En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UPR8521-VINGOE-001 - Post-doctorant H/F en oxydation avancée à partir d'énergie solaire pour la désinfection

Post-doctorant H/F en oxydation avancée à partir d'énergie solaire pour la désinfection

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UPR8521-VINGOE-001
Lieu de travail : PERPIGNAN
Date de publication : mardi 26 novembre 2019
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 6 mois
Date d'embauche prévue : 1 février 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Entre 2600 et 3200 euros bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Souvent présenté comme un traitement tertiaire en aval des traitements biologiques, l'oxydation avancée par voie solaire permet une amélioration de la qualité sanitaire d'un effluent à coût énergétique maîtrisé. Ces procédés sont envisagés pour apporter une réponse à l'élimination nécessaire des micro-polluants tels que les pesticides, les résidus médicamenteux, les effluents issus des industries chimiques, agrochimiques et pétrochimiques. Les procédés d'oxydation avancée apportent également une réponse au domaine de la désinfection en permettant l'élimination de pathogènes. L'application « phare » s'inscrit dans la tendance de fond d'une réutilisation des eaux usées traitées (REUT). Si la France, suite à l'arrêté du 2 août 2010, ne permet que récemment l'exploitation de cette ressource, cette option est mise en pratique dans plusieurs pays européens dont l'Espagne, mais aussi et de manière intensive, dans les zones géographiques sous fortes contraintes en matière de disponibilité des eaux comme l'Israel ou l'Australie. La littérature et le nombre d'unités de recherche françaises et européennes travaillant sur le principe des procédés d'oxydation avancés (POAs) sont très abondants, mais se révèlent beaucoup moins importants pour les expériences menées en conditions d'irradiation réelle. C'est néanmoins la source d'énergie rayonnante à privilégier si l'on souhaite développer des procédés cohérents avec le principe de développement durable.

L'objectif général du travail à effectuer durant le contrat postdoctoral est ainsi de contribuer à la poursuite des recherches/développements menées par l'équipe SHPE du laboratoire PROMES sur les procédés d'oxydation avancée qui sont basée sur l'utilisation directe du rayonnement solaire et avec comme objectif la désinfection. Il s'agit d'améliorer le niveau sanitaire d'effluents issus des stations d'épuration avant leur rejet afin de pouvoir envisager leur réutilisation notamment à des fins d'irrigation. Le procédé est basé sur l'utilisation d'espèces radicalaires hautement réactives qui peuvent être directement produites à partir d'énergie solaire par activation photonique et/ou thermique.

Travaillant sur des effluents extrêmement complexes il est nécessaire de disposer d'une banque de données expérimentales suffisante pour pouvoir cerner les performances de ce type de traitement qui se déclinent en termes de population de pathogènes avant et après traitement. L'un des objectifs consiste ainsi à poursuivre les campagnes de mesures sur des installations (travaillant sous rayonnement solaire naturel) existantes de manière à acquérir un ensemble de données représentatives des performances sous diverses conditions d'irradiation. Le second objectif est de proposer, sur la base de ces données, une approche de modélisation nécessairement macroscopique et simplifiée compte tenu de la composition de la matrice d'eau à traiter. Le troisième objectif est de proposer, en se basant sur les connaissances précédemment acquises et les lois comportementales précédemment validées des évolutions notables des installations existantes de manière à pouvoir envisager un changement d'échelle.

Activités

- Travail expérimental sur les prototypes existants.
- Dimensionnement et optimisation d'un nouveau réacteur/procédé permettant un changement d'échelle.

Compétences

Post-doctorant maitrisant les bonnes pratiques expérimentales.
Connaissance en génie des procédés/génie chimique.
Expérience souhaitée dans le domaine de la désinfection des effluents liquides.

Contexte de travail

Le laboratoire PROcédés, Matériaux et Energie Solaire (PROMES UPR CNRS 8521) est une unité propre de recherche du CNRS. Il est constitué de près de 150 personnes, dont 90 permanents. Il est structuré autour de deux axes de recherches principaux : matériaux et conditions extrêmes ; conversion, stockage, transport de l'énergie. L'équipe SHPE développe son activité au sein de l'axe deux au travers de ces deux thèmes de recherches : (i) valorisation de déchets et stockage d'énergie solaire à haute température ; (ii) oxydation avancée par voie solaire pour la détoxification d'effluents. C'est sur ce second point, directement lié au contrat postdoctoral proposé, qu'elle apporte également sa contribution à l'axe prioritaire numéro 4 « écotechnologie solaire » définissant les objectifs des partenaires du Labex Solstice renouvelé pour une période de 5 ans à compter de janvier 2020.

On en parle sur Twitter !