En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorat en économie sur les synergies entre politiques climatiques et pollution H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5313-SANMAT-002
Lieu de travail : GRENOBLE
Date de publication : vendredi 31 juillet 2020
Nom du responsable scientifique : Sandrine Mathy
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Les co-bénéfices des politiques climatiques deviennent centrales dans la définition des politiques climatiques dans le contexte de l'Accord de Paris et de l'élaboration des contributions nationales.. En effet permettant notamment de générer des bénéfices de court-terme, ils peuvent constituer un effet levier sur l'acceptabilité des politiques climatiques, ceci pouvant renforcer leur faisabilité sociotechnique et favoriser leur adoption. Ces co-bénéfices sont par exemple la réduction de la pollution atmosphérique, des sols, de l'eau, la préservation de la biodiversité.
La thèse visera donc à étudier les synergies entre politiques climatiques et autres politiques environnementales. Ceci se fera au travers de deux approches et méthodes distinctes :
- Cobénéfices et Risques en matière d'émissions de gaz à effet de serre liés à la Qualité de l'Air :
Il s'agira d'évaluer les synergies ou antagonismes de la réduction des émissions de polluants et des émissions de GES et les bénéfices à court terme des actions de réduction des émissions de polluants vs à long terme pour émissions de GES. Ceux-ci permettent-ils une meilleure acceptabilité des mesures de réduction de la pollution par rapport aux mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre ? Ceci s'appuiera sur des travaux de modélisation avec le modèle d'équilibre partiel du système énergétique POLES (Prospective Outlook on Long-term Energy Systems) couplé à de la scénarisation basée sur des enquêtes évaluant l'acceptabilité de certaines mesures des individus
- Cobénéfices des pratiques agroécologiques
Une transition profonde de l'agriculture est nécessaire pour prendre en compte les enjeux de sécurité alimentaire, d'atténuation du changement climatique, de préservation de la biodiversité, d'amélioration de la qualité de l'air, de l'eau, des sols… L'arrêt du recours massif aux pesticides et engrais de synthèse, la mise en œuvre de mesures de compensation écologique sur les surfaces agricoles ou la mise en place d'infrastructures agro-écologiques sont des leviers permettant de répondre à ces enjeux. Néanmoins le modèle agricole intensif reste dominant. Il convient de s'interroger sur les freins à l'adoption de pratiques, notamment sur leur acceptabilité sociale. Quel lien entre acceptabilité sociale et adoption effective de pratiques ? Comment la participation des agriculteurs et autres parties prenantes au processus de conception de pratiques agro-écologiques influence l'acceptabilité sociale de ces pratiques et leur adoption effective ? Comment la prise en compte de co-bénéfices de l'adoption de pratiques affecte leur acceptabilité sociale et leur adoption effective ?
La thèse s'inscrit donc dans une démarche de recherche-action, avec une dimension interdisciplinaire forte et une dimension de terrain. Elle conjugue une approche d'enquêtes, d'économie expérimentale et de modélisation.

Contexte de travail

Le doctorat se déroulera dans le laboratoire GAEL, situé sur le campus universitaire de Grenoble, sous la direction de Sandrine Mathy (Directrice de recherche CNRS).

Les recherches menées au sein du département "Énergie et environnement" du GAEL visent à comprendre et à évaluer l'impact des politiques dans les domaines de l'énergie et du climat, afin d'apporter des réponses aux questions de développement durable. Soutenue par une forte activité de recherche dans le domaine de l'énergie au cours des dernières décennies à Grenoble, l'équipe Energie et Environnement développe une activité de recherche de haut niveau en économie appliquée et académique. L'équipe jouit d'une grande visibilité au niveau national, européen et international, grâce à sa participation à des programmes de recherche européens, et au développement de scénarios sur la demande énergétique et le climat avec le modèle POLES.

Le doctorant travaillera en étroite collaboration à la fois avec l'équipe de modélisation POLES en contribuant à l'implémentation des enjeux relatifs à la pollution atmosphérique dans le modèle, avec les chercheurs expérimentalistes du laboratoire GAEL et interagira avec les spécialistes des questions agricoles du laboratoire GAEL.

On en parle sur Twitter !