En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse H/F: Description ab initio des réactions entre noyaux légers.

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 19 mai 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR9012-GUIHUP-003
Lieu de travail : ORSAY
Date de publication : mercredi 28 avril 2021
Nom du responsable scientifique : Guillaume Hupin
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

La radioactivité, bien que découverte en 1896 par Becquerel lors de ses travaux sur la phosphorescence, reste l'un des mécanismes les plus fondamentaux pour notre compréhension de l'Univers tout en étant relativement mal modélisée.

Notre approche combine la théorie des champs effectifs (EFT) et les méthodes ab initio (AIM). Ces outils sont complémentaires et surtout fournissent un moyen de quantifier la fiabilité des calculs. Alors que les EFT ont apporté à notre domaine le chaînon manquant permettant de faire le lien avec la QCD sous-jacente, et l'espoir de quantifier les incertitudes théoriques ; les AIM fournissent des solutions exactes dans une marge d'erreur calculable du problème à plusieurs N-corps lié (ou plus rarement de la diffusion). Ils sont néanmoins généralement limités à un petit nombre de constituants. Le but de la thèse est de développer les outils nécessaires pour étudier l'émission de clusters 2p, les réactions de cassure entre fragments chargées et de participer à l'effort de modélisation de l'émission de particules retardée par décroissance beta. L'apparition d'états d'amas 1N, 2N etc ... au voisinage de leur seuil respectif est un sujet d'actualité en physique nucléaire, si N = p toute désintégration d'état de basse énergie se fait par effet tunnel quantique. Notre principal domaine d'investigation sera d'aborder le continuum à trois et quatre corps avec des particules chargées non relativistes. Dans un premier temps (l'objectif du stage M2), nous appliquerons la méthode de la rotation complexe au modèle ab initio No-Core Shell Model, une méthode de mélange de configuration qui permet une solution presque exacte de l'équation de Schrödinger, une combinaison qui permettra le calcul des états résonnants.

Contexte de travail

En étant situé à l'IJClab, l'étudiant bénéficiera d'un environnement particulièrement adapté au sujet. En particulier, nous interagissons avec le groupe d'astrophysique nucléaire dans le contexte de la nucléosynthèse primordiale et/ou du processus r.

Une fois les méthodes numériques en place et validées, du temps de calcul sera demandé sur les supercalculateurs nationaux de niveau 1 du GENCI.

Informations complémentaires

Site web de l'équipe IN2P3:

https://sites.google.com/view/phynet-team/home

On en parle sur Twitter !