En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

H/F Thèse en ingénierie neuromorphique utilisant des matériaux et dispositifs iono-electroniques

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8520-YANCOF-002
Lieu de travail : VILLENEUVE D ASCQ
Date de publication : mardi 30 avril 2019
Nom du responsable scientifique : Fabien Alibart
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 2 septembre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Le développement d'une électronique permettant de communiquer efficacement avec les systèmes de neurones biologiques représente un enjeu majeur pour la recherche actuelle. Cet objectif soulève à la fois des questions fondamentales relatives à la nature de l'information à traiter (comment l'exploiter, quelle représentation choisir) ainsi qu'appliquées au niveau des technologies à utiliser (comment transmettre, recevoir cette information efficacement, comment la stocker). Le projet ERC (European Research Council) IONOS propose une approche globale de ce problème en développant à la fois une électronique adaptée basée sur les (nano)composants iono-électroniques permettant une transduction optimale des signaux biologiques vers le monde artificiel, et un paradigme de calcul s'inspirant des principes de traitement et de stockage de l'information observés en biologie : le calcul neuromorphique.

Missions :
Le candidat travaillera sur le développement technologique des matériaux et des dispositifs iono-électroniques. La mission s'étendra du développement technologique des transistors électrochimiques organiques, leur caractérisation physique et électrique et la mise en place de l'interface d'acquisition des signaux électriques issus de cultures de neurones in-vitro. Le candidat devra mener de manière autonome un projet de recherche dans un domaine hautement interdisciplinaire. Bien que le cœur de son travail soit centré sur le développement de dispositifs en environnement de salle blanche et la caractérisation physico-chimique, il devra dialoguer de manière approfondie avec des experts des domaines de la chimie, de la biochimie et de la biologie.

Compétence :
Le candidat devra être détenteur d'un Master en ingénierie électrique et/ou en procédé de micro/nano fabrication. Les compétences en électronique organique, matériaux et dispositifs et en fabrication revêtent d'un intérêt primordial pour ce poste. Une solide expérience en génie électrique ou en interfaces bio-nano est un atout. Globalement, le candidat doit démontrer de solides bases académiques et un fort intérêt pour la recherche interdisciplinaire. Le candidat devra également un très bon niveau d'anglais.

Contexte de travail

Le projet se déroulera au sein de l'Institut d'électronique, de microélectronique et de nanotechnologie (IEMN) situé à Villeneuve d'Ascq (Hauts de France). L'IEMN est un institut de recherche créé par le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), deux universités et une école d'ingénieurs de la région Nord. Les équipements de lIEMN tant au niveau de la conception, de la fabrication et de la caractérisation de micro/nano dispositifs sont au meilleur niveau européen. L'effectif total de l'institut est d'environ 500 personnes dont 109 professeurs et professeurs associés, 45 chercheurs du CNRS, 100 ingénieurs et agents administratifs, environ 150 doctorants ainsi que 30 post doc et professeurs invités. Le laboratoire est très ouvert aux collaborations internationales avec plus de 100 scientifiques étrangers venant de 20 pays différents travaillent actuellement à l'IEMN. L'activité scientifique de l'IEMN couvre un large domaine allant de la physique des matériaux et des nanostructures aux micro-ondes, aux télécommunications et à l'instrumentation acoustique.

Contraintes et risques

Rien de particulier. Formations prodiguées pour les différents équipements des plateformes ainsi qu'une formation sécurité dédiée aux risques physiques, chimiques et biologiques.

Informations complémentaires

Veuillez nous faire parvenir vos CV, lettre de motivation via ce site du CNRS ainsi qu'à Fabien Alibart (fabien.alibart@iemn.univ-lille1.fr) et Yannick Coffinier (yannick.coffinier@univ-lille.fr).

On en parle sur Twitter !