En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

H/F Doctorat en littérature comparée, écopoétique africaine

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 28 juillet 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7172-ALASCH0-004
Lieu de travail : PARIS 02
Date de publication : mercredi 7 juillet 2021
Nom du responsable scientifique : Xavier Garnier
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

La thèse s'intéressera à la présence des mondes souterrains et sous-marins dans les littératures africaines. Il s'agira d'analyser, dans une perspective écopoétique, ce que la littérature nous dit des expériences d'infra-territorialité (comme mode particulier d'extra-territorialité), la façon dont les écrivains les mettent en scène et les éventuelles implications politiques de ces figurations poétiques, dramaturgiques ou narratives. L'exploration littéraire des galeries minières, de la vie sous-marine (fluviale ou maritime), des couverts forestiers permettra d'interroger, dans une optique particulière, la place des sociétés humaines au sein de leur environnement et la menace qui pèse sur les écosystèmes (surpêche, extractivisme minier, destruction des forêts). Les questions de justice environnementale et les problématiques liées à « l'environnementalisme des pauvres » ouvrent des perspectives intéressantes pour le développement d'une telle écopoétique des profonds. Les ressources que le regard extractiviste évalue comme exploitables, exportables et épuisables, sont au niveau local souvent parties prenantes de modes de socialisation spécifiques qui inscrivent les sociétés humaines en relation durable avec les écosystèmes. L'approche écopoétique s'intéressera à la façon dont les mondes souterrains participent au processus de socialisation et sont mobilisés aux mouvements de résistance écologiques.

Trois modalités de cadrage pourront être sollicitées (et combinées) pour définir le périmètre de la thèse. Il sera nécessaire de choisir, en fonction des types de subterritorialité, entre les modes souterrains, sous-marins, forestiers. Un ciblage régional ou national sera à privilégier, avec une attention fine portée au contexte politique, linguistique et culturel de la région concernée. Enfin, si la question minière est privilégiée, il est possible de cadrer en fonction du type de minerai concerné (or, charbon, cobalt, cuivre…), une approche transversale à l'échelle continentale sera en ce dernier cas envisageable.

Contexte de travail

La thèse s'inscrit dans le cadre du projet conjoint CNRS/Université d'Arizona intitulé "Environmental Justice, Extraction and Cultural Resistance in Africa".
Une subvention à la mobilité (Afrique/USA) s'ajoute à la rémunération du contrat.

Contraintes et risques

Missions de terrain prévues

Informations complémentaires

Toutes les candidatures doivent impérativement passer par le site et non par des courriels.

On en parle sur Twitter !