En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Offre de thèse (H/F) / PhD offer (M/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8212-SYLCHA-001
Lieu de travail : GIF SUR YVETTE
Date de publication : mercredi 15 juillet 2020
Nom du responsable scientifique : Sylvie Charbit
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Etude de la dynamique de la calotte de Barents-Kara au cours de la dernière déglaciation : une approche basée sur la modélisation

L'élévation du niveau marin au cours des prochaines décennies représente l'une des conséquences les plus préoccupantes du changement climatique avec potentiellement des impacts humanitaires, géopolitiques et socio-économiques. Toutefois, l'amplitude de la remontée du niveau des océans reste très
incertaine en raison d'une compréhension encore limitée des processus qui contrôlent les instabilités mécaniques des calottes dites marines (i.e. dont le socle est situé sous le niveau des mers) au niveau de la ligne d'échouage, c'est-à-dire à la frontière entre la glace posée sur le socle rocheux et les plates-formes de glace flottante Ces calottes sont particulièrement vulnérables comme en témoignent les observations actuelles de perte de masse en Antarctique de l'ouest. Une approche privilégiée pour étudier et mieux comprendre les processus mis en jeu dans la déstabilisation des calottes marines consiste à se tourner vers les calottes du passé pour lesquelles de nombreuses observations sont disponibles. La calotte eurasienne, qui s'étendait au Dernier Maximum Glaciaire (il y a 21 000 ans) sur les mers de Barents et de Kara situées en Sibérie occidentale, constitue vraisemblablement l'un des meilleurs analogues à la calotte Ouest Antarctique actuelle.

Ce sujet de recherche repose à la fois sur des études climatiques et glaciologiques. Son objectif est d'étudier la dynamique de la calotte marine Barents-Kara (BKIS), et d'examiner quels sont les processus responsables de son recul brutal lors de la dernière déglaciation. L'approche proposée est basée sur l'utilisation d'un modèle de calotte polaire de nouvelle génération (Elmer-Ice Sheet, EIS) permettant de représenter les changements dynamiques rapides.

La première étape de cette thèse consistera à modéliser avec le modèle EIS la calotte BKIS au Dernier Maximum Glaciaire en accord avec les reconstructions disponibles de sa géométrie (épaisseur, extension) et de sa dynamique (localisation et vitesse des fleuves de glace). Il conviendra pour cela de choisir le forçage climatique le plus approprié à partir des simulations climatiques existantes figurant notamment dans la base de données PMIP4 (Paleoclimate Model Intercomparison Project, Phase 4).

Le second volet sera consacré à l'étude de la déglaciation de BKIS. Pour cela, on s'intéressera aux mécanismes responsables du recul de la calotte au début de la dernière déglaciation. Il s'agira en particulier d'examiner le rôle du climat, de la remontée du niveau marin due à la fonte des autres calottes, de la fonte basale sous les plates-formes de glace flottante, du glissement de la glace à la base de la calotte ou encore du vêlage d'icebergs, et de bien comprendre l'impact relatif de chacun de ces processus. Ces résultats d'expériences seront confrontés aux données disponibles permettant de contraindre la vitesse de recul de la calotte.

Ces travaux permettront d'apporter une meilleure compréhension des processus climatiques et dynamiques régissant l'évolution des calottes marines, et ainsi de réduire nos incertitudes sur la contribution future de la calotte Antarctique à la remontée du niveau marin.

Contexte de travail

Le LSCE est une unité mixte de recherche (UMR 8212) entre le CEA, le CNRS et l'Université de Versailles Saint-Quentin (UVSQ) Il fait partie de l'Institut Pierre Simon Laplace (IPSL) et est implanté sur le plateau de Saclay. Le LSCE regroupe environ 300 chercheurs, ingénieurs et agents administratifs dont 150 personnels permanents et plusieurs dizaines d'étudiants.

Le LSCE s'organise en trois thèmes scientifiques :



i) Archives et Traceurs

ii) Cycles Biogéochimiques et Transferts dans l'Environnement

iii) Climat et Cycles - Modélisation de leurs variabilités et de leurs interactions

Le sujet de thèse proposé s'inscrit dans le cadre de l'équipe CLIM qui regroupe une vingtaine de personnes et fait partie du thème Climat et Cycles.

Contraintes et risques

Aucun

On en parle sur Twitter !