats des armées nationales en Afrique de l'Ouest après les indépendances.

Activités

- Les chercheur·e·s postdoctorant·e·s développeront leur propre sujet de recherche en lien avec le projet MaDAf.
- Ils/elles devront être disponibles pour effectuer des missions d'enquête dans les pays de leur recherche (collecte d'archives, enquêtes orales) pour une durée allant de quelques jours à plusieurs semaines.
- Ils/elles s'insèreront dans l'équipe du projet MaDAf et participeront aux activités collectives (organisation de séminaires et de manifestations scientifiques, coordination de recherches et de publications).

Compétences

- Avoir soutenu sa thèse de doctorat en histoire contemporaine, anthropologie ou études africaines avant le début du contrat (1er octobre 2021). Le cas échéant, les dossiers de candidat·e·s sur le point de valider leur doctorat pourront être examinés sous réserve de soutenance rapide et dans des délais compatibles avec les exigences administratives du projet.
- Avoir un projet de recherche correspondant au projet MaDAf et être familier·e d'au moins l'un des pays couverts par le projet (Afrique de l'Ouest dans son ensemble, qu'elle soit francophone, anglophone ou lusophone)
- Bonne connaissance des fonds d'archives et de la conduite d'entretiens
- Attester d'une bonne maîtrise de la langue anglaise, et de l'usage possible du français comme langue de communication (au moins sous une forme passive, pour pouvoir s'insérer dans le laboratoire d'accueil).-

Contexte de travail

- Le poste est basé à l'IMAF (site Aix-en-Provence, MMSH). Il est attendu que les chercheur·e·s postdoctorant·e·s viennent renforcer l'équipe pluridisciplinaire (historien·ne·s et anthropologues) de l'IMAF et puisse participer aux activités scientifiques du laboratoire ( séminaire de recherche, réunions, etc.)

- Un budget est alloué aux chercheur·e·s postdoctorant·e·s pour effectuer leurs séjours sur le terrain.

Contraintes et risques

Des déplacements en France et à l'étranger sont à prévoir

Informations complémentaires

Les candidat·e·s (H/F) doivent être titulaire d'un diplôme de doctorat avant le début du contrat. Le cas échéant, les dossiers de candidat·e·s sur le point de valider leur doctorat pourront être examinés sous réserve de soutenance rapide et dans des délais compatibles avec les exigences administratives du projet.

La sélection est divisée en deux étapes. Une première sélection sera effectuée sur dossier puis un entretien sera organisé la première semaine de juillet pour les candidat·e·s (H/F) retenu·e·s.

Les dossiers de candidature doivent inclure les pièces suivantes :
- Lettre de motivation (1 page)
- Curriculum vitae et liste de publications
- Projet de recherche (3 à 5 pages maximum détaillant le projet, les sources et la méthodologie envisagée)
- Copie du diplôme de thèse (avec rapport de thèse, le cas échéant).

Le dossier de candidature doit être envoyé le 15 juin 2021 au plus tard.

On en parle sur Twitter !