En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Recherche de disques circumstellaires en imagerie directe (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mardi 2 février 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8109-SYLDES-025
Lieu de travail : MEUDON
Date de publication : mardi 12 janvier 2021
Nom du responsable scientifique : Anne-Marie LAGRANGE
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Comprendre la formation et l'évolution des systèmes planétaires est un enjeu majeur de l'astronomie actuelle. La détection et la caractérisation des systèmes extrasolaires par imagerie directe consiste à analyser la lumière directement émise par des exoplanètes ou des disques circumstellaires grâce à des instruments à haute résolution angulaire et à haut contraste. Au sein de notre projet COBREX (COupling data and techniques for BReakthroughs in EXoplanetary systems exploration) financé par le European Research Concil (ERC), nous analyserons des données d'imagerie à haut contraste provenant d'archives et de nouvelles observations à l'aide d'algorithmes innovant permettant de repousser les limites de détection actuelles. Nous souhaitons, en particulier, détecter et caractériser un grand échantillon de disques circumstellaires : à la fois des disques protoplanétaires jeunes, témoins directs de l'étape de formation planétaire, et des disques de débris, analogues aux ceintures d'astéroïdes et comètes dans notre système solaire, qui coexistent avec les planètes une fois le système formé. Le but est de caractériser les liens entre disques et planètes, de caractériser la brillance des disques et d'extraire pour certains les propriétés de diffusion des particules de poussière pour caractériser leurs constituants, ces propriétés jouant un rôle central dans la formation planétaire.
Afin de remplir ces objectifs, vous mènerez, au sein d'une équipe, un ambitieux programme de réduction et d'analyse de données d'imagerie à haut contraste provenant de l'instrument SPHERE sur le Very Large Telescope (VLT) en développant des techniques de réduction adaptées pour les disques.

-Développement et tests des nouveaux outils d'analyse de données d'imagerie à haut contraste adaptés pour les disques. Ceci inclut des outils basés sur l'intelligence artificielle adaptés à l'imagerie haut-contraste afin d'exploiter la richesse et diversité de la base de données SPHERE accumulées depuis le début des opérations de l'instrument.
-Application de ces outils pour la détection de nouveaux disques.
-Interprétation des données : étude des systèmes individuels, caractérisation des disques découverts (morphologie, brillance, asymétrie, extraction des propriétés de diffusion), statistiques des disques détectés et liens avec la formation planétaire.
-Observations en imagerie haut contraste avec le Very Large Telescope de l'ESO, JWST, etc.

Contexte de travail

La thèse se déroulera au sein d'un groupe de chercheurs, étudiants, post docs et ingénieurs dédié au projet, localisé au LESIA, à l'IPAG et au CRAL.
La thèse se déroulera en première année à l'IPAG pour la mise en place du projet de traitement des données, en collaboration étroite avec une équipe technique. Les deux dernières années se dérouleront au LESIA (Observatoire de Paris).
La participation à des observations (ESO Chili, JWST en particulier) venant compléter les données d'archivage doit être envisagée.

Contraintes et risques

-Formation initiale scientifique de haut niveau (grandes écoles, universités). Formation en astrophysique souhaitable (M2)
-Connaissances en algorithmique/codage. Langage : python (souhaité)
- Maîtrise de l'anglais scientifique
-Valeurs attendues : engagement, créativité, rigueur, autonomie, adaptabilité, ouverture d'esprit, esprit d'équipe (essentiel).

On en parle sur Twitter !