En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR7206-NADBEL-001 - H/F chercheur (post-doc) Enjeux de la pénalisation des atteintes à l'environnement dans la transition écologique

H/F chercheur (post-doc) Enjeux de la pénalisation des atteintes à l'environnement dans la transition écologique

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 14 octobre 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR7206-NADBEL-001
Lieu de travail : PARIS 16
Date de publication : vendredi 23 septembre 2022
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 10 mois
Date d'embauche prévue : 2 janvier 2023
Quotité de travail : Temps incomplet
Rémunération : salaire brut 1580 €/mois (mi-temps)
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Le CDD chercheur s'inscrit dans le projet "Anthropocène et dimension écologique de la norme environnementale. Réflexions à partir de l'élaboration du délit d'écocide en droit français" financé par l'Institut des études et de la recherche sur le droit et la justice (IERDJ).
L'IERDJ est un groupement d'intérêt public de droit français qui a pour objet la promotion d'une réflexion originale et prospective, le développement de la recherche et son soutien, ainsi que la mobilisation et la diffusion des connaissances sur les normes, la régulation juridique, les missions et le fonctionnement de la justice, dans tous les champs disciplinaires pertinents.
Le projet de recherche propose d'analyser la criminalisation de l'écocide comme réponse à l'Anthropocène. Dans ce cadre, l'enjeu réside dans la capacité à repenser la relation que l'Homme entretient avec la nature, et à remodeler les mécanismes et les institutions qui organisent cette relation. Nous proposons de mener une réflexion à partir de l'écocide, lequel désigne les atteintes les plus graves à l'environnement.
Le CDD chercheur aura pour mission de mener, prioritairement, une étude sur l'un des trois volets de ce projet : l'axe 3 "Transition écologique et enjeux juridiques de la protection de l'environnement" qui s'intéresse particulièrement à la green criminology. Il s'agira de prendre en charge une étude sur les fonctions du droit pénal de l'environnement et sur sa capacité (au regard de la green criminology et de la Wild law) à saisir la relation Homme-Nature.

Activités

La personne recherchée devra :
Contribuer à l'animation du volet 3 du projet auprès des membres de l'équipe-projet,
- Mener une étude fine du droit pénal de l'environnement en lien avec la lutte contre les atteintes aux systèmes écologiques (à partir d'un cas d'étude)
- Identifier les développements de la Green criminology et renseigner ses contributions au mouvement de criminalisation des atteintes à l'environnement
- Participer aux réflexions de l'équipe-projet sur les relations Homme-Nature prises en charge par la pénalisation des atteintes à l'environnement

Compétences

- Doctorat en droit
- Connaissance approfondie des questions patrimoniales à différentes échelles, de l'international au local
- Connaissance des problématiques liées à l'autochtonie
- Aptitude à l'approche anthropologique du droit et des normes
- Maitrise des matières pénales et criminelles
- Aisance avec les dynamiques environnementales

Contexte de travail

La personne recrutée sera accueillie au sein de l'UMR 7206 Eco-Anthropologie (Musée de l'Homme, Paris). Cette UMR développe des recherches interdisciplinaires sur les interactions que les groupes humains entretiennent avec leur environnement.

Contraintes et risques

sans objet

Informations complémentaires

Profil escompté : une personne « spécialiste » des questions de criminalisation des atteintes au patrimoine, de préférence naturel, inscrite à l'interface des sciences juridiques et des dynamiques sociales et culturelles. Il s'agira en particulier d'articuler les données légales avec les réalités écologiques et sociales de l'écocide.
La personne devra pouvoir travailler en autonomie, tout en s'inscrivant dans un collectif de chercheurs.

On en parle sur Twitter !