En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant (H/F) sur la « Modification d'implant dentaire en zircone pour favoriser l'adhésion des tissus mous et limiter la colonisation bactérienne »

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 7 décembre 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR5270-SYLGON-029
Lieu de travail : ECULLY
Date de publication : mercredi 16 novembre 2022
Nom du responsable scientifique : Yann Chevolot et Jérôme Chevalier
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 mars 2023
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Le projet NOMAD est un projet européen collaboratif, qui vise à développer la prochaine génération d'implants dentaires capables de prévenir les péri-implantites et ainsi d'augmenter le succès à long terme des implants.
La mucosite péri-implantaire est une lésion inflammatoire superficielle mais assez fréquente du tissu gingival, initiée par l'adhésion de bactéries à la surface de l'implant dentaire et la formation d'un biofilm microbien. Le traitement consiste à appliquer un antiseptique localement par un professionnel suivi de mesures d'hygiène dentaire appropriées. Cependant, si l'infection n'est pas traitée, elle peut évoluer vers une péri-implantite, où le processus inflammatoire progresse vers la zone osseuse, ce qui engendrera une perte de l'os de soutien et éventuellement, le décèlement de l'implant. La péri-implantite est aujourd'hui une des principales causes des échechs des implants dentaires.
Aussi, dans le but de limiter ce problème et accroître le succès des implants dentaires, notre consortium souhaite améliorer l'étanchéité de l'interface gencive-implant en favorisant l'adhérence des tissus mous, en réduisant la formation de biofilm par la libération intelligente de composé actif et en améliorant la croissance osseuse.
Les implants peuvent être en titane ou en zircone et les modifications de surface peuvent donc présenter des stratégies différentes.
Dans le cadre de ce projet, le/la doctorant.e recruté.e se concentrera sur la stimulation de la croissance et de l'adhésion des tissus mous à la surface de l'implant en zircone. Dans ce but, la surface de la zircone sera chimiquement fonctionnalisée afin de permettre le greffage de molécules biochimiquement actives (telles que des composants ECM, des facteurs de croissance) ou l'immobilisation combinatoire d'acides aminés afin de mimer des composés bioactifs. Ainsi, le(la) doctorant.e étudiera la modification chimique de la zircone et son impact sur ses propriétés mécaniques.
La surface résultante sera caractérisée à l'aide de techniques d'analyse de surface telles que la spectroscopie des photoélectrons à rayons X, la microscopie à force atomique, la spectroscopie infrarouge… Ensuite, il/elle immobilisera des molécules actives ou des acides aminés sélectionnés et évaluera la croissance des fibroblastes sur la surface résultante. La stabilité du revêtement sera également évaluée notamment lors de l'étape de stérilisation. Il/Elle développera des compétences en science des matériaux, en bio-ingénierie des surfaces, en caractérisation mécanique et de surface et en culture cellulaire.
Le/La doctorant.e travaillera à la fois à Mateis (https://mateis.insa-lyon.fr/) dans les équipes Céramiques et Composites (CC) et Interactions Biologiques et Biomatériaux (I2B) et à l'INL (https://inl.cnrs .fr/) au sein de l'équipe Dispositifs pour la Santé et l'Environnement (DSE). L'équipe CC se concentre sur la fabrication d'implants, l'étude de leurs propriétés mécaniques, l'équipe I2B sur leur interaction avec les cellules tandis que l'équipe DSE possède une expertise en bio-ingénierie et caractérisation de surface.

Le candidat.e doit être titulaire d'un master ou d'un diplôme équivalent. Le/La candidat.e doit avoir une solide formation en chimie, physico-chimie ou science des matériaux. Des connaissances en biochimie ou biologie seront appréciées. Un haut niveau de communication, tant à l'oral qu'à l'écrit en anglais est requis afin de pouvoir interagir avec les partenaires du consortium, présenter les travaux lors de conférences internationales et rédiger des publications scientifiques.
De plus, ce projet étant à l'interface de la chimie, des matériaux et de la biologie, le/la candidat.e devra faire preuve d'une forte motivation pour un projet pluridisciplinaire avec une soif de connaissances, une certaine indépendance de pensée. Il/Elle doit être autonome. De plus, le/la candidat.e doit être capable de travailler en équipe sur des projets multidisciplinaires.

Contexte de travail

Le doctorant (h/f) sera financé par le projet Horizon Europe NOMAD. Le doctorant (h/f) sera inscrit à l'école doctorale EEA, spécialité Ingénierie pour la Santé (https://edeea.universite-lyon.fr/).
Les travaux seront réalisés à l'Institut des Nanotechnologies de Lyon (INL, https://inl.cnrs.fr/) et à Mateis (https://mateis.insa-lyon.fr/) sous la direction du Pr J. Chevalier et le Dr Y. Chevolot et en fortes interactions avec le Dr E. Laurenceau et le Dr L. Grémillard.
Dans le cadre du projet NOMAD, le/la candidat/candidate travaillera en étroite collaboration avec les autres partenaires du projet et assistera aux réunions du consortium.

Contraintes et risques

La thèse est entre Mateis et l'INL, le/la doctorant/doctorante devra partager son temps entre les deux laboratoires. Il/Elle devra répondre aux exigences de l'école doctorale EEA (tutorats scientifiques, cours…). De plus, l'embauche du/de la candidat/candidate sera soumise à l'approbation de l'officier de sécurité/Défense et pour les étudiants étrangers à la délivrance d'un visa de travail. La procédure de défense de sécurité nécessite un examen de deux mois et un mois supplémentaire est à prévoir pour l'établissement du contrat.

Les candidatures sont à adresser à Jérôme Chevalier (jerome.chevalier@insa-lyon.fr) et Yann Chevolot (yann.chevolot@ec-lyon.fr) : un CV détaillé ; au moins deux références (personnes pouvant être contactées) ; une lettre de motivation d'une page ; un résumé d'une page du mémoire de master ; notes pour les Masters 1 ou 2 (ou diplôme équivalent). La candidature doit obligatoirement se faire via le portail emploi du CNRS (https://emploi.cnrs.fr/Offres.aspx).

On en parle sur Twitter !