En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR8197-NATBOI-064 - Chercheur H/F en Mécanismes et dynamique de la croissance intravacuolaire de Listeria

Chercheur H/F en Mécanismes et dynamique de la croissance intravacuolaire de Listeria

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 27 mai 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8197-NATBOI-064
Lieu de travail : PARIS 05
Date de publication : jeudi 15 avril 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 septembre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Entre 2800 € et 3800 € bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

La bactérie d'origine alimentaire Listeria monocytogenes (Lm), qui est l'agent pathogène responsable de la listériose, peut pénétrer et proliférer dans la plupart des cellules humaines et se propager aux cellules voisines. Après l'entrée dans les cellules épithéliales, le scénario classique décrit que Lm sort rapidement des vacuoles d'internalisation, puis mène une vie cytosolique. Notre équipe a récemment montré qu'environ 10% des bactéries restaient pourtant plus d'une heure dans les vacuoles d'entrée, où elles proliféraient aussi rapidement que dans le cytosol (Peron-Cane et al. PLoS Pathog. 2020). Nous souhaitons désormais mieux caractériser les mécanismes, cellulaires ou bactériens, qui permettent à Lm d'habiter ces vacuoles, et les conséquences de cette nouvelle niche sur l'infection.
Le projet de post-doctorat, à l'interface entre la biologie cellulaire et de la biologie de l'infection, en utilisant des approches de microscopie en temps réel, a pour objectif d'identifier les mécanismes de biogenèse et de maintenance de ces nouveaux compartiments de réplication et de signalisation, et d'étudier leur contribution au processus infectieux. Un intérêt particulier sera porté à la contribution du trafic des cellules hôtes et de la dynamique des organelles, ainsi qu'à leur perturbation par les effecteurs sécrétés par Lm. Le candidat ou la candidate participera aussi à développer, en collaboration avec l'équipe de Nicolas Desprat du département de Physique de l'ENS, un modèle des scénarios de colonisation intracellulaire par Lm tenant compte des modes de vie cytosolique et vacuolaire.

Activités

Le candidat ou la candidate contribuera à l'élaboration de la stratégie de recherche, mettra en œuvre l'expérimentation, analysera les résultats et participera à la diffusion de la recherche autour du sujet de recherche. Il ou elle participera également à tous les aspects de la vie de l'équipe, aura la possibilité de présenter son projet dans des réunions internationales et de publier les résultats de ses travaux.
Le cœur de la démarche expérimentale reposera sur des observations par microscopie en temps réel de cellules infectées par Lm (doublée de l'étude d'échantillons fixés), par exemple pour suivre des marqueurs du trafic cellulaire (marqueurs membranaires des organelles ; signalisation calcique ; implication du cytosquelette) gouvernant la biogenèse des vacuoles, leur maintenance à long terme et leur croissance. Des stratégies d'intervention (inhibiteurs chimiques, mutants bactériens) permettront une caractérisation mécanistique des effets observés. L'utilisation du système rapporteur fluorogénique FAST permettra également de suivre l'expression et la sécrétion des facteurs de virulence. La stratégie expérimentale sera conçue dans un cadre de biologie quantitative, visant à alimenter les modèles de nos collaborateurs biophysiciens par des paramètres standardisés.
Ce projet permettra au candidat ou à la candidate d'acquérir maturité et indépendance sur sa thématique de recherche : l'étude de la dynamique des interactions hôte-pathogène aux échelles moléculaire et cellulaire, tout en caractérisant une nouvelle niche de réplication pour Lm et en fournissant ainsi des informations précieuses sur les mécanismes et la dynamique du mode de vie intravacuolaire de cette bactérie pathogène.

Compétences

Le candidat ou la candidate devra être titulaire d'un doctorat en microbiologie, biologie cellulaire ou biophysique, avec de préférence une expérience préalable sur des modèles cellulaires d'interactions hôte-pathogène/dynamique d'infection et/ou sur des approches de microscopie en temps réel appliquées au trafic cellulaire. L'attrait pour les recherches à caractère interdisciplinaires est impératif. Une formation sera assurée sur place pour les approches spécifiques à notre groupe.
La capacité du candidat à travailler en équipe, un fort sens de l'organisation et de l'initiative, ainsi que des compétences en communication écrite et orale en anglais, sont essentiels.

Contexte de travail

Unité mixte ENS-CNRS-INSERM, l'IBENS accueille plus de 300 personnes regroupées en 30 équipes autonomes, menant une recherche hautement collaborative et multidisciplinaire qui allie approches expérimentales et théoriques. Nos activités de recherche couvrent des champs thématiques variés : génomique fonctionnelle, neurosciences, biologie du développement, écologie et biologie de l'évolution.
Plusieurs plateformes technologiques, notamment en imagerie, génomique, bio-informatique et protéomique sont à la disposition des équipes. Les recherches menées à l'IBENS bénéficient des interactions avec d'autres disciplines présentes à l'ENS (physique, chimie, mathématiques, informatique, etc.). L'IBENS est activement impliqué dans la formation des étudiants et jeunes chercheurs à tous les niveaux.
L'équipe d'accueil (Infection & Devenir de l'ARN, https://www.biologie.ens.fr/ida) est dirigée par Alice Lebreton (CR INRAE). Nos recherches en microbiologie cellulaire portent sur le modèle de bactérie intracellulaire Listeria monocytogenes, avec une emphase sur la dynamique du dialogue moléculaire entre la bactérie et l'hôte, considéré dans le temps et dans l'espace. Nos travaux combinent des approches de biologie moléculaire, de génomique fonctionnelle, de biologie cellulaire, de génétique microbienne et de chimie biologique, dans le but de lieux comprendre les adaptations mutuelles lors de la colonisation de la niche cellulaire par la bactérie. Ceci nous conduit à caractériser de nouveaux facteurs de virulence, et à étudier la vie intracellulaire de Lm et la dynamique de ses facteurs de virulence sécrétés en microscopie en temps réel (Peron-Cane et al. PLoS Pathog. 2020 ; Chekli et al. Sci Rep. 2020).
Dans le cadre du consortium LivaLife financé par l'ANR, le candidat interagira fréquemment avec notre collaborateur de longue date en biophysique Nicolas Desprat (ENS, département de physique) et avec l'ingénieur qui sera recruté dans son équipe pour les approches d'analyse et de modélisation, ainsi qu'avec ou nos collaborateurs à l'Institut Pasteur impliqués dans la partie in vivo de l'étude.

On en parle sur Twitter !