En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant(e) : Synthèse de conjugués multifonctionnels à base de nanotubes de carbone et de nanoparticules plasmoniques pour des applications biomédicales (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : lundi 31 mai 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UPR3572-CECMEN-001
Lieu de travail : STRASBOURG
Date de publication : lundi 10 mai 2021
Nom du responsable scientifique : Cécilia MENARD-MOYON et Ali ABOU-HASSAN
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

La nanomédecine est un domaine d'étude interdisciplinaire étroitement lié aux nanotechnologies et aux applications médicales des nanomatériaux, qui applique les connaissances et les outils de la nanotechnologie à la prévention et au traitement de maladies. Dans ce contexte, l'objectif du projet de thèse est de synthétiser des conjugués multifonctionnels hybrides à base de nanotubes de carbone et de nanoparticules plasmoniques (e.g. à base d'or), qui seront exploités pour développer de nouvelles stratégies thérapeutiques pour le traitement de maladies auto-immunes et du cancer. Le/la candidat.e pourra acquérir des connaissances sur la synthèse, la fonctionnalisation chimique de nanomatériaux et leurs propriétés physico-chimiques pour des applications biomédicales.

Le projet couvrira la synthèse des nanoparticules plasmoniques, la décoration des nanotubes de carbone avec ces nanomatériaux, ainsi que la fonctionnalisation des conjugués avec des molécules d'intérêt thérapeutique et leur caractérisation physico-chimique. La biodégradabilité des conjugués par des enzymes sera également étudiée.

Le/la candidat.e doit être titulaire d'un master 2, ou d'une expérience de recherche équivalente, et avoir une solide formation en chimie, notamment en physico-chimie des matériaux, chimie organique et/ou dans des disciplines connexes.
Le/la candidat.e doit être une personne indépendante, bien organisée et rigoureuse. Il/elle doit posséder de bonnes compétences interpersonnelles. Il/elle doit gérer ses propres recherches et coordonner les différents aspects du travail pour respecter les délais. Il/elle doit contribuer avec des idées pour de nouveaux projets de recherche, effectuer de la veille scientifique, compiler les résultats pour publication dans des revues à comité de lecture et présenter ses résultats à l'oral. Il/elle doit participer activement aux réunions de laboratoire.

Contexte de travail

Ce projet en codirection sera développé dans deux unités de recherche ayant des expertises complémentaires :
1) Immunologie, Immunopathologie et Chimie Thérapeutique (CNRS UPR 3572, I2CT) qui appartient au CNRS et est située à l'Institut de Biologie Moléculaire et Cellulaire de Strasbourg (France). L'unité possède une expertise unique reconnue internationalement sur les maladies auto-immunes et la nanomédecine, en particulier sur le développement de nanomatériaux carbonés, tels que les nanotubes de carbone, pour des applications biomédicales et l'évaluation de leur potentielle toxicité.
2) Laboratoire PHysico-chimie des Électrolytes et Nanosystèmes InterfaciauX (UMR CNRS 8234, PHENIX) qui est une unité mixte de recherche du CNRS et de Sorbonne Université, basée à Paris et constituée de trois équipes de recherche et de deux axe transversaux. L'activité de l'équipe Colloïdes Inorganiques dont le/la candidat.e fera partie est centrée autour de trois thématiques : (i) le développement de procédés de synthèse et de dispersion de nanoparticules minérales magnétiques/plasmoniques ; (ii) les particules nanométriques et micrométriques dans le cadre d'applications biomédicales ; (iii) les matériaux magnétiques multi-échelles pour l'environnement.
Au sein du laboratoire PHENIX, le/la candidat.e synthétisera des nanoparticules plasmoniques, explorera différentes approches de combinaison avec les nanotubes de carbone et effectuera la caractérisation physico-chimique des conjugués. Au sein du laboratoire I2CT, le/la candidat.e développera des stratégies de multi-fonctionnalisation chimique des conjugués, les caractérisera par différentes techniques et étudiera leur biodégradation.
Les études biologiques en vue d'évaluer le potentiel des conjugués pour le traitement de maladies auto-immunes et du cancer serons réalisées en collaboration avec les biologistes de l'I2CT et avec le Laboratoire Physico-Chimie Curie à Paris.

Contraintes et risques

Il n'y a pas de contraintes.
Risques biologiques et chimiques.

Informations complémentaires

Les candidat.es intéressé.es doivent envoyer leur candidature avec lettre de motivation, curriculum vitae et les contacts de trois personnes référentes.

On en parle sur Twitter !