En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant(e) H/F: Le rôle des cognitions sociales enfantines dans la construction des inégalités scolaires H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 18 juin 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7295-SEBGOU-002
Lieu de travail : POITIERS
Date de publication : vendredi 28 mai 2021
Nom du responsable scientifique : Sébastien Goudeau
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Les contextes scolaires mettent en évidence de nombreuses différences entre les élèves, et ce, dès le début de l'école maternelle. Ces différences peuvent concerner la rapidité et la facilité avec lesquelles les enfants réalisent diverses tâches, leurs préférences pour certains domaines scolaires, la façon dont ils s'expriment en classe, etc. Par exemple, des observations vidéo réalisées auprès d'élèves de maternelle pendant les moments de langage révèlent que les élèves de milieu populaire parlent moins fréquemment et moins longtemps que leurs camarades de milieux plus favorisés. Mais comment les élèves interprètent-ils ces différences qui sont données à voir quotidiennement dans la salle de classe ?
Un ensemble de recherches en psychologie cognitive, sociale, ainsi qu'en sociologie tendent à montrer que la façon dont les individus expliquent les différences qu'ils observent est biaisée. Ils ont tendance à expliquer les écarts de réussite en faisant appel à des causes internes aux personnes (comme leur intelligence ou leur motivation), plutôt que des causes externes (les stéréotypes, les pratiques éducatives parentales). En revanche, la question de savoir à quel âge ce type d'explications apparaît reste jusqu'aujourd'hui inexplorée. Répondre à cette question est fondamental puisque la façon dont les élèves expliquent ces différences peut avoir des conséquences importantes sur leur motivation, leur apprentissage, et la construction des inégalités scolaires. En effet, pour les élèves en difficulté, expliquer les différences de réussite comme la conséquence de caractéristiques comme l'intelligence peut réduire leur sentiment de compétence. Or, se percevoir incompétent dégrade la qualité de l'apprentissage en réduisant les ressources attentionnelles disponibles et le niveau d'engagement dans la tâche. Les élèves de milieu populaire ayant une plus grande probabilité de se retrouver en difficulté dans la classe en raison d'une moindre grande familiarité vis-à-vis des apprentissages scolaires, les explications qu'ils font des différences de réussite qu'ils observent pourraient ainsi jouer un rôle dans la construction des inégalités.
L'objectif de ce projet est d'examiner l'évolution des explications que les jeunes enfants font des différences qu'ils observent dans la classe (e.g., différences de réussite, de participation orale, d'intérêt pour certains domaines scolaires), depuis le début de l'école maternelle jusqu'à l'école primaire. Nous nous attacherons à comprendre différentes dimensions de ces explications : cause interne vs. externe ; cause contrôlable (effort) vs. incontrôlable (intelligence). Le deuxième objectif du projet sera de voir dans quelle mesure fournir aux élèves des explications externes aux différences de réussite peut permettre d'améliorer la réussite des élèves de milieu populaire et ainsi réduire les inégalités.

Contexte de travail

Au CNRS, le ou la doctorant·e sera membre du Centre de Recherches sur la Cognition et l'Apprentissage (CeRCA, UMR CNRS 7295). Il ou elle réalisera sa thèse dans l'équipe de cognition sociale (SoCog). Il ou elle évoluera dans les locaux de la Maison des Sciences de l'Homme et de la Société (MSHS) à Poitiers et sera rattaché(e) à l'école doctorale Sciences du Langage, Psychologie, Cognition, Education (SLPCE). Les expérimentations seront réalisées dans des écoles de l'Académie de Poitiers.
Le ou la doctorante devra :
- se familiariser avec les littératures scientifiques sur les inégalités scolaires et sur la cognition sociale chez les enfants.
- assurer la coordination et réalisation d'expérimentations dans des écoles (rencontre avec les enseignants et mise en place des protocoles de recherches).
- mener les analyses statistiques et contribuer à l'interprétation des résultats.
- participer à la valorisation et à la diffusion de ces résultats, notamment à travers la rédaction de rapports, d'articles scientifiques ou de communications orales/affichées dans des congrès.

Contraintes et risques

Le ou la doctorant(e) s'engage à réaliser sa thèse en trois ans et à résider sur Poitiers ou ses environs. Le ou la doctorant.e ne sera exposé.e à aucun risque en particulier. Le ou la doctorante aura la possibilité de réaliser une mission de courte durée à l'étranger si il ou elle le souhaite.

Informations complémentaires

Nous recherchons préférentiellement un.e candidat.e titulaire d'un Master en psychologie sociale, ayant des bases solides en psychologie sociale et cognitive, en anglais à l'oral et à l'écrit, et maîtrisant un logiciel de traitement de données (R, SAS). Un Master 2 Recherche et la réalisation d'un mémoire en lien avec le sujet de thèse sera apprécié.

On en parle sur Twitter !