En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

H/F Doctorant en chimie analytique

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7178-REGSOM-026
Lieu de travail : STRASBOURG
Date de publication : lundi 12 août 2019
Nom du responsable scientifique : Christine Carapito
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Développement de méthodes d'analyse protéomique par spectrométrie de masse pour l'identification de biomarqueurs de maladies neurodégénératives, en particulier de la sclérose latérale amyotrophique (ALS).
Objectifs de la thèse :
Le doctorant mettra au point des méthodes de préparation d'échantillon en vue de l'analyse du protéome total et du phosphoprotéome de tissus humains et de modèles murins ainsi que de liquide céphalo-rachidien. Il développera ensuite les méthodes d'analyse par couplage nano-chromatographie liquide-spectrométrie de masse en tandem pour l'analyse de ces protéomes et phosphoprotéomes à large échelle. Enfin, il développera une stratégie d'interprétation des données en vue de l'intégration des données de protéomique et phosphoprotéomique avec les autres données –omiques (transcriptomique et métabolomique) qui seront acquises par d'autres partenaires du projet.
Les méthodes développées seront appliquées à une large cohorte d'échantillons humains (>100), murins (>200) et de fluides biologiques. Le doctorant participera activement, à l'issue de la génération de cet important jeu de données, à son interprétation biologique.

Contexte de travail

La thèse sera rattachée à l'Ecole Doctorale des Sciences Chimiques de l'Université de Strasbourg (ED222).
Le doctorant intègrera l'équipe LSMBO de l'IPHC et pourra bénéficier de l'ensemble des conditions matérielles (instrumentation LC-MS/MS), humaines (partage d'expertises) et informatiques (accès à l'ensemble des outils logiciels pour le traitement des données LC-MS/MS), nécessaires à la bonne réalisation de ce projet de thèse.
Le doctorat se déroulera dans le contexte d'un programme de recherche européen (projet E-Rare MAXOMOD). Ainsi, le doctorant sera amené à collaborer/échanger des résultats avec l'ensemble des partenaires de ce consortium international.

Contraintes et risques

-Travail occasionnel en horaire décalé.
-Travail dans un environnement certifié ISO 9001

Informations complémentaires

Le candidat devra être titulaire d'un diplôme d'ingénieur et/ou d'un master. Il devra justifier de solides connaissances en biochimie des protéines, en spectrométrie de masse et chromatographie. Un intérêt pour la bioinformatique, le traitement de données et la connaissance d'un langage de programmation seront un avantage.
Le candidat devra impérativement maitriser l'anglais à l'écrit comme à l'oral pour pouvoir rédiger des rapports de résultats et les présenter lors des réunions du consortium Maxomod.
Le contexte international, pluridisciplinaire et collaboratif de ce projet requiert que le candidat présente une forte motivation, de la curiosité pour élargir son domaine de compétences, de l'autonomie et une capacité à travailler en équipe avec des contraintes fortes de respect des échéances.

Les candidatures devront inclure un CV détaillé, deux références, une lettre de motivation, un résumé du mémoire de master ainsi que les notes de Master 1 et 2.

On en parle sur Twitter !