En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR7178-REGSOM-125 - H/F Post-doctorant-e en Immunologie et ou Virologie

H/F Post-doctorant-e en Immunologie et ou Virologie

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 21 octobre 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR7178-REGSOM-125
Lieu de travail : STRASBOURG
Date de publication : vendredi 9 septembre 2022
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 avril 2023
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Entre 2833 et 4003 euros bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Dans le cadre du Département de Radiobiologie, Hadronthérapie et Imagerie Moléculaire (DRHIM) de l'IPHC, le(la) post-doctorant(e) contribuera au développement d'un nouveau projet de recherche au sein du département. Le projet consiste à caractériser au niveau préclinique les activités immunostimulantess et oncosuppressives exercées par des traitements combinatoires impliquant des schémas d'irradiation par faisceau de protons et des infections par des virus oncolytiques. L'objectif est d'identifier et de développer des traitements innovants contre les tumeurs cérébrales (Glioblastomes ; GBM) et pancréatiques (Adénocarcinome canalaire pancréatique ; ACP).

A cet effet, le/la post-doctorant(e) évaluera sur des modèles humains et murins de tumeurs cérébrales (GBM) et pancréatiques (ACP) (cultures cellulaires, souris immunocompétentes porteuses de tumeurs syngéniques et biopsies humaines), la capacité de bi- ou tri-thérapies à stimuler, in vitro et in vivo, une réponse immunitaire innée et adaptative anti-tumorales supérieures à celles potentiellement déclenchées par chaque traitement individuel. Les traitements combinatoires sont composés de protocoles spécifiques d'irradiation par faisceaux de protons (fractionnée, hypo-fractionnée ou irradiation unique) délivrés sur la plateforme Cyrcé située dans le département et d'infections par des virus oncolytiques (VO) sauvages ou mutants tels que des parvovirus (PV)de rongeurs MVMp (souris) et H-1PV (rat), ainsi que des souches vaccinales du virus de la rougeole (MeV). Tous ces micro-organismes sont des agents biologiques de classe 2 et doivent être manipulés dans des laboratoires confinés de niveau BSL2. Le poste fait partie d'un projet ANR PRCI (Protovec) financé en 2021 impliquant deux groupes de recherche. Le premier, dirigé par le Dr Laurent Daeffler, regroupe plusieurs membres du DRHIM de l'IPHC à Strasbourg (chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et techniciens). Le deuxième groupe est constitué par des membres du centre national des maladies tumorales (NCT) situé à Heidelberg, en Allemagne, et dirigé par le Dr Guy Ungerechts, directeur adjoint du département d'oncologie médicale au NCT et chef de l'unité de coopération clinique en virothérapie au DKFZ (centre allemand de recherche sur le cancer).
Les principaux objectifs in vitro du projet consisteront à caractériser la capacité des bi- ou trithérapies précédemment mentionnées à d'une part stimuler, ou au minimum à ne pas entraver, le cycle de vie des VO dans les différents modèles de GBM et d'APC, et d'autre part à moduler positivement ou négativement, des voies de signalisation de l'immunité innée antivirale (notamment la voie de signalisation cGAS-Sting). Ces études seront réalisées entre autres par analyse de la capacité de ces traitements à stimuler ou bloquer l'expression d'interférons (IFN) de type I (IFN-α et IFN-β) mais aussi de gènes dont la transcription dépend de l'expression en amont d'IFN (IFN-stimulated genes ; ISG). Elles seront aussi basées sur l'analyse des effets de ces traitements combinatoires sur la réplication et la multiplication des VO. Pour toutes ces études, l'application individuelle de chacun des traitements utilisés en thérapie combinatoire servira de contrôle interne. Les principaux objectifs in vivo du projet consisteront à évaluer, par rapport à chaque traitement appliqué individuellement, la capacité des thérapies combinatoires à éradiquer des tumeurs orthotopiques (GBM; GL261) ou ectopiques (ACP) implantées chez des souris immunocompétentes (souris C57BL/6). La capacité des traitements à recruter des cellules immunitaires et à stimuler l'infiltration du microenvironnement tumoral par ces dernières seront des critères également étudiés in vivo dans ce projet.

