En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Offre de thèse : Écologie alimentaire des phoques de Weddell en réponse à la variabilité interannuelle des conditions océanographiques et de la glace de mer en Terre-Adélie, Antarctique de l'Est (H/F).

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 1 juillet 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR7159-JEACHA-001
Lieu de travail : PARIS 05
Date de publication : vendredi 10 juin 2022
Nom du responsable scientifique : Jean-Benoit Charrassin
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 septembre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Les zones englacées constituent l'habitat de reproduction et d'alimentation de grandes populations d'organismes inféodées à la banquise, mais sont aussi une zone d'alimentation majeure pour des espèces subantarctiques se déplaçant à grande distance, démontrant l'importance écologique à grande échelle de la banquise. La forte production biologique dans la banquise est le résultat de plusieurs processus tels que la retraite saisonnière de la glace de mer, le développement d'algues de glace à l'interface océan-glace, et la production biologique dans les polynies côtières, soutenant de grands stocks de zooplancton et de poisson grâce et des réseaux trophiques courts et efficaces (Thomas and Dieckmann 2019). Ces zones englacées sont particulièrement sensibles au réchauffement global (IPCC SROCC 2019), et il est nécessaire de déterminer comment les prédateurs de la banquise utilisent leur environnement physique et biologique pour comprendre et prédire leur réponse au changement climatique dans les différentes régions antarctiques. Les évènements brutaux comme le vêlage de grands icebergs fournissent le cadre idéal d'expériences naturelles pour étudier les conséquences de modifications d'habitat sur l'écologie des prédateurs marins. De plus, les modèles climatiques prédisent l'augmentation de la fréquence des vêlages en réponse au réchauffement global, et il devient opportun d'étudier leurs conséquences sur l'océanographie et les écosystèmes de la banquise. Dans ce contexte, nous proposons d'étudier l'écologie alimentaire d'un prédateur majeur de la banquise, le phoque de Weddell, au cours d'une série temporelle obtenue en Terre Adélie entre 2006 et 2022 et comprenant le vêlage du glacier du Mertz en 2010, que l'on suspecte avoir eu d'importantes conséquences écologiques et océanographiques dans la région (Lacarra et al. 2014, Liniger 2020, Ricard et al. 2020). Cette série de données permettra d'examiner les conséquences de la variabilité des conditions océanographiques et de la banquise sur un prédateur marin qui intègre les variations spatio-temporelles des échelons trophiques sous-jacents. Il s'agit d'un projet multidisciplinaire couvrant les disciplines de l'océanographie physique et biologique, l'étude de la banquise, l'écologie spatiale, comportementale, fonctionnelle, à l'aide d'outils innovants allant de la bio télémétrie et du bio-logging, l'acoustique, l'imagerie satellitaire à l'isotopie.

Contexte de travail

Le Laboratoire d'Océanographie et du Climat : Expérimentations et Approches Numériques (LOCEAN) conduit des études sur les processus physiques et biogéochimiques de l'océan et leur rôle dans le climat en interaction avec les écosystèmes marins. Ses équipes, largement reconnues au niveau international, abordent une large gamme d'échelles de temps et d'espace pour une meilleure compréhension de la dynamique et des variations de l'océan au sein du système climatique ainsi que son évolution présente, passée et future. Elles contribuent aussi au développement de méthodes d'analyses, de modélisation et d'observation, ainsi qu'a l'observation systématique de l'océan, in situ ou depuis l'espace. Le LOCEAN est situé à Paris sur le Campus Pierre et Marie Curie, place Jussieu dans le 5ème arrondissement. Ses effectifs sont de 110 permanents dont 70 chercheurs et enseignants chercheurs et 60 contractuels dont 35 doctorants. Ses tutelles sont Sorbonne Université, le CNRS; l'IRD, et le Muséum National d'Histoire Naturelle.

Contraintes et risques

Le poste de comporte aucun risque particulier. Une mission sur le terrain de 2 mois pourra être proposée à l'étudiant(e) recruté(e).

On en parle sur Twitter !