En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Contrat doctoral / PhD (H/F) - Explorer la fonction des foyers préhistoriques par des approches biomoléculaires (Nice/York)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 27 janvier 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7264-ISATHE0-003
Lieu de travail : NICE
Date de publication : mercredi 6 janvier 2021
Nom du responsable scientifique : Isabelle Théry-Parisot (CNRS, Nice, lead) Oliver Craig (University of York) Alexandre Lucquin (University of York)
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 septembre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Au cours de la préhistoire, les foyers étaient au cœur des activités techniques et symboliques. Ils remplissaient un large éventail de fonctions, depuis la cuisson jusqu'à la transformation des matières premières (os, plantes, bois, pigments). Malgré leur rôle central dans les sites préhistoriques, notamment au Paléolithique, on sait peu de choses de leur fonction et de leur fonctionnement. L'analyse archéobotanique est bien établie dans la recherche scientifique archéologique et a été appliquée à toute une série de foyers préhistoriques. En comparaison, l'analyse chimique et moléculaire des foyers est beaucoup moins bien développée, et pose des questions relatives à la préservation, à l'origine des molécules organiques et sur la fonction des foyers. Dans le cadre de projet, vous entreprendrez une caractérisation botanique et chimique des niveaux de cendre de sites paléolithiques afin d'identifier la nature du combustible utilisés et de comprendre les activités liées au feu dans la perspective diachronique de l'évolution des pratiques.

Contexte de travail

L'étudiant sera formé au CNRS en archéologie expérimentale et en archéobotanique (Nice, I. Théry-Parisot) avant de partir à l'UoY (York, Craig/ Luquin) pour effectuer des analyses moléculaires (GC-MS) et isotopiques (EA-IRMS et GC-C_IRMS) d'échantillons extraits de combustions expérimentales et de couches cendreuses de sites du paléolithique. Vous aurez l'opportunité de faire des séjours ponctuels à l'ENS (Paris, Abiven) pour être formé à l'utilisation d'une gamme de techniques pour caractériser les cendres, y compris l'analyse des acides poly-carboxyliques du benzène (BPCA).

Informations complémentaires

Le projet s'inscrit dans le cadre du Programme Européen ChemArch https://sites.google.com/palaeome.org/chemarch/home

On en parle sur Twitter !