En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

H/F Thèse en biologie végétale - Impact des facteurs environnementaux sur la nutrition azotée des plantes

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mardi 5 juillet 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR9198-ANNFIO-001
Lieu de travail : GIF SUR YVETTE
Date de publication : mardi 14 juin 2022
Nom du responsable scientifique : Anne-Sophie Fiorucci
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

A l'ombre de plantes voisines ou sous une température élevée, les plantes s'adaptent en allongeant leurs organes végétatifs comme l'hypocotyle. Parmi les nutriments essentiels à la croissance, l'azote est le plus souvent absorbé par les racines sous forme d'ions nitrate. Cependant, un excès de nitrate dans le sol est potentiellement nocif pour l'environnement. Il est essentiel de comprendre comment les végétaux gèrent l'approvisionnement en nitrate et comment cela impacte leur développement, surtout dans des milieux contraignants. Le principal objectif de ce projet de thèse est de comprendre comment l'ombre ou une température ambiante élevée affectent l'homéostasie du nitrate.

Pour cela, le·la futur·e étudiant·e en thèse analysera les différentes étapes du métabolisme du nitrate dans des plantules soumises à l'ombre ou à haute température (absorption, transport, assimilation) et identifiera les acteurs de la voie du nitrate (métabolisme et signalisation) nécessaires aux réponses de croissance à l'ombre ou la température.

Le·la candidat·e devra être titulaire d'un M2 recherche en biologie végétale. Il·elle devra avoir des connaissances en physiologie végétale, en biologie moléculaire, ainsi qu'une bonne motivation pour ce sujet. Savoir communiquer (à l'oral et à l'écrit) sera également apprécié.

Contexte de travail

La personne recrutée travaillera au sein de l'Institut de Biologie Intégrative de la Cellule (I2BC), département Biologie Cellulaire, dans l'équipe "Approches Intégratives du Transport des Ions".

L'I2BC est une unité mixte de recherche CNRS-Université Paris-Saclay-CEA située sur le campus CNRS de Gif-sur-Yvette, en région parisienne. Cet institut, qui compte 600 personnes, regroupe des équipes de recherche fondamentale organisées en 5 départements (Biologie cellulaire, Biologie du génome, Virologie, Microbiologie, Biochimie-Biophysique-Biologie Structurale) ainsi que différentes plateformes technologiques de pointe.

L'équipe "Approches Intégratives du transport des ions" développe différents projets de recherche visant à comprendre les propriétés des systèmes de transport des ions dans les plantes à différentes échelles (moléculaire, cellulaire, organisme) et en utilisant différents modèles (Arabidopsis, Peuplier, Noccea, etc.). L'équipe fait également partie du Labex SPS (Sciences des Plantes de Saclay), qui regroupe 50 équipes de recherche en sciences du végétal du sud parisien.

Le·la doctorant·e dépendra de l'école doctorale SCIENCES DU VÉGÉTAL : DU GÈNE À L'ÉCOSYSTÈME (SEVE) de l'Université Paris-Saclay.

Contraintes et risques

Pas de risque particulier.

On en parle sur Twitter !