En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse en nouvelles techniques d'analyse de donnée pour la missions spatiales du fond diffus cosmologique (CMB), LiteBIRD (H/F).

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 12 août 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7164-RADSTO-002
Lieu de travail : PARIS 13
Date de publication : jeudi 22 juillet 2021
Nom du responsable scientifique : Radek Stompor
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Nous recherchons un(e) futur(e) doctorant(e) intéressé(e) à travailler sur une thèse dans le domaine de la cosmologie observationnelle axée sur le développement de techniques et d'outils adaptés à l'analyse de la prochaine génération d'expériences d'anisotropie polarisée du fond diffus cosmologique. L'objectif spécifique de la thèse proposée est la mission satellite LiteBIRD, qui vise à détecter la signature dite en mode B du modèle de polarisation, qui pourrait fournir une preuve alléchante de l'existence d'ondes gravitationnelles primordiales.

La thèse de doctorat proposée consistera à
(1) développer de nouvelles techniques de séparation des composants nécessaires pour éliminer les signaux d'origine non cosmologique, comme les émissions dues à notre propre galaxie, et qui seront adaptées à la science du mode B et tiendront compte de la présence d'effets instrumentaux (comme motivé par la mission LiteBIRD) ; 
(2) mettre en œuvre ces techniques sous la forme de codes numériques efficaces et bien documentés ; 
(3) démontrer et valider ces techniques sur des données simulées avancées mettant en œuvre des modèles de pointe de la physique des avant-plans galactiques et des ensembles de données réelles provenant d'efforts au sol, tels que le Simons Array et le Simons Observatory ; 
(4) transformer ces techniques en outils logiciels, permettant une optimisation et une validation efficaces de la conception des instruments ;
(5) valider ces techniques et les appliquer à l'optimisation et à la conception du projet de satellite LiteBIRD. LiteBIRD est un projet international, dirigé par la JAXA, qui est en phase A à la JAXA et au CNES. Il est conçu pour avoir à la fois un plan focal très sensible et un contrôle exquis des effets systématiques instrumentaux. Son lancement est prévu en 2027, et il observera l'ensemble du ciel pendant 3 ans. Cette thèse contribuera directement à la conception et à l'optimisation de l'instrument LiteBIRD, garantissant que la mission sera capable d'atteindre ses objectifs scientifiques ambitieux. En utilisant le formalisme développé ici, nous établirons des exigences pour la précision de la calibration des différents éléments de la chaîne de détection.

Contexte de travail

Le travail de thèse sera effectué au Laboratoire AstroParticule et Cosmologie (APC) basé sur le campus Paris Rive Gauche dans le 13ème arrondissement de Paris. Le candidat retenu fera partie du groupe de Cosmologie du laboratoire et travaillera en étroite collaboration avec le groupe de recherche dirigé par les Drs. R. Stompor et J. Errard qui est composé de deux doctorants et d'un chercheur postdoctoral.
La thèse sera réalisée dans le contexte de la participation française à la mission LiteBIRD et renforcera les contributions de l'équipe APC, qui a joué des rôles très visibles dans la collaboration LiteBIRD aux niveaux européen et mondial de la mission. Le travail implique la participation à des téléconférences fréquentes et régulières et la présentation de rapports d'avancement périodiques.
Le poste offre des possibilités de visites prolongées à l'Université de Californie à Berkeley ainsi qu'au Japon. Il sera également possible de s'impliquer dans certaines des principales expériences au sol, telles que Simons Observatory et CMB-S4.
Les candidats doivent être titulaires d'un master en cosmologie ou en physique, avoir une bonne compréhension de la cosmologie moderne, posséder de solides connaissances en statistiques et en méthodes numériques, ainsi que des compétences de base en programmation.
Le salaire mensuel est de l'ordre de ~2135 Euros (avant impôts et déductions).

Contraintes et risques

pas de risques specifiques

On en parle sur Twitter !