En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

CDD Doctorant (H/F) - Analyse de l'ensemble des données actuelles et à venir du CMB "Fond Diffus Cosmologique"

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7164-NADOKA-002
Lieu de travail : PARIS 13
Date de publication : jeudi 8 août 2019
Nom du responsable scientifique : Radoslaw STOMPOR
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

La thèse proposée sera réalisée dans le cadre des deux grandes expériences en cours de CMB, Simons Array et Simons Observatory, sur lesquelles des chercheurs d'APC collaborent avec des partenaires américains et internationaux. Ces expériences de pointe apporteront des volumes de données sans précédent et atteindront une sensibilité permettant d'imposer des contraintes strictes aux lois physiques qui régissent l'univers. L'objectif principal de la thèse sera le développement de nouvelles techniques d'analyse de données adaptées aux ensembles de données à venir, leur application au jeu de données actuel et la participation à l'exploitation de leur potentiel scientifique. Alors que la polarisation des CMB est l'un des domaines les plus passionnants et les plus actifs de la cosmologie moderne, l'analyse des données a mûri pour devenir l'un des principaux piliers sur lesquels repose le succès de tout ce programme. L'objectif spécifique sera de mettre au point de nouveaux algorithmes de séparation des composants conçus et optimisés pour les ensembles de données au sol, où le nombre de fréquences d'observation est limité à quelques fenêtres atmosphériques disponibles et leur mise en œuvre en présence d'effets systématiques et instrumentaux observations au sol. Il s'agit d'une étape clé dans l'analyse des données du CMB et d'un nouvel élément dans l'analyse des données au sol du CMB avec lesquelles les expériences à venir devront faire face. La petitesse de l'amplitude des signaux cosmologiques impose la nécessité d'une sensibilité expérimentale nécessaire, ce qui impose des exigences sans précédent en matière de contrôle et d'atténuation des effets instrumentaux et environnementaux, y compris les signaux de premier plan générés principalement par notre galaxie. La séparation des composants vise à séparer les signaux d'origines différentes, en fonction de leurs propriétés physiques et statistiques, et à produire des cartes du signal vierge telles qu'elles ont été produites au début de l'Univers. Plus tard, l'étudiant travaillera sur l'exploitation scientifique de ces cartes et établira de nouvelles contraintes pour la cosmologie et la physique fondamentale. L'analyse de données CMB moderne est un effort multidisciplinaire, impliquant des méthodes statistiques, le traitement du signal, l'apprentissage automatique, le calcul scientifique de haute performance ainsi que la physique et la cosmologie. L'étudiant aura l'occasion de collaborer avec des experts de tous ces domaines, en capitalisant sur des collaborations de recherche actives déjà établies dans nos laboratoires. Cela permettra à l'étudiant de développer une expérience scientifique attrayante et diversifiée ainsi qu'une expérience de recherche bien au-delà de celle d'une thèse de physique typique, ce qui le préparera à une future carrière dans divers contextes. En outre, l'étudiant aura l'occasion de participer concrètement aux campagnes de déploiement et d'observation.

Contexte de travail

Les travaux seront effectués au laboratoire AstroParticule et Cosmologie au sein du groupe de recherche CMB coordonné par les drs. R. Stompor et J. Errard. Le groupe est actuellement composé de 2 chercheurs, de 4 doctorants et de deux post-doctorants. Nous collaborons étroitement avec des étudiants et des chercheurs des groupes de recherche scientifique de haut niveau et de statistique appliquée.

La thèse proposée s'inscrira dans le cadre d'une collaboration entre chercheurs d'APC et chercheurs du département de physique de l'Université de Californie à Berkeley (États-Unis) et sera réalisée sous les auspices d'une nouvelle unité de recherche internationale (UMI), le Centre Pierre Binétruy. , actuellement en cours de création entre le CNRS et l'UC Berkeley. L'étudiant sera supervisé conjointement par le dr. R. Stompor (APC) et prof. A. T. Lee (UCB, Département de physique).
Le laboratoire APC effectue des recherches de niveau mondial en physique théorique, en astronomie des ondes gravitationnelles, en physique des neutrinos, en astrophysique des hautes énergies et en cosmologie. Le laboratoire est basé sur le campus de l'Université Paris Diderot à Paris. Le code de conduite est défini par les règlements de l'Université et du CNRS. En particulier, notre groupe adhère strictement à l'égalité des chances et à des règles non discriminatoires. Nous valorisons et nous efforçons de créer un environnement inclusif, convivial et productif pour tous.

Contraintes et risques

Travail collaboratif effectué dans le cadre de nombreuses collaborations de tailles variées suivant les horaires et les règles des collaborations. Rapports réguliers lors des téléconférences de collaboration hebdomadaires.
Recherche scientifique et publication dans des revues professionnelles avec comité de lecture. Communication orale lors de conférences et de réunions de collaboration, ainsi que de longues visites de collaboration, en particulier à Berkeley. Participation régulière aux téléconférences.

Informations complémentaires

Le candidat doit posséder un Master 2 en Astrophysique, Physique ou tout autre diplôme équivalent, avant la date de début du projet. Il doit en outre avoir, une bonne connaissance de la physique et des connaissances générales en cosmologie. La connaissance des méthodes d'analyse de données, des méthodes statistiques ainsi que de bonnes compétences numériques (Python, C, C ++, etc.) sont souhaitables.

Merci de ne pas envoyer les candidatures directement par courriel, passer par le portail emploi CNRS. Pour plus d'informations, Veuillez consulter le site du Laboratoire APC:
http://www.apc.univ-paris7.fr/APC_CS/fr/probing-universes-beginning-and-testing-fundamental-physics-simons-array-and-simons-observatory

On en parle sur Twitter !