En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre FR636-ALERUB-044 - Chercheur post-doctoral en modélisation hydroclimatique (H/F)

Chercheur post-doctoral en modélisation hydroclimatique (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mardi 31 janvier 2023

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : FR636-ALERUB-044
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : PARIS 05
Date de publication : mardi 10 janvier 2023
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 18 mois
Date d'embauche prévue : 1 avril 2023
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : A partir de 2 805,35€
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Le travail proposé contribue au projet international BLUEGEM, qui vise à explorer les évolutions des eaux souterraines, de l'irrigation et du climat tout au long de l'Anthropocène (1900-2100), afin de mieux comprendre leur couplage, de prévoir leurs changements potentiels et d'identifier les possibles conséquences sociales. Ces évaluations sont d'une importance capitale pour identifier des stratégies durables en ce qui concerne les ressources en eau, la sécurité alimentaire, la biodiversité, sans oublier le bien-être humain et les activités socio-économiques (détails dans www.metis.upmc.fr/~ducharne/bluegem).

Le/la chercheur.e recruté.e réalisera et analysera plusieurs simulations climatiques couplées avec le modèle IPSL-CM6 sur la période 1900-2100 afin de comprendre l'impact de l'irrigation sur l'évolution climatique passée et future, et d'explorer si l'expansion prévue de l'irrigation dans les scénarios futurs peut être remise en cause par le manque de ressources en eau.

Activités

Il/elle s'assurera que le protocole de simulation (déjà établi) est dûment suivi, y compris la sortie correcte de toutes les variables requises. Les analyses comprennent des comparaisons avec les observations atmosphériques et hydrologiques passées (validation), avec les résultats des simulations climatiques par d'autres modèles climatiques (impliqués dans BLUEGEM, CMIP6, et d'autres projets le cas échéant), ainsi que des analyses ciblées sur le couplage surface-atmosphère ou les événements extrêmes. Le/la chercheur.e présentera également ses résultats aux membres du projet BLUEGEM, lors de conférences internationales et dans des revues scientifiques de haut niveau.

Compétences

Les candidat.e.s doivent être titulaires d'un doctorat ou d'un diplôme équivalent, avec une base solide en climatologie, en hydrologie ou dans des domaines connexes. Le travail requiert une bonne expérience en modélisation numérique et en méthodes quantitatives, y compris les statistiques. D'un point de vue technique, le travail sera réalisé dans un environnement Unix, et nécessite une certaine familiarité avec les scripts shell, les codes fortran, les serveurs de version, et les langages de post-traitement (python, R, ou matlab).
La maîtrise de l'anglais est nécessaire (écrit et oral), ainsi que des compétences pour le travail en équipe.

Contexte de travail

L'Institut Pierre-Simon Laplace (IPSL) est une fédération de recherche qui regroupe 10 laboratoires franciliens travaillant sur les liens entre le système climatique et l'environnement. Un outil structurant est son modèle climatique, impliqué dans tous les exercices internationaux de projection climatique alimentant les rapports du GIEC.
Le poste proposé est basé à Paris, à Sorbonne Université, au sein du laboratoire METIS (www.metis.upmc.fr), qui mène des recherches multidisciplinaires sur le fonctionnement et l'évolution des milieux continentaux, en se concentrant sur les processus qui affectent les transferts d'eau et d'éléments chimiques dans les sols, le sous-sol et les milieux aquatiques. La personne recrutée travaillera sous la direction d'Agnès Ducharne, directrice de recherche CNRS à METIS et coordinatrice du projet BLUEGEM.
Il/elle bénéficiera d'un accès aux supercalculateurs les plus récents et d'un environnement scientifique stimulant, à l'IPSL et via le projet international BLUEGEM, qui promeuvent tous les une démarche inclusive pour les jeunes scientifiques.

On en parle sur Twitter !