En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Contrat doctoral en épigraphie médiévale H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : dimanche 27 juin 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7302-MARAUR1-004
Lieu de travail : POITIERS
Date de publication : lundi 17 mai 2021
Nom du responsable scientifique : Dominique Valérian, Martin Aurell et Estelle Ingrand-Varenne
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Au CNRS, ce contrat doctoral s'inscrit dans le projet ERC Starting Grant n°948390 GRAPH-EAST ; il se focalise sur les inscriptions et graffitis en alphabet latin de la Méditerranée orientale du VIIe au XVIe siècle. Les quatre objectifs du projet sont de prendre en compte le « cycle de vie » de l'objet épigraphique (sa production médiévale et toute l'histoire de sa réception/transmission), puis de comprendre la représentation et la pratique du système alphabétique latin en Orient, de proposer une histoire connectée des épigraphies utilisant d'autres alphabets, et enfin d'analyser cette écriture migrante au prisme des transferts culturels entre Orient et Occident.
Le/la doctorant.e axera sa recherche sur l'épigraphie des Républiques maritimes italiennes en Méditerranée orientale et en Mer noire. Si les inscriptions des colonies génoises ont fait l'objet d'études récentes (VALKOV D. V. 2015. Генуэзская эпиграфика Крыма [Épigraphie génoise de Crimée]. Moscou; SAĞLAM H. S. 2018. Urban palimpsest at Galata and an architectural inventory study for the Genoese colonial territories in Asia Minor. PhD thesis, Politecnico di Milano), l'ensemble de la production épigraphique des Républiques maritimes italiennes au Moyen Âge, c'est-à-dire l'écriture exposée hors les murs des cités de Gênes, Venise, Amalfi et Pise, n'a jamais fait l'objet d'une étude globale. Le but de cette thèse sera, en s'appuyant sur les corpus réunis par les membres de l'équipe et en y contribuant, de comprendre l'usage que font les comptoirs et colonies de ces grandes cités marchandes du médium épigraphique. Il apparaît clairement dans le cas de Gênes que c'est son droit, son pouvoir, ses privilèges qu'elle faisait inscrire sur les murailles de Pera ou à Caffa et rendait ainsi publics aux yeux de tous, signe visible et tangible de l'autorité du gouvernement .Véritable écriture politique participant à la construction du collectif, les inscriptions et armoiries sur les murs de la ville devenaient ainsi des « bornes coloniales » en Romanie génoise, selon l'expression de Siegrid Düll . Qu'en est-il pour les autres républiques maritimes, tant sur le plan collectif qu'individuel ? Quels relais en termes graphiques, linguistiques et artistiques se nouent avec la métropole ? Comment ces écritures se situent-elles et dialoguent-elles avec celles des autres Latins présents dans les États nés de la croisade d'une part, et les inscriptions en grec, en arabe etc. de la Méditerranée orientale ?
Le/la candidat.e participera à un projet ambitieux, demandant une grande flexibilité et créativité, et qui lui offrira une occasion passionnante de renouveler la compréhension du paysage graphique de la Méditerranée orientale au Moyen Âge.
Il/elle devra collaborer très étroitement avec les autres membres de l'équipe de recherche et avec les spécialistes pour atteindre les objectifs du projet ; participer au recensement et à l'édition des inscriptions et graffitis (sur base de données HEURIST puis TITULUS) ; partager les résultats de la recherche dans des ateliers organisés par l'équipe du projet et lors de conférences internationales ; publier les résultats de la recherche au plus haut niveau scientifique ; participer activement à la gestion du projet (soutenir l'organisation d'événements et d'activités liés au projet, contribuer aux tâches administratives) ; participer à la médiation du projet (site web, exposition virtuelle).

Contexte de travail

Ce contrat doctoral CNRS se déroulera à l'Université de Poitiers, au sein de l'Ecole doctorale Humanités (ED 612 – HUMANITES) et sera adossé à l'UMR 7302, CESCM. Il sera co-encadré par Martin Aurell (Université de Poitiers – CESCM), Dominique Valérian (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), et Estelle Ingrand-Varenne (CNRS – CRFJ).
Le CESCM est une Unité Mixte de Recherche relevant de l'Université de Poitiers et du CNRS, conventionnée avec le Ministère de la Culture et de la Communication. Le laboratoire est reconnu internationalement dans le domaine de l'épigraphie médiévale qu'il développe depuis 50 ans à travers une triple activité : édition, enseignement et recherche.
Le/la candidat.e travaillera avec les autres chercheurs de l'équipe GRAPH-EAST. Il travaillera également en collaboration avec les départements des antiquités des 10 pays concernés et les UMIFRE et institutions françaises sur place.
Le/la candidat.e sera titulaire d'un master ou diplôme équivalent. Il/elle devra avoir des connaissances en histoire et histoire de l'art de la Méditerranée au Moyen Âge, en épigraphie médiévale. Une bonne pratique de l'anglais est nécessaire. Il/elle devra avoir la capacité à travailler en équipe et dans un contexte interdisciplinaire et international. De bonnes capacités d'organisation sont aussi demandées.

Contraintes et risques

Au cours des trois ans de contrat, il sera amené à effectuer de nombreuses missions de terrain en Méditerranée orientale.

On en parle sur Twitter !