En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5554-FRAROU-005 - Post-doctorat Modèles mathématiques de coopération entre plantes en culture (H/F)

Post-doctorat Modèles mathématiques de coopération entre plantes en culture (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 16 décembre 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5554-FRAROU-005
Lieu de travail : MONTPELLIER
Date de publication : jeudi 4 novembre 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 1 mai 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2450€ bruts/mois ou plus selon expérience. Prolongation possible selon expérience et avancement du projet.
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

L'objectif de ce projet est de développer des modèles d'évolution biologique de la compétition et de la coopération entre plantes. Des travaux antérieurs par notre groupe (Montazeaud et al 2020) ont considéré l'évolution de la hauteur des plantes en réponse à la compétition pour la lumière. Ce cadre théorique doit être étendu de façon à prédire l'évolution jointe entre taille et forme en prenant en compte les compensations avec la reproduction, et les contraintes architecturales. Ces prédictions permettront aussi d'évaluer la capacité et l'efficacité de différents plans de sélection de phénotypes coopératifs.Dans un premier temps, un scénario simple de la croissance des plantes, où une première phase de croissance est suivie d'une réponse plastique à la croissance des voisins, sera analysé. Dans un deuxième temps, l'évolution de réponses plastiques en temps continu pourra être envisagée.

Référence: Montazeaud G., Rousset F., Fort F., Violle C., Fréville H. and Gandon S. Farming plant cooperation in crops. Proc. R. Soc. B http://doi.org/10.1098/rspb.2019.1290

Activités

- modélisation analytique de l'évolution de caractères coopératifs (tâche principale)
- analyse numérique des modèles, recherche de stratégies évolutivement stables (tâche principale)
- analyse bibliographique des contraintes architecturales (tâche secondaire)
- écriture de publications scientifiques (tâche principale)

Compétences

- Concepts de base de biologie évolutive: processus évolutifs, applications de la théorie des jeux.
- Modélisation mathématique: bases des probabilités, systèmes dynamiques.
- Utilisation d'un langage de calcul symbolique (par exemple, Mathematica)
- Rédaction d'articles scientifiques en Anglais

Les candidat-e-s devront avoir un doctorat ou équivalent dans une discipline connexe (par exemple, biologie évolutive ou théorie des jeux), avec de bonnes compétences en modélisation et programmation. Une connaissance de la théorie du contrôle optimal serait appréciée.

Contexte de travail

Ce projet s'intègre dans le projet ANR SCOOP (https://umr-agap.cirad.fr/en/recherche/projets-de-recherche/scoop-cooperation-chez-les-plantes-cultivees), coordonné par Hélène Fréville (AGAP, INRAE), qui combinera modélisation et expériences pour identifier les traits aériens et racinaires impliqués dans des interactions entre individus, et les caractères et allèles coopératifs présents dans des plantes cultivées, avec le blé dur comme modèle expérimental. Un objectif de ce projet est de proposer des plans de sélection qui favorisent la coopération entre plantes.

Ce projet sera supervisé par F. Rousset (CNRS) à l'Institut des Sciences de l'Evolution (ISEM), et bénéficiera de l'expertise des autres participants au projet, incluant entre autres S. Gandon (CNRS) pour le développement de modèles de sélection de parentèle, et H. Fréville (INRAE) pour la caractérisation expérimentale de la sélection de parentèle.


Référence: Fréville H, Roumet P, Rode NO, Rocher A, Latreille M, Muller M-H, David J (2019) Preferential helping to relatives: a potential mechanism responsible for lower yield of crop variety mixtures? Evolutionary Applications 12, 1837–1849. https://doi.org/10.1111/eva.12842.

On en parle sur Twitter !