En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR8539-ISARIC-002 - H/F Chercheur Post-doc - Transfert radiatif

H/F Chercheur Post-doc - Transfert radiatif

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8539-ISARIC-002
Lieu de travail : PALAISEAU
Date de publication : lundi 3 décembre 2018
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 février 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Selon expérience sur la grille CNRS
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Le Laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD) de l'IPSL recherche un chercheur postdoctoral pour travailler sur la modélisation du transfert radiatif atmosphérique (TR). Le scientifique travaillera au sein de l'équipe ABC(t) du LMD spécialisée dans l'analyse du rayonnement atmosphérique afin d'améliorer la simulation des transmittances atmosphériques et des luminances spectrales dans le domaine infrarouge thermique et du proche infrarouge. Un accent particulier sera mis sur l'amélioration des modèles de TR existants, par exemple via la modélisation des continua d'absorption, ou de la rupture des conditions de l'Equilibre Thermodynamique Local. Les applications actuelles de tels modèles de TR concernent plusieurs missions d'observation de la Terre, actuelles ou futures, du CNES (IASI, IASI-NG, Merlin et MicroCarb).

Activités

• Développer ou mettre en œuvre de nouveaux schémas de modélisation (line-mixing, continua d'absorption, CFC, condition non-ETL, contribution solaire) qui seront inclus dans la version opérationnelle des modèles de TR, dans le but de tirer pleinement parti des caractéristiques spectrales et radiométriques des instruments récents et futurs opérant dans l'infrarouge thermique et le proche infrarouge.
• Caractériser statistiquement l'amélioration des modèles grâce à l'utilisation de la chaîne de validation quasi-opérationnelle des modèles de TR du LMD.
• Interpréter les résultats et les présenter lors de réunions scientifiques et dans des publications dans des revues à comité de lecture des sciences de l'atmosphère.

Compétences

• Une solide expérience dans la modélisation du transfert radiatif atmosphérique ; des connaissances en spectroscopie infrarouge seront également appréciées.
• Une bonne connaissance en télédétection atmosphérique et en estimation de variables atmosphériques par inversion du transfert radiatif.
• De solides compétences en calcul scientifique.
• De très bonnes compétences en communication orale et écrite en anglais.
• Une capacité à travailler de manière indépendante et en équipe.

Contexte de travail

Au LMD, un laboratoire commun CNRS-Ecole Polytechnique-Ecole Normale Supérieure-Sorbonne Université, plus de 200 scientifiques de l'environnement travaillent à la compréhension de la dynamique du système terrestre. L'équipe ABC(t) de LMD est spécialisée dans l'étude des variables et processus climatiques à partir de l'analyse du rayonnement émis et diffusé par l'atmosphère et la surface, et mesuré à l'aide d'instruments actifs ou passifs, depuis le sol ou l'espace. L'équipe possède notamment une expertise de renommée internationale dans l'analyse d'observations par satellite à haute résolution spectrale, alliant une connaissance approfondie de la spectroscopie des gaz atmosphériques à une modélisation avancée du transfert radiatif directe et inverse. L'équipe développe et maintient : (i) des modèles de TR monochromatiques sélectionnés comme modèles officiels de plusieurs missions d'observation de la Terre du CNES ; (ii) la base de données spectroscopique GEISA ; (iii) une chaîne de validation de bout en bout basée sur des comparaisons entre des spectres mesurés depuis l'espace ou le sol et des spectres simulés pour des situations atmosphériques connues.

On en parle sur Twitter !