En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR7095-GUIHEB-001 - Contrat postdoctoral H/F en exoplanétologie à l'Institut d'astrophysique de Paris

Contrat postdoctoral H/F en exoplanétologie à l'Institut d'astrophysique de Paris

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7095-GUIHEB-001
Lieu de travail : PARIS 14
Date de publication : lundi 1 avril 2019
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 30 mois
Date d'embauche prévue : 1 octobre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2605,99 à 3615,11 euros bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Dans le cadre d'un projet de recherche financé par l'ANR (Agence Nationale de la Recherche), l'équipe du SPIRou Legacy Survey sollicite des candidatures pour un poste de chercheur postdoctoral dans le domaine de la détection et de la caractérisation des exoplanètes. Le poste sera accueilli à l'Institut d'Astrophysique de Paris (IAP) en France, avec une date de début de préférence entre juillet et octobre 2019. Le/la postdoc devra mener des recherches originales sur l'utilisation des données SPIRou en vélocimétrie dédiées à la recherche et à la caractérisation des exoplanètes. Il/elle devra jouer un rôle important dans le suivi spectroscopique des planètes et candidats planètes en transit.

Activités

Le/la postdoc travaillera à IAP dans l'équipe exoplanètes. Il/elle se concentrera sur la sélection des candidats à observer avec SPIRou et sur leur caractérisation sous la supervision de G. Hébrard. Il/elle participera également à des observations complémentaires pour leur caractérisation atmosphérique sous la supervision de A. Lecavelier des Étangs. Le postdoc sera également invité à développer des recherches originales utilisant notamment des données SPIRou.

Compétences

Les candidats doivent avoir de l'expérience exoplanétologie. Ils/elles doivent avoir un intérêt et une solide expérience en traitement, analyse et interprétation des données. Une expérience en analyse de vitesses radiales à haute précision et en photométrie sera appréciée.

Contexte de travail

SPIRou, le nouveau spectropolarimètre et vélocimètre infrarouge du Télescope Canada-France-Hawaii (3,6 m), est conçu pour apporter une contribution majeure en exoplanétologie. Les naines M sont bien plus brillantes dans l'infrarouge proche et SPIRou est le premier vélocimètre infrarouge conçu pour atteindre la précision du mètre par seconde. C'est le seul vélocimètre infrarouge qui combine la bande K (totalisant ~40 % de la teneur en RV dans le proche infrarouge pour les naines M), la polarimétrie (cruciale pour filtrer les effets d'activité sur les mesures de RV), et une grande efficacité (jusqu'à 15 %).

Les performances réelles de SPIRou (obtenues lors de sa mise en service) démontrent déjà sa capacité à atteindre une précision RV d'au moins 2m/s, laissant la possibilité d'atteindre 1m/s de stabilité ou mieux à court terme. Le SPIRou Legacy Survey a 300 nuitées allouées sur quatre ans et a débuté ses observations en février 2019. 75 nuits sont consacrées à un suivi des planètes en transit (SLS-TF), un suivi en RV des 50 candidats les plus intéressants de planètes en transit devant des naines M découverts par des relevés photométriques (principalement TESS). Ces programmes visent à comprendre comment la structure et la composition les petites planètes varient avec les masses planétaires et la température d'équilibre, en particulier pour les planètes tempérées pour lesquelles il n'existe actuellement que peu de données.

Contraintes et risques

Des voyages devront être entrepris.

On en parle sur Twitter !