En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR7041-NEJGOU-002 - Chercheur en anthropologie des sciences (H/F)

Chercheur en anthropologie des sciences (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7041-NEJGOU-002
Lieu de travail : NANTERRE
Date de publication : lundi 5 août 2019
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 1 novembre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2617.05 et 3017.31 euros bruts/mensuel
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Présentation du poste

Allocation post-doctorale DIM « Matériaux anciens et patrimoniaux »

Le post-doctorant fera partie de l'équipe Ethnologie préhistorique de l'UMR 7041 —ArScAn, en collaboration avec le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (UMR 7186). Il travaillera sous la supervision de Nejma Goutas (CNRS, UMR 7041) et de Baptiste Buob (CNRS, UMR 7186) dans le cadre du projet ANTROP'ARC ayant vocation à traiter de questions épistémologiques et historiographiques fondamentales concernant la naissance et l'essor d'une Préhistoire à la française héritée d'André Leroi-Gourhan.
Le post-doctorant aura en charge de produire une étude anthropologique interrogeant le rapport au temps, à la mémoire, à la transmission et à l'histoire. Il réalisera une enquête ethnographique auprès des acteurs institutionnels locaux ainsi que ceux ayant agi au cours de l'histoire (passée et actuelle) du gisement préhistorique français d'Arcy-sur-Cure (Yonne, Bourgogne).
Ces questions seront abordées sous un prisme original, puisqu'ici sera considérée surtout la face cachée de cette fabrique de l'histoire. L'histoire officielle de ce gisement s'est construite notamment autour de la notoriété de quelques individus (dont le plus célèbre est André Leroi-Gourhan). Mais dans les faits, tous les acteurs agissant sur les chantiers de fouilles sont des passeurs de mémoires. Ces personnes, souvent anonymes, construisent aussi l'histoire d'un site et participe à ce titre (directement ou indirectement) à la construction du savoir qu'il soit scientifique, académique ou grand public. Les enjeux de cette recherche interdisciplinaire reposent donc sur un regard croisé entre deux sciences de l'homme : l'anthropologie et l'archéologie.

Activités

Le post-doctorant contribuera en particulier à différents aspects :
 La collecte de nouvelles données primaires via la réalisation de nouveaux entretiens enregistrés.
 La réalisation d'un documentaire (court-métrage). L'enjeu sera de restituer ce que l'archéologie nous dit de ceux qui la pratiquent à partir des témoignages filmés d'anciens fouilleurs d'Arcy-sur-Cure, au cours de l'après-guerre (1946-1963), déjà réalisés dans le cadre du projet 2ARC et de ceux nouvellement collectés dans le cadre du projet ANTHROP'ARC.
 La réalisation d'une enquête ethnographique dans l'objectif d'observer et d'analyser les formes d'appropriation sociale du patrimoine archéologique à partir d'une ethnographie de la pratique muséale réalisée au musée municipal de l'Avallonnais, proche d'Arcy-sur-Cure et où sont exposés une partie des vestiges des grottes.
 La publication d'un ou plusieurs articles individuels et/ou collectifs sur les analyses des données collectées pendant le projet. Il est attendu que les données obtenues, croisées à celles des autres collaborateurs du projet, permettront in fine de produire une étude pluridisciplinaire au carrefour entre deux sciences de l'homme.

Noms de l'unité d'accueil : UMR 7041 ArScAn (dir. F. Villeneuve), équipe Ethnologie préhistorique (resp. P. Bodu, F. Bocquentin et L. Mevel) — MAE — 21 allée de l'Université — 92023 Nanterre cedex. Pour présentation de l'équipe : http://www.arscan.fr/ethnologie-prehistorique

Responsable et coresponsable du contrat post-doctoral :
- Nejma GOUTAS (CNRS, UMR 7041, ArScAn, Ethnologie préhistorique, Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, Nanterre)
- Baptiste BUOB (CNRS, UMR 7186, Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative, MAE, Nanterre)

Compétences

La/le candidat-e devra être titulaire d'un doctorat en anthropologie et avoir développé des compétences solides en épistémologie de l'archéologie préhistorique et idéalement en sociologie du travail, en sociologie de la réception en musée et/ou de l'enquête de terrain en contexte de fouilles archéologiques. Elle/il devra avoir une parfaite maîtrise de la langue française (écrite et orale) pour mener à bien son travail d'enquête (analyse, synthèse et esprit critique), faire preuve d'autonomie, de capacité organisationnelle et d'aptitude au travail en équipe sur des projets interdisciplinaires.

Elle/il devra avoir des bases de connaissances sur la Préhistoire française de la seconde moitié du XXe siècle. Elle/il possèdera des compétences pour mener de front la constitution d'un corpus d'entretiens semi-directifs, une ethnographie en contexte muséal, la réalisation d'un documentaire (court-métrage) et la diffusion de ses résultats sous la forme de publication(s) dans des revues et/ou ouvrages à comité de lecture. Au terme de ce contrat, une journée de restitution scientifique de ce travail est idéalement envisagée, dont la/le candidat sera un des coorganisateurs.

Le dossier de candidature devra démontrer l'adéquation au profil du poste (missions, compétences requises et expériences).

• Mots clefs du type d'approche théorique : anthropologie des sciences ; épistémologie de l'archéologie préhistorique ; sociologie du travail ; sociologie de la réception en musée.
• Mots clefs des thèmes de recherche : mémoire, préhistoire française, fouilles d'Arcy-sur-Cure, héritage des travaux d'André Leroi-Gourhan.
• Méthodes d'enquête envisagées : constitution d'un corpus d'entretiens semi-directifs ; ethnographie en contexte muséal ; réalisation d'un documentaire.

