En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Contrat doctoral en anthropologie/sociologie "Mouvements évangéliques en Mésoamérique" H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Espagnol - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 2 septembre 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7186-VALVAP-001
Lieu de travail : NANTERRE
Date de publication : jeudi 1 juillet 2021
Nom du responsable scientifique : Valentina Vapnarsky et Sylvie Pédron-Colombani
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

"Mouvements évangéliques et confessionnalisation de la politique en Mésoamérique": Le projet de recherche doctorale abordera la question des rapports entre évangélisme et politique en Mésoamérique (Amérique centrale et/ou Mexique). L'objectif sera d'analyser les changements contemporains de l'Amérique latine en interrogeant les liens entre la montée des évangélismes en Amérique latine et les mutations des scènes politiques de la région. Depuis les années 1990 et de manière grandissante, les secteurs évangéliques de la société ont joué un rôle non négligeable dans les campagnes électorales, ce tant sur le plan financier qu'au niveau de la mobilisation des électeurs. Au Brésil, en Bolivie, au Pérou, au Guatemala comme au Costa Rica, non seulement les scènes politiques sont investies par de nouveaux acteurs évangéliques et des partis confessionnels – le Brésil comptant par exemple un « banc évangélique » au Parlement – mais dans plusieurs de ceux-ci des évangélistes proclamés ont accédé à la magistrature suprême ou sont arrivés seconds aux élections.
Fort de ce constat, il convient de s'interroger sur ces partis confessionnels, l'idéologie dont ils sont porteurs et leurs pratiques électorales. Peu étudiés, ces partis et leurs membres posent cependant des questions centrales sur les modes de recrutement et d'ascension des personnels politiques, le poids des réseaux confessionnels et des « luttes de chapelles » dans ceux-ci, et finalement leur plus ou moins grande proximité avec les logiques corporatistes et les pratiques clientélaires habituelles. Dans des pays où le clientélisme politique est ébranlé par l'urbanisation et la diffusion du langage des droits, où le corporatisme d'Etat est mis à mal par des demandes de démocratisation, une étude des militantismes et des votes évangéliques ne peut qu'apporter à une compréhension fine des mutations du lien politique, du prosélytisme et du corporatisme latino-américain. Loin de constituer un bloc homogène, le courant évangélique présente une diversité interne qui sera à prendre en compte.
Il sera également important d'observer, au niveau local, les façons dont les conversions protestantes affectent les solidarités familiales et les sociabilités villageoises. Il conviendra en ce sens d'interroger les liens existants entre conversion religieuse et conversion politique, et de questionner leurs connexions avec le mouvement plus profond d'individuation qui tend à redéfinir, en Amérique latine, les relations de parenté, de voisinage et de patronage.
Les mouvements évangéliques n'impliquent d'ailleurs pas qu'un remodelage des sociabilités familiales ou villageoises, mais supposent également un rapport nouveau au savoir et à l'entrepreneuriat. Souvent inspirées par une théologie de la prospérité en vogue, de nombreuses Eglises protestantes légitiment des habitus entrepreneuriaux nouveaux qui ne sont pas sans remodeler en retour les figures du leader politique et religieux, et l'enracinent dans un monde économique en plein bouleversement. Mieux, les protestantismes mésoaméricains sont insérés dans des réseaux mondiaux et des circulations transnationales qui ne cessent de redéfinir les identités de leurs fidèles. D'où l'intérêt de s'interroger sur le rôle de ces milieux dans la redéfinition des imaginaires et des images politiques en Amérique latine.
Si le projet sera ouvert au croisement de méthodologies d'enquête diverses, allant de l'analyse électorale aux études archivistiques, il sera renforcé par un travail ethnographique privilégiant l'immersion et l'observation de terrain.
Pour aborder ce sujet, le candidat devra ancrer sa recherche dans un pays d'Amérique centrale. Le Guatemala pourrait être privilégié compte tenu de la forte implantation évangélique dans le pays et des enjeux politiques majeurs qui s'y jouent. Mais d'autres terrains sont envisageables. Une comparaison entre deux situations peut également être envisagée.

Contexte de travail

L'école doctorale d'accueil sera l'Ecole doctorale « Espaces, Temps, Cultures » - ED 395 – de l'université Paris Nanterre. Celle-ci associe un ensemble de disciplines : Archéologie, Ethnologie- Préhistoire-Ethnomusicologie, Géographie, Aménagement-urbanisme, Histoire, Histoire de l'Art, Langues et Lettres anciennes. Elle regroupe 10 équipes de recherche : 6 Unités Mixtes de Recherche (UMR) dont trois ont pour rattachement principal l'Université Paris Nanterre, 4 Equipes d'accueil (EA). Les cinq grandes orientations thématiques de l'école doctorale 395, "Espaces, Temps, Cultures" :
- Environnement et sociétés (statuts des objets techniques, risques naturels et sociétés, processus d'urbanisation)
- Archéologie des sociétés anciennes et médiévales
- Identités, conflits sociaux et ordres symboliques
- Transmission des savoirs locaux et constructions des traditions
- Histoire culturelle des mondes anciens, médiévaux, modernes et contemporains
Adresse de l'ED :
Université Paris Nanterre
Ecole doctorale Espaces, Temps, Cultures
Bât.René Rémond, 3ème étage, bureau 306B
200 avenue de la République
92001 NANTERRE
Tél. : 01 40 97 41 19
Site internet : https://ed-etc.parisnanterre.fr

