En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Offre de thèse en Biologie Cellulaire H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5237-SIMPIA-001
Lieu de travail : MONTPELLIER
Date de publication : vendredi 12 octobre 2018
Nom du responsable scientifique : Simonetta Piatti
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 4 février 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 1 768,55 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Le projet de thèse vise à comprendre certains des mécanismes de base au cœur de la cytokinèse, le processus menant à la séparation physique entre les cellules filles. La cytokinèse est un processus fondamental qui influence profondément le destin des cellules. En effet, les erreurs de cytokinèse affectent la distribution des chromosomes, des organelles et des facteurs de polarité aux cellules filles. Chez la levure bourgeonnante, la cytokinèse repose strictement sur la formation d'un anneau de septines au site de division qui joue le rôle d'échafaudage pour l'assemblage de la machinerie cytokinétique. Nous avons récemment découvert qu'à la fin de la mitose l'anneau de septines doit être déplacé du site de division pour permettre la constriction de l'anneau contractile d'actomyosine lors de la cytokinèse. Ce processus est déclenché par la phosphatase conservée du cycle cellulaire Cdc14. L'objectif de ce projet est d'identifier les cibles critiques de Cdc14 dans ce processus et de déterminer comment ces protéines contribuent à l'organisation globale du cycle de l'anneau de septines. Le projet impliquera des cribles génétiques, de la microscopie avancée en super résolution et l'imagerie de cellules vivantes, ainsi que des essais de reconstitution pour assembler des filaments de septines in vitro sur des membranes biomimétiques, en étroite collaboration avec le groupe de Laura Picas auprès de l'institut voisin IRIM (http: // www.cpbs.cnrs.fr/index.php/fr/researchh/teams/biologie-quantitative-du-trafic-membranaire-et-pathogenese-2).

Contexte de travail

Le Centre de Recherche en Biologie Cellulaire de Montpellier (CRBM) est internationalement reconnu dans les domaines du cycle cellulaire, l'organisation / dynamique du cytosquelette et la signalisation cellulaire. Il est situé dans un campus du CNRS, avec deux autres instituts des sciences de la vie du CNRS (IGMM et IRIM), un institut d'écologie fonctionnelle (CEFE) et bientôt rejoint par toute la chimie de Montpellier (Pôle Balard). IGMM, CRBM et IRIM (qui accueillent 500 étudiants, ingénieurs et scientifiques) partagent leurs nombreuses plateformes techniques haut de gamme et constituent un environnement idéal pour le démarrage de la carrière scientifique des étudiants. Montpellier est une ville vibrante sur le plan scientifique et culturel située dans le sud de la France, près de la mer Méditerranée, à mi-chemin entre Nice et Barcelone. C'est l'une des villes les plus attractives et à la croissance la plus rapide de France avec plus de 70 000 étudiants et chercheurs particulièrement actifs dans les domaines des sciences de la vie et de l'agronomie.

On en parle sur Twitter !