En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse sur les distributions de partons au sein des noyaux atomiques (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 19 mai 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR6457-FRAARL-001
Lieu de travail : NANTES
Date de publication : jeudi 28 avril 2022
Nom du responsable scientifique : François Arleo
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

L'objectif de la thèse est l'extraction des distributions de partons (quarks, antiquarks, gluons) au sein des noyaux atomiques (nuclear parton distribution function, nPDF), en tenant en compte explicitement des mécanismes de pertes d'énergies radiatives totalement cohérentes (fully coherent energy loss, FCEL) induites par la matière nucléaire.

Très récemment, de nouveaux jeux de nPDFs ont été déterminés en utilisant la production de hadrons (hadrons chargés inclusifs, mésons D, états charmonia J/psi) dans les collisions proton-plomb (pPb) du collisionneur LHC du CERN. Ces nouvelles données très précises permettent de réduire a priori considérablement les incertitudes des nPDFs. Toutefois, il est nécessaire de prendre en compte les phénomènes de pertes d'énergie qui affectent la production de ces particules, sous peine de biais systématiques importants dans la valeur des nPDFs extraites, en particulier dans la région de petite fraction d'impulsion où les données expérimentales sont rares. Le travail proposé dans cette thèse est de calculer, dans une approche perturbative en chromododynamique quantique, les effets de pertes d'énergies FCEL dans les différents processus pertinents pour l'extraction de nPDFs.

En utilisant les techniques d'intelligence artificielles et d'apprentissage-machine (machine learning), des jeux de nPDFs de nouvelle génération, fiables car incluant pour la première fois les effets de pertes d'énergie, seront extraits et disponibles librement pour la communauté.

Contexte de travail

Lors de la thèse, le/la doctorant/e sera membre de l'équipe Théorie de Subatech (Physique SUBAtomique et TECHnologies associées, UMR 6457). Les activités de recherche de Subatech portent sur les domaines de la physique nucléaire, de la physique hadronique, de la physique des particules et des astroparticules ainsi que de la radiochimie. Le laboratoire Subatech se trouve dans le campus de Nantes de l'IMT Atlantique. Le groupe Théorie est constitué de 11 chercheurs permanents, 5 post-doctorant, 9 étudiants en thèse et 2 chercheurs émérites.

Le travail consistera tout d'abord à se familiariser avec le formalisme des pertes d'énergie, d'une part, et de l'approche de factorisation colinéaire en chromodynamique quantique perturbative, d'autre part. Les pertes d'énergie devront ensuite être calculées numériquement de manière systématique, en prenant soin d'optimiser la vitesse d'exécution de ces calculs. Ces calculs seront intégrés dans l'approche de réseaux de neurones (neural network PDF, NNPDF) dans le but d'extraire les fonctions de distributions partoniques (parton distribution functions, PDF). Enfin, de nouveaux jeux de PDF dans les noyaux seront extraits et devront être intégrés dans le programme LHAPDF qui répertorie les jeux de PDF et les rend faciles d'emploi pour l'utilisateur. Des articles scientifiques seront également rédigés et soumis pour publication pour rendre compte de ces nouveaux résultats.

Le/la candidat/e sera amené/e à faire des séjours prolongés au laboratoire NIKHEF d'Amsterdam (Pays-Bas) où travaille une partie de la collaboration NNPDF et à présenter ses travaux dans des conférences nationales et internationales.

Contraintes et risques

Pas de contraintes ni risques particuliers.

Informations complémentaires

Le/la candidat(e) devra être titulaire d'un Master 2 en physique subatomique.
Un bon niveau d'anglais est requis.
Des compétences en informatique seront un atout (python, C++,…)
Bonnes compétences en matière de communication et de rédaction en anglais
Capacité de travailler à la fois de manière indépendante et en collaboration dans un environnement d'équipe international.

On en parle sur Twitter !