Activités

- Analyser in vitro et in vivo d'une réponse immunitaire et d'une activité oncosuppressive exercées par différents schémas de bi- et/ou tri-thérapie composés d'irradiations par faisceaux de protons et d'infections par des virus oncolytiques dans des modèles de GBM et d'ACP.
- Echanger, partager et présenter vos résultats à l'occasion de conférences scientifiques et lors de réunions de travail qui se dérouleront de manière régulière avec nos collaborateurs allemands de Heidelberg.
- (Co)rédiger des articles présentant des résultats d'activation in vitro et in vivo d'une réponse immunitaire anticancéreuse par des bi- et/ou tri-thérapies contre des GBM et/ou des ACP.

Compétences

- Bonnes connaissances en virologie et en mécanismes immunitaires innés antiviraux.
- Bonnes connaissances en biologie moléculaire et cellulaire.
- Bonnes connaissances en culture cellulaire, qPCR et RT-qPCR, Western blotting, ELISA et immunofluorescence.
- Bonne expérience dans la manipulation et le travail avec des virus infectieux ainsi que dans les conditions de travail et de sécurité BSL2.
- Expérience dans la manipulation et le travail avec des animaux de laboratoire (souris) conformément aux directives européennes et françaises.
- Capacité de travail en équipe, ouverture d'esprit, travail précis et détermination.
- Niveau d'anglais souhaité, au minimum B2 selon le Cadre européen commun de référence pour les langues.

Contexte de travail

L'IPHC, unité mixte de recherche sous cotutelle du CNRS et de l'Université de Strasbourg (UMR 7178), est un laboratoire pluridisciplinaire où des équipes de recherche de cultures scientifiques différentes (écologie, physiologie et éthologie, chimie et physique subatomique, imagerie moléculaire et production de radionucléides) développent des programmes scientifiques de très haut niveau. L'IPHC est structuré en 4 départements et comptabilise un effectif total de 393 agents dont 257 permanents (chercheurs-ses et enseignants-es/chercheurs-ses ainsi que 138 ingénieurs et techniciens), 46 agents-es en CDD et 90 doctorants-es).

L'Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien (IPHC) de Strasbourg ouvre un poste postdoctoral de 24 mois en Biologie/Immunologie/Virologie axé sur la recherche de thérapies innovantes et alternatives contre les cancers du cerveau et du pancréas. Cette activité de recherche sera menée dans le cadre d'un projet ANR PRCI dénommé Protovec.

Le nouveau projet développé au DRHIM vise à identifier de nouveaux protocoles thérapeutiques capables de réaliser des avancées décisives dans le traitement de cancers extrêmement agressifs et dont le pronostic reste depuis de nombreuses années des plus sombres, à savoir le GBM et l'ACP. Le groupe concentre ses recherches sur la combinaison de protocoles de radiothérapie et d'infections par des virus oncolytiques pour atteindre cet objectif puisque plusieurs résultats obtenus par des membres du groupe suggèrent que ces options thérapeutiques pourraient agir en synergie pour stimuler une réponse immunitaire anticancéreuse et oncossuppressive plus efficace que celles générées par chaque mode de traitement appliqué individuellement. Dans l'ensemble, le projet Protovec est centré sur l'identification de traitements combinatoires capables de provoquer une réponse immunitaire anticancéreuse plus efficace permettant ainsi le développement de protocoles immuno-thérapeutiques alternatifs et innovants pour la lutte contre ces cancers.
Le Centre national pour les maladies tumorales (NCT) de Heidelberg a été fondé en 2004 dans le cadre d'une alliance exceptionnelle entre le Centre allemand de recherche sur le cancer (DKFZ), l'hôpital universitaire de Heidelberg, la faculté de médecine de Heidelberg et l'Aide allemande contre le cancer (Deutsche Krebshilfe).

Le département DRHIM est composé de 6 scientifiques permanents (Chercheurs, Enseignants/chercheurs), 2 doctorants, 1 post-doc et de nombreux ingénieurs et techniciens.
Le groupe du DRHIM participant au projet Protovec est composé de 4 chercheurs permanents, 2 ingénieurs, 2 techniciens et s'appuie expérimentalement sur la plateforme Cyrcé abritant entre autres un cyclotron de 24 MeV, une animalerie (BSL2), une ligne d'irradiation (PRECy) et une plate-forme de biologique (BSL2) dotée d'une pièce pour la culture cellulaire et les infections et une pièce de biologie moléculaire.

Contraintes et risques

Participation à des réunions de travail et des visites à nos partenaires allemands, une à deux fois par trimestre à Heidelberg, Allemagne, à 150 Km de Strasbourg.

On en parle sur Twitter !