En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse en chimie analytique et microfluidique appliquée à l'analyse du formaldéhyde dans l'air (H/F)


Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7515-STELEC-001
Lieu de travail : STRASBOURG
Date de publication : jeudi 26 juillet 2018
Nom du responsable scientifique : Stéphane Le Calvé
Type de contrat : CDD Doctorant/Offre de thèse
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2018
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 1 768,55 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Le formaldéhyde qui est cancérogène et co-facteur de l'asthme allergique, est un polluant majeur de l'air intérieur en raison de ses sources multiples (matériaux, combustion, etc.). Ses concentrations dans l'air intérieur sont 2 à 15 fois plus élevées que celles mesurées à l'extérieur et varient typiquement entre 10 et 100 μg.m-3.
L'équipe de physico-chimie de l'atmosphère de l'ICPEES a développé une méthode analytique brevetée en 2014 reposant sur un dispositif microfluidique de piégeage. Cette méthode analytique est basée sur un couplage de 3 étapes : 1) le piégeage du formaldéhyde gazeux en solution aqueuse ; 2) la réaction de dérivation ; 3) la détection du produit de réaction par spectroscopie de fluorescence. Cette nouvelle méthode est sélective au formaldéhyde et possède désormais une consommation en réactif abaissée d'un facteur 50 à 100 (0,6 à 1,2 mL/heure), un temps de réponse de 10 min, une résolution temporelle de 2 à 120s, une limite de détection variant selon la résolution temporelle choisie à savoir < 0,2 µg.m-3 pour 120s et 1 µg.m-3 pour 2s. L'instrument entièrement automatisé et commercialisé par In'Air Solutions, pèse environ 5,5kg avec sa batterie.
L'objectif sera de concevoir, fabriquer et développer des éléments microfluidiques pour les différentes étapes, une cellule de piégage microfluidique régulée en température pour coupler les étapes de piégeage et réaction (et de fait réduire le temps de réponse) ainsi qu'une cellule de fluorescence microfluidique pour la détection. Cette thèse permettra en outre de développer un réservoir de réactif liquide compatible avec les débits microfluidiques de quelques µL/min mis en jeu. Ces développements pourront s'effectuer notamment en utilisant les plateformes de nanotechnologie du réseau RENTATECH et notamment celle de Strasbourg (STnano), Besançon et Toulouse. Ce travail sera mené dans le cadre de collaborations à l'échelle européenne dans le cadre d'un projet européen.
Ce développement analytique permettra in fine d'obtenir un nouvel instrument beaucoup plus compact (< 1 ou 1,5 kg), plus autonome, possédant un temps de réponse au maximum de quelques minutes et davantage fonctionnel. Le nouvel instrument sera ensuite validé par des mesures de laboratoire et lors d'une campagne de terrain dans différentes écoles en Europe.

Contexte de travail

Conception, fabrication et développement d'éléments analytiques microfluidiques pour l'analyse du formaldéhyde dans l'air.

Université d'inscription : Université De Strasbourg
Ecole Doctorale : ECOLE DOCTORALE DES SCIENCES CHIMIQUES (ED 222)
Laboratoires d'accueil : Institut de Chimie et Procédés pour l'Energie, l'Environnement et la Santé (UMR 7515, CNRS,UdS)
Directeur de thèse : Stéphane LE CALVÉ (Directeur de Recherche, CNRS)

Informations complémentaires

Financement : projet européen LIFE SMART'IN AIR

Candidature par email avec CV et lettre de motivation à Stéphane Le Calvé (slecalve@unistra.fr)

On en parle sur Twitter !