En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR9012-ALEHEN-038 - H/F Chercheuse/chercheur en astronomie gamma spatiale

H/F Chercheuse/chercheur en astronomie gamma spatiale

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 7 octobre 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR9012-ALEHEN-038
Lieu de travail : ORSAY
Date de publication : vendredi 16 septembre 2022
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 1 décembre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : salaire entre 2 889,51 et 3321,55 selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

La détection simultanée d'ondes gravitationnelles et de rayonnements gamma provenant de la fusion de deux étoiles à neutrons le 17 août 2017 marque le début de l'astronomie multi-messagers. Cette nouvelle astronomie nécessite une surveillance en continue du ciel dans le domaine des rayons gamma du mégaélectronvolt pour détecter et localiser les sursauts gamma associés aux fusions d'étoiles à neutrons et éventuellement déclencher des observations à d'autres longueurs d'onde. Plusieurs missions spatiales de nano-satellites dédiés à la détection des sursauts gamma sont en cours de développement en Europe, aux Etats-Unis et en Asie. Le projet COMCUBE vise à apporter une nouvelle dimension à ce réseau de CubeSat en y ajoutant des mesures de la polarisation de l'émission prompte des sursauts gamma à l'aide d'un petit télescope de type Compton.
COMCUBE est soutenu financièrement jusqu'en 2024 par le projet AHEAD2020 du programme-cadre Horizon 2020 de l'Union Européenne. La collaboration COMCUBE est coordonnée par IJCLab et comprend deux autres centres de recherche français, le CEA-Irfu et l'IRAP, ainsi que quatre instituts européens : l'University College Dublin (Irlande), l'INFN-Roma (Italie), l'Université Johannes-Gutenberg de Mayence (Allemagne), et le LIP-Coimbra (Portugal). Dans le cadre du projet AHEAD2020, la collaboration construit un modèle à l'échelle 1U du CubeSat comprenant les principaux détecteurs gamma du télescope. Une expérience en vol ballon stratosphérique est prévue à l'été 2023 depuis la base de Timmins (Canada), afin de qualifier ce prototype dans un environnement de bruit de fond représentatif de celui d'un CubeSat en orbite terrestre basse.
Le/la post-doctorant·e rejoindra l'équipe de COMCUBE à IJCLab sous la supervision de V. Tatischeff et N. de Séréville pour participer à l'intégration du prototype en laboratoire et développer les logiciels de traitement de données. Il/elle prendra une part active à l'expérience en vol ballon stratosphérique et à l'analyse des données du vol.

Activités

Le/la post-doctorant·e contribuera aux activités suivantes :
• Développement de logiciels de traitement de données de l'instrument gamma
• Préparation du plan de tests de l'instrument, dans une enceinte thermique, puis dans l'enceinte de vol
• Réalisation des tests et de l'étalonnage de l'instrument en laboratoire
• Développement du logiciel de télémétrie
• Participation à la prise de données pendant l'expérience en vol ballon stratosphérique
• Analyse des données acquises pendant le vol, avec l'objectif d'identifier une contribution de l'émission gamma d'une source astrophysique particulière : la nébuleuse du Crabe
Ces activités sont interdisciplinaires, car elles impliquent divers aspects de programmation informatique, d'instrumentation de capteurs gamma et d'analyse de données.

Compétences

Le/la candidat·e devra posséder des compétences académiques de haut niveau en programmation informatique et en analyse de données.
Une connaissance de l'instrumentation en physique des hautes énergies sera également un avantage.
Il/elle devra avoir des aptitudes à formuler et conduire un projet scientifique, travailler en équipe, et rendre compte. Une solide connaissance de l'anglais est requise pour l'intégration dans l'équipe internationale.
Des connaissances de base en astrophysique des hautes énergies seront appréciées, mais ne sont pas indispensables.
Expérience professionnelle souhaitée : moins de 2 ans après le doctorat.

Contexte de travail

Le projet sera réalisé au Laboratoire de Physique des 2 infinis Irène Joliot-Curie (IJCLab), qui est une unité mixte de recherche (UMR) du CNRS (IN2P3), de l'Université Paris-Saclay, et de l'Université de Paris. Situé à 20 km au sud de Paris sur le campus d'Orsay, le laboratoire est facilement accessible par les transports en commun (RER) en 35 minutes du centre de Paris. IJCLab est né en 2020 de la fusion de cinq laboratoires (CSNSM, IMNC, IPN, LAL, et LPT). Il compte environ 220 chercheurs et enseignants-chercheurs permanents et 200 non permanents, dont 120 doctorants, ainsi que 340 ingénieurs, techniciens et personnels administratifs. Les domaines de recherche du laboratoire sont la physique nucléaire, la physique des hautes énergies, la physique théorique, les astroparticules, l'astrophysique et la cosmologie, les accélérateurs de particules, l'énergie et l'environnement, et la physique de la santé.
Le/la post-doctorant·e sera intégré·e à l'équipe Astrophysique et Cosmochimie (AC) du pôle Astroparticules, Astrophysique et Cosmologie (A2C). Il/elle travaillera avec le personnel du laboratoire impliqué sur le projet COMCUBE, qui comprend une enseignante-chercheuse, deux chercheurs CNRS, sept ingénieurs et un doctorant. Il/elle sera également amené·e à collaborer avec des physiciens et ingénieurs des laboratoires partenaires de COMCUBE, en particulier le CEA-Irfu et l'UCD, qui construisent également des détecteurs gamma pour le prototype.

Contraintes et risques

Des déplacements de courte durée en France et à l'étranger sont à prévoir.
Le travail en laboratoire comporte un risque d'exposition aux rayonnements ionisants.

Informations complémentaires

Déposer une lettre de motivation et un CV sans aucune rupture de date faisant apparaître les diplômes, les titres et travaux et l'expérience professionnelle.
Le poste étant situé dans une ZRR (zone à régime restrictif), le recrutement est conditionné par l'obtention d'un avis favorable du Haut Fonctionnaire de Défense et de Sécurité. En conséquence, la date de prise de fonction est précisée à titre indicatif et pourra être reportée.

On en parle sur Twitter !