Contexte de travail

Les problématiques du projet ANTROP'ARC (voir détail infra) s'inscrivent dans les thèmes de recherches de l'équipe Ethnologie préhistorique, au sein de l'UMR ArScAn (http://www.arscan.fr/ethnologie-prehistorique/) ou le/la post-doctorant-e bénéficiera de l'expertise de ses membres, largement impliqués dans ces problématiques. Ce projet s'inscrit dans la tradition des études à visées historiographiques et épistémologiques développées au sein de cette équipe. Il bénéficiera également de son réseau de recherches en France et à l'étranger.

Elle/il bénéficiera d'un accompagnement scientifique, d'un lieu de travail, d'un accès aux archives de l'équipe Ethnologie préhistorique et de toute la documentation nouvellement produite dans le cadre du projet 2ARC.

Le/la candidat-e sera également associé/e à l'UMR 7186 — Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative. Elle/il bénéficiera de l'expertise de l'unité dans le domaine de la pratique audiovisuelle (prise de vues, montage…) et de l'entretien, ainsi que des expériences variées concernant l'étude des archives scientifiques, des phénomènes de patrimonialisation et des pratiques muséales. Plus généralement, l'axe de l'unité intitulé « Les passés actualités », concernant l'étude des mémoires et des temporalités offrira un cadre collectif et stimulant pour mener à bien l'enquête.

Description du projet de recherche

Nom du projet : « De la production du savoir scientifique à l'appropriation sociale du passé —Le cas des fouilles du gisement paléolithique à Arcy-sur-Cure (Yonne) »
Acronyme : ANTHROP'ARC

Les perspectives épistémologiques et historiographiques portées par ANTHROP'ARC concernent tout un pan de l'histoire des sciences en Préhistoire qui intéresse directement la communauté scientifique internationale des préhistoriens. André Leroi-Gourhan, figure historique du gisement d'Arcy-sur-Cure, est l'un des pères fondateurs de la recherche préhistorique de la seconde moitié du XXe siècle. Ce gisement fut pour lui et ses collaborateurs un premier laboratoire pour tester de nouvelles techniques et méthodes de fouille et un lieu des plus structurants dans la construction théorique de l'approche palethnologique. Cette dernière ayant essaimé bien au-delà de nos frontières.

Ce projet s'inscrit dans le prolongement des recherches conduites dans le cadre du projet 2ARC (Archives de fouilles — Arcy, coord. N. Goutas, P. Bodu et L. Mevel, 2015-2018) du Labex Les Passés dans le Présent, porté par des membres du laboratoire ArScAn - UMR 7041 (équipe Ethnologie préhistorique) en étroite collaboration avec différents services de l'USR 3225 et des partenaires extérieurs. Le projet 2ARC avait pour objectif la préservation, la mise en valeur de l'histoire, du patrimoine et de la mémoire des documents concernant les fouilles réalisées depuis le XIXe siècle dans différentes cavités du massif d'Arcy-sur-Cure, et en particulier celles d'André Leroi-Gourhan (1946-1963). Ce projet initial était articulé autour de l'analyse interdisciplinaire de différents types d'archives : les « archives archéologiques » via des études de mobiliers, des datations, etc. ; les archives de fouilles (via des études sur les carnets de fouilles, les plans, les photographies et les anciens films de terrains selon des approches articulant épistémologie et histoire des sciences). Dans ce cadre, un volet anthropologique fut tout juste esquissé via la collecte d'entretiens auprès d'anciens fouilleurs (enregistrements visuels et audiovisuels selon les autorisations obtenues). Dans ce cadre, ce premier travail de collecte de données venait répondre uniquement à un objectif de conservation (garder traces de la mémoire des anciens fouilleurs et ainsi préserver un patrimoine immatériel).

Le projet ANTROP'ARC a aujourd'hui pour objectif l'approfondissement de ce dernier volet, en initiant la conduite d'une véritable analyse anthropologique de ces récits, selon un angle d'approche original. Arcy-sur-Cure est en effet un lieu de mémoire, un véritable carrefour où un grand nombre d'acteurs se sont croisés (archéologues professionnels et amateurs, bénévoles, conservateurs, spéléologues, notables locaux, etc.). Il offre à ce titre un contexte historique et social riche où chacun est aujourd'hui susceptible de produire et transmettre à son tour d'autres régimes de connaissances sur le patrimoine matériel (données archéologiques) et « immatériel » (connaissances, réseaux de collaborations, etc.) des lieux.

Contraintes et risques

Dans le cadre de cette allocation post-doctorale, des déplacements de courtes durées notamment en Île-de-France et en Bourgogne (en train ou voiture) seront nécessaires pour réaliser les enquêtes ethnographiques au sein d'institutions muséales ou auprès d'anciens fouilleurs.

Informations complémentaires

Le dossier comprendra :

- une lettre de motivation détaillée ;
- un Curriculum Vitae détaillé ;
- la liste des publications avec les liens internet (si possible) ;
- le mémoire de thèse au format .PDF ;
- le rapport de soutenance (sauf pour les candidats ayant soutenu leur thèse à l'étranger et pour les candidats ayant soutenu leur thèse très récemment). Ces derniers doivent alors transmettre une attestation de soutenance de thèse (délivrée par la personne Responsable de l'École Doctorale) ;
- une copie du diplôme de Docteur-e (ou attestation) .

Les candidat-e-s retenu-e-s après examen des dossiers seront auditionnés la semaine du 16 septembre 2019 et tenu-e-s informé-e-s des résultats à partir du vendredi 20 septembre 2019.

On en parle sur Twitter !