En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorat: Interférence quantique et enchevêtrement quantique avec des qubits volant avec des électrons uniques (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UPR2940-FLOPOI-022
Lieu de travail : GRENOBLE
Date de publication : lundi 11 mai 2020
Nom du responsable scientifique : Christopher BAUERLE
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 septembre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

La manipulation cohérente d'électrons simples dans des dispositifs à l'état solide est attrayante aux fins de l'information quantique car ils ont un potentiel élevé en matière d'évolutivité. Selon le système utilisé, la charge ou le spin peut coder des informations binaires en qubit. Une idée particulièrement séduisante consiste à utiliser un seul électron volant en tant que transporteur d'informations quantiques. Ces qubits de volants permettent d'effectuer des opérations quantiques sur des qubits pendant leur transfert cohérent. Le traitement de l'information a généralement lieu dans les noeuds du réseau quantique sur des qubits contrôlés localement, mais le réseautage quantique nécessiterait des qubits volants pour échanger des informations d'un lieu à un autre. Il est donc primordial de développer des moyens de transférer des informations d'un noeud à un autre. La disponibilité de qubits volants offrirait la possibilité de développer de nouvelles architectures non locales pour l'information
quantique avec une surcharge de matériel probablement moins chère que par exemple le « surface code ». L'objectif du projet de thèse proposé est de développer une architecture de qubit volant utilisant des impulsions de charge à un électron. Pour cela, nous utiliserons un interféromètre de Mach Zehnder et manipulerons l'état quantique en vol à travers des portes électrostatiques. En connectant deux de ces interféromètres quantiques via un couplage coulombien, nous avons l'intention de démontrer l'intrication des paquets d'ondes électroniques se propageant.
Le candidat devra avoir une solide expérience en mécanique quantique et en physique de l'état solide et une expérience en physique expérimentale. Des compétences en cryogénie, en nanofabrication, en électronique radiofréquence ou en programmation (python) seraient un atout.

Contexte de travail

L'étudiant fera partie de l'équipe QuantECA, à l'Institut Néel, qui possède une forte expertise en nanoélectronique quantique et en manipulation quantique d'électrons uniques. L'Institut NEEL est l'un des plus grands instituts de recherche nationaux français pour la recherche fondamentale en physique de la matière condensée enrichi d'activités interdisciplinaires aux interfaces avec la chimie, l'ingénierie et la biologie. Il est situé au cœur d'un environnement scientifique, industriel et culturel unique. Il fait partie de l'un des plus grands environnements de haute technologie d'Europe en micro et nanoélectronique, juste à côté des Alpes françaises.
Ce projet sera réalisé en étroite collaboration avec des théoriciens (X. Waintal, CEA Grenoble) et des expérimentateurs (C. Glattli, CEA Saclay et S. Takada, Institut de métrologie quantique, AIST, Tsukuba, Japon) impliqués dans le projet.
Responsables scientifiques : C. Bauerle (principal) & F. Lefloch

On en parle sur Twitter !