En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse sur ANR AvoidContact sur le thème de la reconnaissance inter-etnies H/F : Evitement du contact intergroupe et ses liens avec les biais attitudinnels et de reconnaissance envers les minorités ethniques

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5263-ANNCAM-001
Lieu de travail : TOULOUSE
Date de publication : jeudi 13 septembre 2018
Nom du responsable scientifique : Jacques PY
Type de contrat : CDD Doctorant/Offre de thèse
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 novembre 2018
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 1 768,55 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

résumé en français:

Bien que le contact entre les groupes améliore les relations, les études écologiques indiquent que les groupes évitent le contact
plutôt que de le rechercher. Cela peut être dû à trois facteurs: l'anxiété intergroupe, les attitudes négatives et la mauvaise
reconnaissance des personnes. Il est difficile d'étudier ces facteurs expérimentalement, mais nous avons développé un logiciel
(FACEGAME), grâce à une subvention IDEX, qui permet de manipuler directement la quantité de contact perceptuel et l'utilité de ce
contact. Nous parvenons à réguler les contacts des participants avec d'autres ethnies (à travers des images de visages et un
ensemble d'attributs personnels). Nous proposons ici des expérimentations pour étudier les liens complexes entre le contact,
l'évitement du contact, les préjugés, l'anxiété et le biais de reconnaissance de personnes. Il s'agit d'un travail de recherche
fondamentale possédant également l'objectif appliqué : renforcer les effets positifs du contact intergroupe.

Contexte de travail

Les activités principales du (de la) doctorant(e) consisteront à travailler avec les partenaires du projet (chercheurs et ingénieurs de recherche du laboratoire CLLE à Toulouse, chercheurs de l'université de Lille et de l'université du Cap en Afrique du Sud, ce qui nécessitera des déplacements à Lille, Paris, ainsi qu'en Tunisie et en Afrique en du Sud.

Contraintes et risques

Déplacements à prévoir en France et à l'étranger, notamment en Tunisie et en Afrique du Sud.

Informations complémentaires

Le Laboratoire Cognition, Langues, Langage, Ergonomie (CLLE, Unité Mixte de Recherche du CNRS N°5263, Université de Toulouse, France), plus précisément son axe Contexte social et régulation de la cognition, recherche un(e) doctorant(e).
Le contrat d'une durée de 36 mois à temps complet devra être mis en place dès que possible. Des financements sont disponibles pour les frais de recherche et de déplacement associés au projet, notamment en Afrique du Sud et en Tunisie. La prise de fonction pourrait être effective au plus tard le 1er novembre 2018.
Le poste est principalement basé à Toulouse, la ville de France aujourd'hui la plus dynamique sur le plan économique. Toulouse est aussi une ville historique qui attire de nombreux touristes. Les activités principales du (de la) doctorant(e) consisteront à travailler avec les partenaires du projet (chercheurs et ingénieurs de recherche du laboratoire CLLE, chercheurs de l'université de Lilles et de l'université du Cap en Afrique du Sud, à propos de l'évitement du contact intergroupe et ses liens avec les biais attitudinnels et de reconnaissance envers les minorités ethniques. Il (elle) réalisera des études empiriques, effectuera des analyses de données, participera à la rédaction d'articles ou rapports scientifiques, ainsi qu'aux tâches connexes.
Le (la) candidat(e) devra posséder un master en psychologie sociale ou cognitive, obtenu récemment (2017 ou 2018). Il est attendu une bonne connaissance de la psychologie sociale et cognitive, des modèles des attitudes et des préjugés et des modèles de la reconnaissance des visages, un bon niveau en méthodes de recherche (y compris expérimentale et de mesures des fixations oculaires) et d'excellentes aptitudes en matière d'analyses statistiques, ainsi que la capacité à travailler à l'oral et à l'écrit en français et en anglais.
Date limite de dépôt des candidatures : mardi 2 octobre (midi)

Plus d'informations sur l'équipe de recherche sont disponibles sur le site de CLLE:
http://clle.univ-tlse2.fr/accueil/equipe-ltc/ltc-axe-2-403324.kjsp?RH=ltc

On en parle sur Twitter !