En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR8083-FRADAU1-004 - Chercheur post-doctorant en histoire visuelle de la Shoah (H/F)

Chercheur post-doctorant en histoire visuelle de la Shoah (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : lundi 6 décembre 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8083-FRADAU1-004
Lieu de travail : AUBERVILLIERS
Date de publication : lundi 15 novembre 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 1 janvier 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2800 et 3000 euros bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

La mission du post-doctorant associera trois types d'investissement :
analyse des documents visuels et écrits,
établissement de liens entre ces documents dans un logiciel conçu dans le cadre du projet,
et annotation de la littérature scientifique en anglais et en allemand sur l'histoire de la Shoah.

Activités

• annoter les documents filmiques, textuels et photographiques réunis ;
• sélectionner les passages dans les travaux scientifiques portant sur l'Histoire de la Shoah en anglais et en allemand, pertinents à l'égard des autres documents réunis ;
• croiser les films, photos et archives papier pour établir les liens spatiaux et temporels et identifier les personnes ;
• s'investir dans le fonctionnement et la maîtrise d'un nouveau logiciel d'analyse des images et des textes. Sous la supervision du Musée du film de Vienne et de l'Université technique de Vienne

Compétences

• expertise solide en histoire de la Shoah à l'Est
• excellente maîtrise de l'anglais. En outre, maîtrise de l'allemand et/ou du russe
• intérêt pour les humanités numériques et/ou expérience dans ce domaine

Contexte de travail

Le projet "Histoire visuelle de la Shoah : Repenser la conservation à l'ère numérique" est piloté par un consortium composé de 13 instituts de recherche et de conservation d'archives d'Autriche, d'Allemagne, d'Israël et de France, de musées, de sites commémoratifs et de développeurs informatiques, ainsi que de partenaires états-uniens, développera des modèles et des applications pour répondre à ce défi.

"Histoire visuelle de la Shoah : Repenser la conservation à l'ère numérique" est coordonné par l'Institut Ludwig Boltzmann pour l'histoire et de société (Vienne), en étroite collaboration avec le Musée autrichien du film (Vienne). Il explore les potentiels et les limites des technologies numériques dans les domaines de la préservation, de l'analyse et de la diffusion des preuves historiques de la Shoah, en particulier des documents audiovisuels. Au sein de ce consortium, la partie française, portée par le Centre d'Études des Mondes Russe, Caucasien et Centre-Européen (CERCEC / EHESS-CNRS) est chargée de la partie la plus méconnue – et probablement la plus riche – de ce corpus : les images filmées par les opérateurs rattachés à l'Armée rouge (soviétiques et polonais), ainsi que les photographies ou films réalisés par des citoyens des pays d'Europe de l'Est durant l'occupation nazie et à son achèvement. Le programme VHH s'appuie ainsi sur les travaux réalisés en 2013-2017 par l'équipe de l'ANR CINESOV, 1939-1949, ainsi que sur le programme Jeunes Chercheurs en cours sur les procès de criminels de guerre à l'Est (1943-1991).

Le projet se concentre sur les documents filmiques produits par les forces alliées et relatifs à la découverte des camps de concentration, centres de mise à mort nazis et autres sites d'atrocités. Bien que ces films ne saisissent qu'un aspect de la Shoah, certaines de leurs images sont devenues emblématiques. En raison de la rareté des documents visuels et du contexte de la guerre froide, seules quelques images, souvent détachées du contexte de leur fabrication, ont façonné l'imaginaire collectif de la Shoah. Le programme a entrepris dans un premier temps une collecte de ces images fixes et en mouvement actuellement dispersées dans des institutions d'archives aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Russie, en Ukraine, Biélorussie, Lettonie, Estonie, Lituanie, Pologne, Israël, etc., et a procédé à leur numérisation.

Une deuxième phase du projet s'ouvre qui comportera leur analyse croisée et leur indexation. Le référentiel numérique qui en résultera permettra aux chercheurs de relier, pour les besoins de l'analyse, les images cinématographiques entre elles, ainsi que de les mettre en regard des photographies, des documents textuels et du corpus de témoignages. Le réemploi des prises de vue dans des films réalisés ultérieurement sera également exploré.

Le programme "Histoire visuelle de la Shoah" comprend l'élaboration d'un logiciel spécifique et fait un usage novateur des technologies émergentes, notamment de numérisation avancée, d'analyse automatisée des images et des textes, d'annotation temporelle et géographique. L'un des objectifs du projet est d'établir de nouveaux environnements sémantiques à exploiter en histoire, dans les études cinématographiques et médiatiques, dans les études culturelles et informatiques. Sur la base de cette innovation technologique, de nouvelles stratégies de diffusion seront élaborées au profit de sites commémoratifs, de musées et d'établissements d'enseignement. Le projet est soutenu par plusieurs institutions de mémoire : le site commémoratif du camp de concentration de Dachau, le Mémorial de Mauthausen et le Mémorial de Bergen-Belsen.

Le post-doctorant sera accueilli au laboratoire CERCEC (EHESS), 8 Cours des Humanités, 93300 Aubervilliers.

Informations complémentaires

Joindre un CV et une lettre de motivation

On en parle sur Twitter !