En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UPR22-DORCON-001 - Chercheur (H/F) post-doctoral

Chercheur (H/F) post-doctoral

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 15 février 2023

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UPR22-DORCON-001
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : STRASBOURG
Date de publication : mercredi 25 janvier 2023
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 18 mois
Date d'embauche prévue : 1 avril 2023
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : à partir de 2200 € nets mensuels
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Fabrication de méta-surfaces nonlinéaires

Activités

- fabrication des méta-surfaces par déposition de multi-couches de polymères et de nanoparticules d'or
- caractérisation des systèmes préparés par des techniques optiques et par microscopie électronique à balayage

Compétences

- thèse expérimentale en chimie, physique ou science des matériaux.
- compétence générale dans le travail de paillasse en physico-chimie.
- esprit d'initiative et aptitude pour le travail en équipe.
- l'expérience préalable des systèmes polymères ou des nanoparticules métalliques n'est pas obligatiore, mais serait un avantage.

Contexte de travail

L'institut Charles Sadron est une unité propre du CNRS spécialisée dans l'étude des polymères. Le chercheur (H/F) sera accueilli dans l'équipe PECMAT (PolyElectrolytes, Complexes et MATériaux), qui étudie une large gamme de matériaux hybrides, et travaillera dans le cadre du projet METATRAP (METAsurfaces via optical TRAPs), financé par l'ANR en 2022, qui implique également une équipe à Lyon et une autre à Orsay. Le but général du projet est d'utiliser de nouvelles nanoparticules d'or comme générateurs de seconde harmonique afin de produire des métasurfaces nonlinéaires statiques et dynamiques.

Contraintes et risques

Pas de contraintes particulières

On en parle sur Twitter !