En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR8214-CYRFAL-002 - Chercheur postdoctorant (H/F) en chimie-physique théorique

Chercheur postdoctorant (H/F) en chimie-physique théorique

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8214-CYRFAL-002
Lieu de travail : ORSAY
Date de publication : vendredi 14 juin 2019
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 2 septembre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Le salaire net commence à partir de 2166,42 euros en fonction de l'expérience du candidat.
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Au cours des dernières années, l'intérêt pour les agrégats de carbone pur et hydrogéné a été motivé par la détection du buckminsterfullerène C60 dans le milieu interstellaire (MIS) à partir de ses bandes d'émission infrarouge particulières. Ces bandes accompagnent les bandes dites infrarouges aromatiques, qui signent la présence d'hydrocarbures mixtes aliphatiques aromatiques polycycliques. Pour mieux comprendre les mécanismes de formation des fullerènes cosmiques et identifier d'autres formes possibles d'amas de carbone dans le MIS, il est essentiel de caractériser la diversité structurelle et la stabilité possibles des molécules d'hydrocarbures et de cartographier ces structures avec leur signature spectroscopique.
Le travail du chercheur(e) postdoctorant s'inscrit dans le contexte du projet ANR PACHYNO. Les objectifs de celui-ci sont d'utiliser des outils de calcul avancés tels que les simulations de dynamique moléculaire par échange de répliques et/ou les simulations Monte-Carlo d'échange avec ou sans biais pour explorer efficacement la diversité structurelle des hydrocarbures sur une large gamme énergétique et pour une grande variété de familles structurelles (fullerènes, flocons, bretzels). La surface d'énergie potentielle est basée sur le champ de forces réactif REBO de Brenner. Cette exploration nous a déjà permis de construire une base de données structurelle d'agrégats de carbone pur. Le chercher(e) postdoctorant complétera nos travaux initiaux en explorant une grande variété de tailles et de composition chimique et en étudiant la corrélation entre la structure moléculaire et la réponse spectroscopique.

Activités

- Développer, modifier et utiliser des codes calculs Monte-Carlo d'échange (Parallel tempering).
- Implémentation et utilisation de méthodes Monte-Carlo avec biais (ex. Wang-Landau)
- Réaliser l'analyse des données
- Ecriture des articles scientifiques
- Présentation des résultats scientifiques

Compétences

Le candidat doit posséder un doctorant en physique ou chimie. Il doit parler de manière courante en Anglais et avoir de bonnes aptitudes en communication écrite et orale. Il doit avoir la capacité à travailler en équipe et de manière indépendante. Une expérience importante en physique et/ou chimie computationnelle est attendu en particulier via des méthodes de simulations de dynamique moléculaire et/ou Monte-Carlo. De solides compétences en programmation sont également exigées.

Contexte de travail

L'Institut des Sciences Moléculaires d'Orsay (ISMO - UMR 8214) est une unité de recherche associée au CNRS et à l'Université Paris-Sud qui a l'ambition de constituer un pôle d'excellence dans ses trois grands domaines scientifiques : la physique moléculaire et ses applications, les nanosciences et la physique pour la biologie. Ces domaines s'appuient sur un socle commun correspondant à deux types d'approches : la photophysique (une grande partie du spectre de la lumière, des X à l'infra-rouge, est utilisée pour sonder la dynamique induite par l'excitation optique des systèmes étudiés) et les imageries : optique et à sonde locale. L'ISMO se trouve à l'interface de nombreux domaines : astrophysique, chimie atmosphérique, biologie, médecine…

On en parle sur Twitter !