En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR7275-CARROV-001 - Chercheur(e) en post-doctorat H/F

Chercheur(e) en post-doctorat H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mardi 25 mai 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7275-CARROV-001
Lieu de travail : VALBONNE
Date de publication : mardi 4 mai 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 septembre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2675 et 3805 euros bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Un poste de chercheur en post-doctorat pour étudier le rôle central de la voie de la chimiokine inflammatoire CCL5/CCR5 dans l'obésité et le diabète est disponible dans l'équipe "Génomique & Evolution en Neuro-Endocrinologie" (GENE). Ce projet est coordonné par le Dr Carole Rovère dans l'équipe de Nahon à l'Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (https://www.ipmc.cnrs.fr).

Activités

Ce projet fait partie d'un programme collaboratif financé par l'Agence Nationale pour la Recherche (ANR) et implique quatre équipes internationales ayant des compétences complémentaires nécessaires à la compréhension des mécanismes cellulaires et moléculaires qui régulent la balance énergétique et l'homéostasie du glucose. Il nécessite une combinaison d'expertises en physiologie du comportement alimentaire et de l'homéostasie du glucose, neuroinflammation, systèmes neuropeptidergiques,
mesures de l'activité des neurones de l'hypothalamus, manipulation de gènes spécifiques des cellules par pharmacogénétique.
Nous étudions le rôle de la neuroinflammation dans l'obésité nutritionnelle, l'un des principaux problèmes de santé publique du 21e siècle, associé au syndrome métabolique, notamment au diabète de type 2 (DT2). Le traitement de l'obésité est actuellement plutôt décevant, principalement en raison d'un manque de compréhension de la physiopathologie associée. Le projet vise à mieux comprendre les mécanismes centraux de régulation du comportement alimentaire et à décrypter le rôle de la neuroinflammation dans cette pathologie. Ceci pourrait conduire à la découverte de nouveaux moyens de traitements et de prise en charge de l'obésité et des syndromes métaboliques associés.
L'objectif du projet post-doctoral est d'étudier, dans des conditions normales et dans le contexte de l'obésité et du DT2, le rôle de la voie de la chimiokine inflammatoire CCL5/CCR5 sur le réseau neuropeptidergique hypothalamique impliqué dans le contrôle du comportement alimentaire et de l'homéostasie du glucose, en utilisant des outils pharmacologiques, génomiques et pharmacogénétiques.

Principales publications relatives au projet
Cansell C et al. (2020) Glia 69:42-60.
Nuzzaci D et al. (2020) Cell Rep. 30:3067-3078.
Le Thuc O et al. (2017) Front. Endocrinol. 8:1-14.
Le Thuc O et al. (2016) EMBO Rep. 17:1738-1752.
Le Thuc O et al. (2015) Ann. N.Y. Acad. Sci. 1351:127-140.
Conductier G et al. (2013) Nat. Neurosci. 16:845-847.
Dalmas E et al. (2011) Am. J. Clin. Nutr. 94:450-458.

Compétences

Les candidats doivent être motivés et titulaires d'un doctorat dans les domaines de neurosciences/neurobiologie/neuroimmunologie/nutrition/métabolisme. Une expérience préalable de l'étude des circuits neuronaux hypothalamiques dans des modèles de rongeurs serait appréciée. Une expertise en chirurgie stéréotaxique de la souris, en neuroanatomie et en imagerie neuronale est également bienvenue. La capacité à travailler à la fois de manière indépendante et en coopération au sein d'une équipe est essentielle.

Contexte de travail

L'Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (UMR 7275 entre le CNRS et l'Université Côte d'Azur) conduit des recherches fondamentales pouvant avoir des retombées en médecine moléculaire et cellulaire. L'IPMC, composé d'environ 220 personnes, est situé dans la technopole de Sophia Antipolis. Il comprend une vingtaine d'équipes de recherche, différentes plateformes notamment en génomique, microscopie et spectrométrie de masse.
L'IPMC dispose de toutes les installations nécessaires au projet, à savoir, l'expertise en biologie moléculaire et cellulaire, génomique fonctionnelle, pharmacologie et biologie intégrative, et offre un accès sur site à des plateformes pour le phénotypage de souris, la chirurgie stéréotaxique pour l'injection d'AAV, les techniques d'imagerie et de cytométrie (plateforme d'imagerie MICA ; https://univ-cotedazur.fr/mica), l'électrophysiologie, la spectrométrie de masse lipidomique LC-MS, la génomique fonctionnelle et le séquençage (plateforme UCAGenomiX et stations de PCR quantitative).

Informations complémentaires

Le financement est pour 24 mois, et les candidats seront encouragés et aidés pour postuler à des financements supplémentaires. Le poste est disponible à partir de septembre 2021.
Les candidats doivent envoyer leur CV, une lettre de motivation, une liste de publications et une ou deux lettres de référence au Dr Carole Rovère (rovere@ipmc.cnrs.fr).

On en parle sur Twitter !