En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8243-EVARYC-015
Lieu de travail : PARIS 13
Date de publication : vendredi 22 mai 2020
Nom du responsable scientifique : Claire Mathieu
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 septembre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Thème de la thèse : Algorithmes et bornes inférieures pour de nouveaux modèles de données.

Le sujet proposé s'inscrit dans un projet de recherche visant à établir les bases formelles de l'étude d'algorithmes ne fonctionnant pas dans le cadre traditionnel en trois temps (entrée-calcul-sortie) mais dédiés aux applications modernes où l'entrée n'est pas entièrement disponible au début du calcul, selon qu'elle soit simplement trop grande, ou dispersée, ou désorganisée, voire sujette à des erreurs ou à des mises à jour fréquentes. De tels algorithmes doivent utiliser des techniques issues de divers domaines algorithmiques tels que les algorithmes de « streaming » (lorsque les données sont produites sous forme d'un flux), les algorithmes « online » (lorsque les sorties doivent être calculées à la volée lors de la lecture des données), les algorithmes pour les données bruités, voire les algorithmes distribués.

La nature même des problèmes d'optimisation étudiés peut être différente de celle liée au cadre traditionnel. Ainsi, le problème des « mariages stables » peut être reconsidéré dans un cadre où les préférences évoluent. Il peut être ainsi souhaitable de définir un cadre stochastique ou incrémental pour l'évolution des préférences, afin d'examiner l'effet des appariements sur la stabilité, et étudier l'efficacité des mises à jour de la solution courante.

A titre d'autre exemple, il peut être intéressant étudier des modèles de graphes évoluant dans le temps (réseaux dynamiques), que ce soit dans le contexte des réseaux sociaux humains, des réseaux de communication, ou des systèmes biologiques. Ainsi, dans les réseaux sociaux, il est possible d'étudier la robustesse et l'efficacité des algorithmes dédiés à la résolution de problèmes de graphes classiques tels que la recherche de plus courts chemins. Dans le cadre de l'étude du comportement des animaux en groupe (volées d'oiseaux, bancs de poissons, etc.), il est possible d'étudier des problèmes de navigation collective, ou de recherche de nourriture, potentiellement à l'aide d'outils issus de la théorie des jeux.

Enfin, il est possible d'étudier des problèmes classiques liés aux systèmes électoraux, comme l'agrégation de classements lorsque les électeurs et les candidats changent au fil du temps. Dans le même genre d'idée, il est possible d'analyser la dynamique des préférences scolaires au fil des années lorsque la réputation d'une école dépend des choix des élèves effectués aux années précédentes, et l'émergence spontanée d'un ordre total entre les écoles lié à un caractère purement aléatoire des caractéristiques initiales des ces écoles.

Quelque soit la thématique spécifique considérée dans la thèse, l'étudiant.e sélectionné.e travaillera aussi bien sur la conception et l'analyse d'algorithmes que sur la mise en évidence de bornes inférieures et de résultats d'impossibilité, notamment des bornes inférieures inconditionnelles, qu'elles soient issues de techniques de théorie de l'information ou de techniques de complexité de la communication. La spécification du sujet et la détermination de l'encadrant.e de thèse seront finalisées lors de discussions avec le ou la candidat.e retenu.e.

Contexte de travail

L'Institut de Recherche en Informatique Fondamentale (IRIF) est une unité mixte de recherche (UMR 8243) entre le CNRS et l'Université de Paris, qui héberge deux équipes-projets Inria.

Les recherches menées à l'IRIF reposent sur l'étude et la compréhension des fondements de toute l'informatique, afin d'apporter des solutions innovantes aux défis actuels et futurs des sciences numériques.

Le sujet de ce travail de recherche s'inscrit dans les domaines de recherche du Laboratoire mixte franco-israélien sur les fondements de l'informatique (FILOFOCS), unité de recherche mixte entre le CNRS et l'Université de Paris en France, et l'Université de Tel-Aviv, l'Institut Weizmann des Sciences, et l'Université hébraïque de Jérusalem en Israël.

Contraintes et risques

Si l'étudiant.e le désire, le contrat doctoral pourra inclure un ou plusieurs séjours dans les institutions israéliennes partenaires de FILOFOCS.

Informations complémentaires

Le contrat doctoral devra débuter entre septembre et novembre 2020.

On en parle sur Twitter !