En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant en Interaction des disques protoplanétaires enfouis avec leur environnement H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 24 juin 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5274-CLADUP-012
Lieu de travail : GRENOBLE
Date de publication : jeudi 3 juin 2021
Nom du responsable scientifique : Geoffroy LESUR
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Durant cette thèse, nous nous intéresserons au stade initial des disques protoplanétaires dans lequel le disque est encore entouré d'un cocon de gaz, connu sous le nom d'objet de classe 0. L'objectif de la thèse sera de comprendre et de modéliser l'interaction entre ce cocon de gaz et les vents générés à la surface du disque par des processus magnétiques. Il s'agira d'une part de comprendre dans quelles conditions (masse, température du cocon, intensité du champ magnétique) le vent parvient à être éjecté du système, mais aussi d'étudier la dynamique de l'interface qui se forme entre la matière tombant sur le disque externe et le vent éjecté depuis les régions plus internes. Pour ce faire, on utilisera un nouveau code de magnétohydrodynamique développé au laboratoire destiné à tourner sur les super-calculateurs exascales européens. Le doctorant devra apprendre à utiliser ces outils numériques, créer des conditions initiales physiques correspondants à la phase de classe 0, faire tourner les simulations sur des super calculateurs et interpréter les résultats. Dans une deuxième phase, nous chercherons à identifier les signatures observationnelles de l'interaction entre le cocon et le vent de disque. Le calcul de ces signatures se fera à partir des simulations réalisées dans la première partie de la thèse et des travaux réalisés durant le stage de M2 (si effectué dans notre équipe). On tachera de calculer notamment les profils de raie millimétriques (par exemple CO) en utilisant un code de lancer de rayons pour pouvoir les comparer aux données ALMA dont nous disposons.
Le candidat devra avoir des connaissances en programmation (notamment c++) seraient un plus et un intérêt pour la dynamique des fluides magnétisés et la simulation numérique.

Contexte de travail

IPAG est une Unité Mixte de Recherche de 150 personnes sous la tutelle du CNRS et de l'Université Grenoble Alpes. L'IPAG fournira toutes les ressources nécessaires (bureau, poste de travail, environnement scientifique) pour mener à bien ce travail au sein de la dynamique équipe MHDISCS.
Les disques d'accrétion sont des objets omniprésents dans l'univers. On les trouve autour des étoiles jeunes mais aussi au voisinage des trous noirs galactiques. On sait que ces disques sont souvent associés à des vents, émis à partir de la surface du disque. Ces vents sont observés dans plusieurs systèmes astrophysiques et on pense qu'ils sont en partie responsable de l'accrétion de la matière vers l'objet central (trou noir, étoile jeune), via des processus magnéto-hydrodynamique.
Ce projet doctoral fait partie intégrante du projet MHDiscs financé par le conseil européen de la recherche (ERC), aussi le financement de cette thèse ainsi que les frais de mission associés (conférence, collaboration) est d'ores et déjà acquis.

On en parle sur Twitter !