En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5001-BERBOE-021 - Chercheur en modélisation numérique océan-icebergs (H/F)

Chercheur en modélisation numérique océan-icebergs (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : lundi 27 février 2023

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR5001-BERBOE-021
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : ST MARTIN D HERES
Date de publication : mardi 29 novembre 2022
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 18 mois
Date d'embauche prévue : 1 mars 2023
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2805,35€ brut et 4140,29 € brut (selon expérience).
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

La mission générale est de développer des travaux de recherche basés sur le développement et l'utilisation du module Lagrangien d'iceberg implémenté dans le modèle océanique NEMO (https://www.nemo-ocean.eu). La personne sélectionnée contribuera au projet Horizon Europe OCEAN:ICE (https://ocean-ice.eu).

Contexte scientifique :
L'accélération de la calotte glaciaire a entraîné une augmentation du flux d'icebergs au cours des trente dernières années, qui s'accélérera encore à l'avenir. Les icebergs ont un impact significatif sur les intrusions d'eau chaude vers les plateformes de glace et l'Océan Austral en général. Lorsqu'ils dérivent loin de leur site de vêlage, les icebergs peuvent s'échouer sur des hauts fonds. Cela induit de grandes zones de glace de mer pluriannuelle fixées à ces icebergs, ainsi que des polynies qui peuvent avoir un impact sur la formation d'eau dense ou la fonte des plateformes de glace (Bett et al. 2020). Cependant, l'influence de ces changements ne peut pas être évaluée parce que les modèles actuels d'icebergs sont basés sur une physique trop simple, avec peu de considération pour les liens entre les icebergs et l'épaisseur de la plate-forme de glace, la bathymétrie ou le stress de la glace de mer.

Activités

- Développer le module lagrangien sur les icebergs actuellement implémenté dans NEMO (Marsh et al. 2015, Merino et al. 2016) en améliorant l'épaisseur des icebergs en fonction des caractéristiques des plateformes glaciaires (d'autres développements possibles sont liés à l'interaction entre les icebergs et la glace de mer).
- Tester et utiliser les développements pour répondre à des questions de recherche dans des simulations océaniques globales ou circum-Antarctique.
- Participer aux activités du projet OCEAN:ICE et de l'IGE (réunions, séminaires, etc.).
- Assurer un suivi régulier des publications sur ce sujet et rédiger des articles scientifiques.

Compétences

La sélection sera basée sur les critères scientifiques et techniques suivants :

- Expérience avérée en modélisation océanique (à l'aide de NEMO ou d'autres modèles).
- Expérience avérée dans le codage en Fortran et Python.
- Expérience avérée en rédaction d'articles scientifiques.
- Bonne compréhension du système climatique, incluant éventuellement des aspects glaciologiques.
- Motivation pour la dissémination des résultats scientifiques.

Le comité de sélection tiendra compte de l'équilibre des genres au sein de l'équipe de recherche.

Contexte de travail

La personne sélectionnée sera affectée à l'Institut des Géosciences de l'Environnement (IGE). Il s'agit d'un laboratoire public de recherche sous les tutelles du CNRS, l'IRD, l'Université Grenoble Alpes, et Grenoble-INP qui travaille sur les changements climatiques et l'anthropisation de notre planète dans les régions polaires, de montagne et la zone intertropicale, régions particulièrement sensibles et aux enjeux sociétaux majeurs. Il rassemble environ 250 personnes dont plus de 150 membres permanents (chercheurs.es, enseignant.es-chercheurs.es, ingénieur.es et technicien.nes) et environ 100 personnels en contrat à durée déterminée (doctorant.es, chercheurs.es et IT). Le laboratoire accueille également chaque année plusieurs dizaines de stagiaires et visiteur.ses scientifiques. Le laboratoire est installé sur deux sites du campus universitaire de Grenoble (bâtiments Glaciologie et OSUG-B - Maison Climat Planète) qui sont à 5 minutes de marche l'un de l'autre. L'IGE constitue l'un des principaux laboratoires de l'Observatoire des Sciences de l'Univers de Grenoble (OSUG), une structure fédérative de l'INSU.

La personne sélectionnée rejoindra l'équipe CryoDyn qui s'intéresse à la dynamique de la glace et aux connexions avec le système climatique. Cette personne sera supervisée par Nicolas Jourdain et Pierre Mathiot.

Contraintes et risques

Sans.
La recherche se fera indifféremment en français ou anglais, néanmoins il est attendu que le candidat non-francophone s'efforce d'apprendre les bases du français afin de faciliter la communication et son intégration dans le laboratoire.

On en parle sur Twitter !