En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant-e sur le sujet : Elastic instabilities in time-dependent soft structures (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 27 mai 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR6613-SANCHA-016
Lieu de travail : LE MANS
Date de publication : vendredi 6 mai 2022
Nom du responsable scientifique : Maxime LANOY et François PETRELIS
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

L'objectif de ce projet est d'aborder les aspects dynamiques d'instabilités mécaniques se produisant dans des structures molles. Une poutre souple (photo) sera excitée mécaniquement à l'aide d'un forçage paramétrique, de manière à déclencher une instabilité de Faraday. Le premier défi consistera à caractériser le seuil d'instabilité.

Plusieurs développements ultérieurs sont envisageables. Par exemple, on cherchera à contrôler le module élastique de l'élastomère en le chargeant en particules de fer et en appliquant un champ magnétique externe. Cela nous fournira un outil pour inhiber ou, au contraire, déclencher l'instabilité. On pourra également étudier le mouvement d'une perturbation élastique au voisinage du seuil d'instabilité.

La compréhension du mouvement des structures molles est cruciale pour le développement d'applications allant de la récupération d'énergie à l'actionnement de robots souples. La mise en œuvre d'un prototype de robot autopropulsé instable (par exemple un nageur artificiel) pourra être envisagée.

Le/la doctorant.e sera amené.e à développer rapidement des aptitudes en modélisation et en expérimentation. Les expériences impliqueront notamment des étapes de préparation d'échantillons (moulage et réalisation de structure souples), d'acquisition d'images, de suivi de particules ou encore de traitement du signal. Le/la doctorant.e sera également amené.eà participer à la rédaction de publications scientifiques et à voyager pour présenter ses résultats à l'occasion de congrès (nationaux et internationaux).

Ce projet est d'essence mutlidisciplinaire. Il fera intervenir des concepts provenant des domaines de la physique de la matière molle, de la dynamique des systèmes non linéaire, de la physique des ondes ou encore des sciences du vivant. Il constituera un nouvelle occasion de démontrer la fertilité d'une approche aux interfaces.

Contexte de travail

Contrat doctoral de 3 ans à temps complet à pourvoir au Laboratoire d'Acoustique de l'Université du Mans (LAUM – Le Mans) et au Laboratoire de Physique de l'École Normale Supérieure (LPENS – Paris).

Le LAUM est un laboratoire reconnu dans les domaines de l'Acoustique et de la Physique des ondes. Le LPENS est une référence internationale en matière de Physique non linéaire notamment. Le/la doctorant.e sera amené à évoluer dans les deux environnements.

Ce projet s'inscrit dans le cadre d'une collaboration avec le Laboratoire de Physique de l'École Normale Supérieure (LPENS) à Paris. Par conséquent, Le/la doctorant.e aura la possibilité d'effectuer des déplacements professionnels entre les deux sites. Le financement de la thèse est assuré par une bourse du CNRS (80PRIME).

Contraintes et risques

Le/la doctorant.e mènera des activités de recherche en physique expérimentale. Une formation « risques et sécurité électrique » sera vraisemblablement proposée. D'autre part, des déplacements professionnels vers Paris/Le Mans ainsi qu'à l'international sont à envisager.

Informations complémentaires

Le/la candidat-e devra être titulaire d'un diplôme de master idéalement en Physique ; mais aussi possiblement en Mécanique, Ingénierie ou Mathématiques appliquées.

Il/elle devra surtout se montrer motivé.e par la perspective de mener une activité de recherche expérimentale en physique fondamentale et doté.e d'une grande curiosité ainsi que d'une volonté d'acquérir de nouveaux savoirs aux interfaces entre plusieurs disciplines. L'autonomie, la prise d'initiative et la maîtrise de l'anglais seront particulièrement utiles.

On en parle sur Twitter !