En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Offre de thèse (H/F) : quel devenir des systèmes d'endiguement maritimes et fluviaux en France

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8591-FRALAV1-001
Lieu de travail : MEUDON
Date de publication : lundi 8 octobre 2018
Nom du responsable scientifique : Lydie Goeldner-Gianella
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 janvier 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 1 768,55 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

DESCRIPTION DU PROGRAMME DE RECHERCHES "DIGUES" DANS LEQUEL S'INSCRIT LA THÈSE :
La thèse accompagne le programme de recherches DIGUES (Quelles transitions des systèmes d'endiguement maritimes et fluviaux au XXIe siècle en France, entre usages, paysage, nature et protection ?), qui sera financé par l'Agence Nationale de la Recherche de 2019 à 2022. Le contexte scientifique et les orientations du programme DIGUES sont les suivantes : la France est à un tournant des relations que la société entretient avec ses digues maritimes et fluviales sur un linéaire de 9000 km. Longtemps considérée comme un objet technique de défense contre les eaux, la digue est aujourd'hui perçue selon un paradigme incorporant aussi les usages, la nature et le paysage. A partir de 2018, les collectivités locales prendront en charge la compétence de protection contre les inondations. Accompagner les acteurs locaux dans ce contexte changeant revient à entrecroiser de multiples enjeux et à réfléchir à des orientations variées de gestion des digues, parfois nouvelles en France, oscillant entre fermeture et ouverture, rehaussement et abaissement, artificialisation et renaturation. Cela oblige à considérer l'ensemble du système d'endiguement, i.e. la digue et le territoire endigué qu'elle protège. Le programme vise à établir des propositions nouvelles relatives au devenir des digues et à évaluer les conditions de faisabilité et d'acceptabilité de ces propositions. Celles-ci pourront prendre diverses orientations, souvent combinables, dans les domaines de la défense dure ou douce contre les eaux, de la gestion de la végétation, de la fréquentation et de la patrimonialisation. Ces propositions et leurs conditions seront livrées sous forme de scénarios de transition des systèmes d'endiguement. À partir, dans un premier temps, de scénarios situés construits en milieu fluvial (Loire, Marais Poitevin, Seine & Marne) et côtier (Dives, Veys, Authie), seront construits, dans un second temps, des scénarios génériques et reproductibles, au moyen de méthodes interdisciplinaires d'étude et de facilitation, mais aussi d'une collaboration avec les acteurs locaux et d'échanges de bonnes pratiques avec des ingénieurs anglais et zélandais. Un 3e objectif du programme DIGUES consistera à tester des outils aidant à construire les scénarios : le jeu de rôle, la médiation paysagère, la comparaison et l'histoire. En termes de résultats, l'équipe sera en mesure, in fine, de caractériser les trajectoires possibles des systèmes d'endiguement et d'évaluer leur degré d'acceptabilité en fonction des types de population et de milieux, des enjeux concernés, des orientations possibles et de méthodes de facilitation.

OBJECTIFS DE LA THÈSE :
Dans ce cadre scientifique précis, impliquant une vingtaine de chercheurs et 6 laboratoires, le candidat devra prendre en charge 4 des sites endigués du programme, en milieu fluvial (Jargeau et Uxeloup sur la Loire) et littoral (baie des Veys et basse-Dives). Outre un diagnostic fin et comparatif de la situation environnementale, paysagère, sociale et politique des quatre systèmes d'endiguement, il devra construire des scénarios multicritères d'évolution pour chacun d'eux, afin d'aider le collectif à aller vers des scénarios génériques. De ce fait, le doctorant devra aussi mesurer la faisabilité et l'acceptabilité des scénarios proposés. Il participera également aux actions de communication/sensibilisation prévues dans le site ligérien de Jargeau, à l'enquête multi-sites sur les perceptions et représentations des digues et de leur devenir et, si possible, à la mise en œuvre d'un jeu de rôles dans l'un des sites littoraux.

ACTIVITÉS DURANT LA THÈSE :
Travail de réflexion, d'écriture, de traitement de données et de cartographie au laboratoire (UMR LGP), doublé d'enquêtes sur le terrain, dans quatre sites d'étude en France métropolitaine : Jargeau et Uxeloup le long de la Loire, baie des Veys et bas-marais de la Dives, en Normandie.

Contexte de travail

Poste à l'UMR 8591 LGP : Laboratoire de Géographie Physique Environnements Quaternaires et Actuels.
Le doctorant appartiendra, à partir de 2019, au thème "Hydrosystèmes fluviaux et côtiers : nouveaux enjeux de restauration et de gestion". Les recherches de ce thème portent sur trois sous-thèmes : (1) caractérisation des processus physiques à haute résolution ; (2) Hydrosystèmes aménagés et restaurés face aux changements climatiques et sociétaux ; (3) Hydrosystèmes et risques naturels : de l'aléa à la gestion. Si le programme DIGUES se rattache à ces trois sous-thèmes, la thèse ne relève que des deux derniers. Une quinzaine de permanents et une dizaine de non-permanents sont rattachés à ce thème.

Contraintes et risques

Longue présence sur le terrain : au total sur les trois ans, plusieurs mois par site d'étude.

Informations complémentaires

DISCIPLINE SOUHAITÉE : discipline des sciences humaines et sociales. De préférence : géographie, études environnementales, sociologie de l'environnement ou sciences politiques.

COMPÉTENCES ATTENDUES :
- Diplôme de master 2 en sciences humaines et sociales.
- Expérience en recherche de niveau master dans le domaine des sciences humaines et sociales.
- Parfaite maîtrise de la langue française, tant à l'écrit qu'à l'oral : niveau C2.
- Capacité à communiquer en anglais à des colloques scientifiques internationaux et à rédiger des articles scientifiques en anglais.
- Capacité à dialoguer et interagir avec une équipe de 20 chercheurs, de disciplines différentes.
- Capacité à dialoguer et interagir avec les acteurs du territoire.
- Connaissances générales sur les marais littoraux, les milieux fluviaux, les systèmes d'endiguement français et la nouvelle compétence GEMAPI imposée aux communes.
- Connaissance approfondie des techniques d'enquêtes qualitatives et/ou quantitatives. Expérience de l'enquête qualitative et/ou qunatitative sur le terrain.
- La connaissance de certains des sites d'étude de la thèse serait un plus.
- Une première approche des jeux de rôles serait un plus.

DEROULEMENT : les candidats doivent faire parvenir (télécharger) un CV, une lettre de motivation et un exemple de mémoire personnel de recherche (ou équivalent) au plus tard le 30 octobre. Les candidats devront également déposer un dossier d'inscription en ligne à l'École doctorale de Géographie de Paris avant le 31 Octobre 2018 (pour plus de détails, prendre contact avec le laboratoire). A l'issue de l'examen des dossiers, une audition sera organisée avec certains candidats, dans la première quinzaine de Novembre. L'audition durera a priori une quarantaine de minutes : 20 min de présentation suivies de 20 min de questions. Elle permettra aux candidats retenus en première phase de présenter la façon dont ils envisagent de traiter le sujet de thèse. Après l'audition, le candidat retenu devra s'inscrire administrativement à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne avant le 30 Novembre 2018.

On en parle sur Twitter !