En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5814-CLABOM-061 - Post-doctorant « Etudes de l'Univers extrême avec CTA » (H/F)

Post-doctorant « Etudes de l'Univers extrême avec CTA » (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 26 novembre 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5814-CLABOM-061
Lieu de travail : ANNECY LE VIEUX
Date de publication : vendredi 24 septembre 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 janvier 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : à partir de 2 663 € bruts par mois selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Le Laboratoire d'Annecy de Physique des Particules (LAPP) est impliqué dans la collaboration CTA et fait partie du projet ESCAPE. Ce post-doctorat vise à renforcer l'implication du groupe LAPP dans le Test Science Project “Extreme Universe” et le lien du LAPP avec les groupes théoriques du LAPTh.
Le projet se concentrera sur l'étude des sources extragalactiques (principalement les AGN, mais les GRB sont également un sujet étudié dans le groupe) avec la future génération de télescopes gamma, CTA, et aussi avec les données publiques prises par le satellite Fermi-LAT. L'objectif principal est de préparer les observations de CTA et, dans un délai plus court, du LST, en réalisant des études de population précises et à jour en collaboration avec le LAPTh. Le premier grand télescope CTA (LST-1) est opérationnel depuis début 2020 et apportera des capacités de détection supplémentaires dans le domaine des rayons gamma VHE. Le projet consistera également à participer à l'analyse des premières données des LST et aux premiers suivis d'alerte CTA.
Au-delà de leur intérêt en tant que sources astrophysiques, les AGN en éruption et les GRB sont des sondes très prometteuses pour la physique fondamentale (Invariance de Lorentz, lumière de fond extragalactique…). Ces sujets sont désormais de première importance dans le domaine. A titre d'exemple, la détection récente de plusieurs GRB par H.E.S.S. et MAGIC a ouvert une nouvelle fenêtre dans l'astronomie des rayons gamma au TeV. La même chose s'applique à Virgo/LIGO dont les détecteurs envoient maintenant des alertes GW régulières. De plus, le grand nombre d'AGN détectés à haute et très haute énergie dans les rayons gamma permet de commencer une étude de population efficace et de prédire les capacités d'observation du CTA.
Le groupe Astrogamma du LAPP est membre de la collaboration CTA et également du consortium LST. Le groupe est fortement impliqué dans la construction des LST et de l'analyse des données du LST-1. Le groupe travaille également sur les phénomènes transitoires en général au sein de la collaboration LST et possède de plus une expertise sur l'analyse des données Fermi-LAT et la modélisation de l'émission des AGN.

Activités

Le candidat retenu sera membre du groupe Astrogamma du LAPP ainsi que des consortiums CTA et LST.
1) Le candidat retenu travaillera sur des études de population d'AGN à partir des données Fermi et TeV pour préparer les observations CTA. Après avoir mis à jour les résultats présents dans la littérature, le candidat utilisera son travail pour préparer les observations CTA avec le réseau complet. Cette étude sera également utilisée dans les prochaines observations LST. Les liens étroits avec le LAPTh sont d'une importance capitale dans ce projet et une collaboration étroite avec les membres de ce laboratoire est prévue.
2) Il est prévu que le candidat retenu s'implique dans le groupe extragalactique de CTA pour renforcer les activités du LAPP sur ces sujets et tisser des liens avec les autres membres de ce groupe.

3) Le candidat retenu pourra participer à l'analyse des données des premières observations et au suivi des alertes avec le premier LST du CTA soit sur les AGN soit sur les GRB. Les résultats de l'analyse des données et l'interprétation qui en découle seront discutés dans une approche multi-longueurs d'onde et multi-messagers grâce à la combinaison des données Fermi-LAT (des experts en analyse sont présents au LAPP), des données optiques publiques et radiographiques. Une expertise en analyse de données en rayons X est un plus. Le groupe dispose d'une expertise importante dans l'analyse LST dont bénéficiera le candidat.
4) Le poste est financé dans le cadre du programme européen ESCAPE et le candidat est appelé à jouer un rôle majeur dans l'animation scientifique du Test Science Project « Univers Extrême », en lien étroit avec l'Observatoire du CTA.

Date d'embauche prévue : Prise de fonctions au plus tôt et au plus tard le 01/01/2022

Compétences

En raison des aspects multiples et ambitieux de ce projet, le candidat retenu devra compter sur une solide expérience en astrophysique. Une connaissance approfondie de la physique AGN sera appréciée ainsi que de la physique GRB.
Le candidat retenu pourra commencer à travailler dès son arrivée sur la base d'une solide expérience du groupe et en retour contribuer à celui-ci ainsi que dans le « groupe de physique » CTA. L'échelle de temps du projet s'inscrit particulièrement bien dans le calendrier de l'expérience.

Contexte de travail

Créé en 1976, le LAPP est l'un des 19 laboratoires de l'Institut de Physique Nucléaire et de Physique des Particules (IN2P3). Il compte près de 140 chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs, techniciens, administratifs, étudiants et visiteurs étrangers. Les travaux menés au LAPP ont pour but l'étude de la physique des particules élémentaires et de leurs interactions fondamentales, ainsi que l'exploration des connexions entre l'infiniment petit et l'infiniment grand. Le LAPP est impliqué dans les expériences du LHC (ATLAS, LHCb), celles des neutrinos (SuperNémo, STEREO, LBNO, ...), d'astrophysique (HESS, CTA, LSST) ou des ondes gravitationnelles (Virgo). La localisation du laboratoire à 50 kms du CERN, et la présence d'un laboratoire de physique théorique dans les mêmes locaux, en font un laboratoire très attractif pour tous les scientifiques de ce domaine de recherche. Le LAPP héberge également un mésocentre de calcul et de stockage de taille intermédiaire mais qui contribue de manière significative aux traitements de données des grandes expériences de physique telles ATLAS, LHCb ou CTA.

Contraintes et risques

Déplacements : des déplacements de courtes durées sont à prévoir en France et à l'étranger

On en parle sur Twitter !