En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorante en radiochimie (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 3 juin 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR6457-SOPDEP-024
Lieu de travail : NANTES
Date de publication : vendredi 13 mai 2022
Nom du responsable scientifique : Gilles MONTAVON
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Le travail du/de la doctorant(e) s'inscrit dans le cadre de la Zone Atelier Territoires Uranifères (https://zatu.org) et s'intéresse à l'étude du comportement de métaux dans des environnements caractérisés par une radioactivité naturelle renforcée. Le/la doctorante étudiera l'influence des colloïdes sur la mobilité/disponibilité de métaux sur deux sites d'intérêt; une zone humide contaminée localisée près d'une ancienne mine d'uranium et des sources minérales.

Contexte de travail

L'ambition du projet est de mettre en place des méthodologies innovantes pour caractériser de manière complète le système (nature et type de colloïdes, réactivité et labilité) en prenant en compte l'hétérogénéité du milieu naturel et l'applicabilité des données aux conditions in-natura en couplant des approches au laboratoire et sur le terrain. Ces méthodologies seront ensuite appliquées pour contribuer à répondre à deux questions importantes de la ZATU, à savoir le rôle des colloïdes sur le transport de deux éléments (U, Ra) au niveau de la zone humide contaminée et sur les effets sur les micro-organismes dans les sources minérales radioactives (avec un focus sur des microalgues bioindicatrices de stress environnementaux, les diatomées).

Le/la doctorant(e) devra être titulaire d'un Master 2. Le/la candidat(e), de profil chimiste (anaytique et/ou physico-chimie) ou géochimiste devra présenter une première expérience dans le domaine de la chimie environnementale et avoir un goût prononcé pour les expérimentations en laboratoire et sur le terrain, avec un intérêt pour la modélisation. Le/la candidat(e) devra faire preuve d'autonomie et de rigueur avec une bonne capacité à rendre compte et maîtriser des outils informatique de type tableur (Pack Office, Excel, ..). Un bon niveau d'anglais est nécessaire.

Contraintes et risques

Un séjour de 6 mois en Allemagne est prévu en début de thèse (KIT-INE, Karlsruhe).

Le travail de caractérisation des colloïdes sera réalisé au KIT-INE (www.kit.ine.edu) (chromatographie et détection (UV-VIS, MALLS, RI, ICP-MS)). La réactivité des colloïdes vis-à-vis des métaux sera étudiée au laboratoire Subatech (expérimentation de type batch, analyse à l'échelle des traces par ICP-MS-HR ou métrologie nucléaire). Un travail de terrain est prévu en Auvergne (prélèvements, installation de capteurs) en étroite collaboration avec le laboratoire LMGE. Un travail de modélisation géochimique accompagnera le travail expérimental (PHREEQC…).

Au-delà des acteurs participant à l'encadrement du travail (KIT-INE, Subatech, LMGE), le travail s'inscrit dans un programme de recherche plus vaste en lien avec des acteurs de la ZATU et du projet européen RADONORM (https://cordis.europa.eu/project/id/900009)

On en parle sur Twitter !