En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UPR2357-KAMHAM-001 - Doctorant(e) en Biologie de l'ARN-protéines H/F

Doctorant(e) en Biologie de l'ARN-protéines H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UPR2357-KAMHAM-001
Lieu de travail : STRASBOURG
Date de publication : jeudi 11 octobre 2018
Nom du responsable scientifique : HAMMANI Kamel
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 19 novembre 2018
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 1 768,55 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Dans le cadre d'un projet ANR-PRC, nous recherchons un(e) étudiant(e) en doctorat. Le projet de thèse s'intégrera au sein d'un projet collaboratif qui vise à utiliser les principes de la biologie synthétique, pour créer de nouvelles stratégies pour l'étude et le contrôle ciblé des mécanismes d'expression génétique chez les organismes vivants, allant des bactéries aux plantes et cellules humaines. Pour cela, le/la candidat-e exploitera des protéines de liaison à l'ARN synthétiques, dont la spécificité peut-être facilement reprogrammée pour cibler n'importe quelle séquence ARN et ainsi, contrôler à façon l'expression de gènes in vivo. Le projet de thèse visera plus particulièrement à mettre en place un nouvel outil de sélection d'interaction protéines/ARN chez la bactérie, dans le but de mieux comprendre ces interactions par évolution dirigée et de les optimiser. Ce travail sera complémenté par des approches de biochimie in vitro des interactions protéines/ARN. En parallèle, le/la doctorant-e utilisera ces protéines de liaison à l'ARN chez la plante Arabidopsis pour contrôler certains aspects de l'expression génétique des mitochondries et chloroplastes et ainsi mieux comprendre les fonctions de certains gènes de ces organites.

Contexte de travail

Le projet de thèse se déroulera au CNRS à l'Institut de Biologie Moléculaires des Plantes à Strasbourg dans l'équipe du Dr. Kamel Hammani, dont l'objectif est de comprendre le rôle des protéines de liaison à l'ARN dans l'acclimatation génétique du chloroplaste. L'IBMP est l'un des plus grands laboratoires de recherche français dans le domaine de la biologie végétale. Le laboratoire regroupe des chercheurs ayant des compétences et thématiques de recherche variées dans les domaines de la biochimie, virologie, biologie cellulaire, métabolomique et physiologie végétale.
Les travaux du/de la doctorant-e s'inscriront dans un projet collaboratif financé par l'ANR, dont le but est de mettre en place de nouveaux outils en biologie synthétique pour le contrôle de l'expression génétique dans les organismes vivants qui pourront être utiles pour la biologie végétale, l'agronomie et le biomédical. Le/la doctorant-e bénéficiera pour son projet de l'appui des nombreuses plateformes scientifiques de l'IBMP et de celles ouvertes aux chercheurs du campus de l'Université de Strasbourg (p.e. expression et purification des protéines, séquençage, microscopie, protéomique, biophysique, culture des plantes). Le/la doctorant-e sera intégré-e dans un consortium de recherche stimulant comportant une équipe de recherche du CNRS à l'IBMP, une équipe de l'INRA IJPB à Versailles et une équipe de l'INSERM CRM à Paris.

Contraintes et risques

La thèse sera rattachée à l'École Doctorale des Sciences de la Vie de l'Université de Strasbourg. Des déplacements à Strasbourg seront à prévoir pour les modalités administratives liées à l'inscription.

Informations complémentaires

Le/la candidat-e devra être titulaire d'un Master en Sciences de la Vie et devra avoir de bonnes connaissances en biologie moléculaire, génétique, biochimie des protéines et des acides nucléiques ainsi qu'en microbiologie. Des connaissances en biologie et génétique végétale seraient un plus mais ne sont pas essentielles. Le/la candidat-e devra également avoir de bonnes aptitudes à la communication orale et écrite en français et en anglais pour présenter ses résultats en congrès nationaux et internationaux ou écrire des articles scientifiques. De plus, le/la candidat-e devra être apte à travailler au sein d'une équipe en autonomie. Le/la jeune chercheur-se sera sérieux-se, motivé-e et travailleur-se, avec un sens d'adaptabilité et de créativité.
Les candidatures devront inclure un CV comportant les noms de deux référents pouvant être contactés, une lettre de motivation sur 1 page, un résumé d'une page de son mémoire de Master et les relevés de notes du Master 1 et 2.
La date limite d'envoi des candidatures est le 31/10/2018.

On en parle sur Twitter !