En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR8234-BENROT-001 - Chercheur en physico-chimie théorique (H/F)

Chercheur en physico-chimie théorique (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8234-BENROT-001
Lieu de travail : PARIS 05
Date de publication : mercredi 1 août 2018
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 octobre 2018
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Selon la grille salariale du CNRS, en fonction de l'expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Le/la post-doctorant.e fera partie de l'équipe Modélisation et Expériences Multiéchelles du laboratoire PHENIX, situé à Sorbonne Université (Paris).

Il/elle travaillera sous la supervision de Benjamin Rotenberg dans le cadre du projet Européen FET NANOPHLOW, qui vise à comprendre les phénomènes de transport induits par les gradients thermodynamiques (concentration, température). Ces phénomènes diffèrent de ceux observés dans le bulk et sont dus à la présence d'interfaces solide-liquide. Ils jouent un rôle particulièrement importants pour le transport de fluides dans les micro- ou nanocanaux et les matériaux poreux (diffusio-osmose, thermo-osmose), ou encore pour le transport de colloïdes, de nanoparticules ou de macromolécules biologiques (diffusio-phorèse, thermo-phorèse). Contrairement au transport induit par des gradients de pression ou de potentiel électrique, leur origine microscopique reste mal comprise — et ces phénomènes restent ainsi sous-exploités.

Le projet au laboratoire PHENIX abordera ces questions par la modélisation à l'échelle moléculaire, en collaboration avec les autres partenaires du projet NANOPHLOW, complémentaires soit du point de vue expérimental, soit par la modélisation à d'autres échelles. Il s'agira de comprendre l'origine microscopique de ces phénomènes de transport, ainsi que la façon dont ils dépendent de la nature des surfaces et des fluides en présence, en lien notamment avec les expériences réalisées par d'autres partenaires sur le transport à travers des nanotubes.

Activités

Le/la post-doctorant.e contribuera à différents aspects, tels que :
- la simulation moléculaire classique d'interfaces solide-liquide, avec des logiciels open-source (LAMMPS, Gromacs, …) ou développés au laboratoire (Metalwalls)
- les développements méthodologiques pour la prédiction des flux osmotiques par l'analyse de trajectoire à l'équilibre et hors-équilibre
- le développement de codes pour effectuer ces analyses (à partir d'outils existants développés au laboratoire)
- la collaboration avec les autres partenaires du projet
- la rédaction de publications et la participation à des conférences

Compétences

Les candidats doivent posséder un doctorat en chimie physique ou en physique, ainsi qu'une compétence en recherche en lien avec la thématique et les activités du projet. Une bonne expérience en simulation moléculaire classique est nécessaire, ainsi qu'une bonne connaissance des outils théoriques associés (physique statistique des liquides, …). Une bonne maîtrise de l'anglais parlé et écrit est requise.

Contexte de travail

Le laboratoire Physicochimie des Electrolytes et Nanosystèmes Interfaciaux est une UMR entre le CNRS et Sorbonne Université. Il regroupe environ 90 personnes, incluant chercheurs et enseignants-chercheurs permanents et contractuels, et mène des activités de recherche dans les domaines de l'énergie (stockage électrochimique, recyclage de matériaux, énergie bleue, …), la santé (nanoparticules pour l'imagerie, théranostique, …) et l'environnement (stockage des déchets, traitement de l'eau, …).

Le travail s'inscrit dans le cadre d'un projet Européen impliquant le CNRS (laboratoires situés à Sorbonne Université, à l'Ecole Normale Supérieure et à l'Université Paris-Sud), l'Université de Barcelone (Espagne), l'Université de Cambridge (Royaume-Uni), l'Université d'Utrecht (Pays-Bas), ainsi que deux PME (Sweetch Energy et Fluidic Analytics). Pour plus d'information : https://cordis.europa.eu/project/rcn/211918_en.html

Le/la post-doctorant.e aura accès aux ressources de calcul du laboratoire, ainsi qu'au mésocentre de Sorbonne Université. Des moyens seront mis à disposition pour les missions.

Contraintes et risques

Des déplacements de courte durée en France et à l'étranger sont à prévoir, dans le cadre de la collaboration avec les autres partenaires, ainsi que pour la participation à des conférences.

Informations complémentaires

Le contrat devra démarrer dès que possible, et au plus tard d'ici janvier 2019.

On en parle sur Twitter !