En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse en expérimentation in-situ pour élucider les rétroactions entre localisation de la déformation et évolution microstructurale dans les roches, métaux et glace (ERC RhEoVOLUTION) H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 23 juin 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5243-HELOUR-017
Lieu de travail : MONTPELLIER
Date de publication : mercredi 2 juin 2021
Nom du responsable scientifique : Andrea TOMMASI
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 septembre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

L'objectif de cette thèse est de concevoir et réaliser des expériences avec un suivi in situ de l'évolution du champ de déformation et de la microstructure pour contraindre les rétroactions entre la localisation de la déformation et l'évolution de la microstructure lors de la déformation ductile. Les expériences utiliseront des matériaux analogues (glace, alliages de magnésium) car les roches ne se déforment pas ductilement dans les conditions requises pour la mesure in-situ de l'évolution de la microstructure et du champ de déformation.
Cette thèse s'intègre dans le projet ERC RhEoVOLUTION, dont l'objectif est de développer des nouvelles approches permettant de simuler de façon auto-cohérente la localisation de la déformation à différentes échelles dans la Terre. Les expériences prévues dans le présent projet de doctorat joueront un rôle clé dans l'ERC RhEoVOLUTION, car elles fourniront des contraintes physiques essentielles pour le développement des modèles numériques: (1) une quantification des rétroactions entre localisation de déformation et évolution microstructurale, (2) une quantification de l'évolution de l'hétérogénéité résultante du comportement mécanique au cours de la déformation, et (3) des lois d'évolution de la microstructure et du comportement mécanique. Le.la doctorant.e collaborera avec les autres membres de l'équipe RhEoVOLUTION à l'intégration des résultats dans des modèles numériques simulant l'évolution dans l'espace et dans le temps les distributions de déformation et de contrainte dans un matériau polycristallin avec une rhéologie évolutive. Les résultats de ce projet seront appliqués d'abord à la déformation des roches, mais des applications en glaciologie et métallurgie sont aussi envisagées.
Nous recherchons donc des candidats très motivés avec de solides compétences méthodologiques et un intérêt poussé pour l'expérimentation et l'analyse de données physiques. Au moment de la prise de fonction, les candidats devront avoir un master ou un diplôme d'ingénieur en géologie, géophysique, physique, mécanique, ou dans un domaine étroitement lié. Un bon niveau en anglais et la capacité à travailler en équipe sont essentiels. Des connaissances en plasticité cristalline (processus de déformation ductile) et en expérimentation physique, ainsi qu'en programmation seront très appréciées.

Contexte de travail

Ce projet de thèse s'intègre dans le projet ERC RhEoVOLUTION, qui vise à comprendre le rôle de l'évolution de la rhéologie des roches sur la localisation de la déformation à différentes échelles de la Terre. Cet objectif passe par le développement de nouvelles approches pour modéliser de façon auto-cohérente la localisation de la déformation dans les roches. L'expérimentation y joue un rôle clé en apportant des contraintes physiques essentielles au développement des modèles. L'équipe du projet ERC RhEoVOLUTION est composée de chercheurs en Sciences de la Terre, Glaciologie, Sciences des Matériaux et Mathématiques Appliquées travaillant à Montpellier, Grenoble, Nice et Argentine. La majorité des expériences seront réalisées dans l'Instrument National CNRS-INSU SEM-EBSD à Geosciences Montpellier, en utilisant le microscope électronique à balayage Crystal Probe, qui est équipé d'un système EBSD pour une cartographie haute résolution rapide des orientations cristallines et une platine de déformation à haute température (cf. http://www.gm.univ-montp2.fr/spip.php?article3230). Des expériences seront aussi réalisées dans le laboratoire de cryo-déformation de l'Institut des Géosciences de l'Environnement (IGE, Grenoble).
La thèse sera dirigée par Andréa Tommasi (Géosciences Montpellier) en collaboration avec MA. Lopez-Sanchez (postdoctorant RhEoVOLUTION@ Géosciences Montpellier), F. Barou (responsable du MEB-EBSD @ Géosciences Montpellier), M. Montagnat (IGE) et T. Chauve (postdoctorant RhEoVOLUTION@ IGE).
Le.la doctorant.e sera basé.e à Géosciences Montpellier, une unité mixte de recherche CNRS et l'Université de Montpellier (UMR 5243), rattachée à l'Observatoire des Sciences de l'Univers - Observatoire de REcherche Méditerranéen de l'Environnement (OSU OREME) - http://www.gm.univ-montp2.fr.

Contraintes et risques

N/A

Informations complémentaires

Site web du projet RhEoVOLUTION - https://erc-rheovolution.gm.univ-montp2.fr/en/rheovolution/

On en parle sur Twitter !