Le laboratoire d'accueil sera le Laboratoire d'Ethnologie et de Sociologie Comparative. Le LESC est une unité mixte de recherche du CNRS et de l'université Paris Nanterre (UMR 7186). Ce centre de recherche à vocation généraliste a été fondé par Éric de Dampierre en 1967. Depuis sa fondation, le projet du laboratoire implique la recherche de terrain de longue durée, étayée par la connaissance de la langue, avec, si possible, des retours répétés sur les mêmes lieux d'investigation comme moyen privilégié de recueil de matériaux. Cette primauté accordée au terrain, à la production et à la conservation de données (devenue une politique prioritaire de la bibliothèque Éric-de-Dampierre) va de pair avec un accent (non exclusif) mis sur les terrains éloignés, non pour exclure ce qui serait de l'ordre du proche, mais parce que ce détour par l'autre favorise l'exercice de la comparaison. La rigueur de la description ethnographique et le recours à des outils interprétatifs relevant de la sociologie comparative ou de l'anthropologie sociale expliquent l'importance accordée à l'analyse des formes de l'organisation sociale sur les cinq continents, aussi bien qu'à l'interprétation des systèmes de représentations. Alors que s'intensifie le dialogue interdisciplinaire et que s'ouvrent de nouveaux champs aux lisières des savoirs établis, le LESC participe de ce mouvement en construisant des objets transdisciplinaires avec la géographie, les sciences politiques, la psychanalyse, ou les sciences du vivant, et ouvre de nouveaux champs à l'interface de l'histoire des sciences, de l'anthropologie de l'art et des techniques et de la muséographie, ou de la robotique
Son implantation principale est la MSH Mondes (bâtiment René-Ginouvès), tandis que ses deux centres spécialisés, le CREM (Centre de recherches en ethnomusicologie) et l'EREA (Enseignement et recherche en ethnologie amérindienne), sont situés dans le bâtiment Max-Weber sur le campus. Site internet : https://lesc-cnrs.fr/fr/le-lesc . Pour consulter les axes de recherche du LESC : https://lesc-cnrs.fr/fr/axes-de-recherches-2020-2042

Le candidat sera rattaché au centre EREA, le centre d'Enseignement et de Recherche en Ethnologie Amérindienne.

Le contrat doctoral se fera sous la double tutelle du CNRS et du CEMCA.

Le Centre d'études mexicaines et centraméricaines (CEMCA) est une institution scientiique française d'appui à la recherche dans le domaine des sciences humaines et sociales. Il fait partie du réseau international formé par les 27 unités mixtes des instituts français de recherche à l'étranger (UMIFRE). Il dépend conjointement du ministère de l'Europe et des affaires étrangères (MEAE), du centre nationale de la recherche scientifique (CNRS) et depuis 2020 de l'Université de Paris. Le CEMCA tire ses origines de la Mission archéologique et ethnologique française au Mexique (MAEFM) mise en place à partir de 1961. Son siège est basé à Mexico et il dispose d'une antenne à Guatemala. Ses terrains de recherche se situent au Mexique et en Amérique centrale (site web : https://cemca.org.mx/es/directrice-directeur-cemca-mexique/). Le directeur actuel du CEMCA est Bernard Tallet (bernard.tallet@cemca.org.mx). Mme Maya Collombon lui succèdera en septembre 2021.

La thèse sera co-dirigée par :
-Valentina Vapnarsky, directrice de recherche au CNRS, anthropologue linguistique sur les Mayas et la Mésoamérique, notamment dans les domaines du religieux. (page web: https://lesc-cnrs.fr/fr/cb-profile/203/userprofile)
-Sylvie Pédron Colombani, maître de conférences à l'université Paris Nanterre, directrice adjointe du département de sociologie. Ses travaux portent essentiellement sur les phénomènes religieux en Amérique centrale. Elle est notamment l'auteure de l'ouvrage Le Pentecôtisme au Guatemala. Conversion et identité, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998. (Voir sa page : https://lesc-cnrs.fr/fr/cb-profile/215/userprofile)

Contraintes et risques

Le contrat doctoral implique une alternance LESC/CEMCA, c'est-à-dire l'obligation de répartir son temps de doctorat entre l'Université de Paris Nanterre et de longs séjours en Mesoamérique, dans le pays où se déroulera le travail de terrain et en connexion avec le CEMCA.

Informations complémentaires

Eléments à fournir pour la candidature :
– CV détaillé
– Notes de master
– Projet doctoral 5 pages + 20 ref. biblio
– lettre de motivation
– 1 lettre de recommandation ou un contact email d'enseignant connaissant le candidat
Les candidats retenus après la première évaluation seront auditionnés.
La date limite candidature est le 30 août.

On en parle sur Twitter !